CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Aprender a sonreír es aprender a ser libres.

 :: - NEON CATHEDRAL - :: slave to memory :: validés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Aurelio Nava
Aurelio Nava
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : Le Pape
FACE : Alfonso Herrera
DOLLARS : 983
SACRIFICES : 551
PORTRAIT :
ANNEES : 36 révolutions
CŒUR : Marié à la Tequila
RÉINCARNATION : Quetzalcóatl, Serpent à Plumes et roi de Tula. Co-créateur de la Terre et Père de l'Humain, dieu nourricier, de l'Ordre, de la Sagesse, de la Loi, du Vent et de la Lumière. Etoile du Matin chassant les ténèbres.
TALENT(S) : Souffle Empathique (Respirer vos émotions, sentiments, pensées) - Plantes Sanguinaires (Du sang pousse la Flore) - Morsure Osseuse (Contrôle des Os)
FACTION : Calavera
OCCUPATION : Gynécologue voleur d'organe et oreille attentive du Planning Familiale
GENÈSE : Primus stade 3
TALON(S) D'ACHILLE : L'humanité la plus pure : les enfants
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Jeu 25 Oct - 23:02

Aurelio Nava

Hélas! par tous pays, toujours la même vie:
Convoiter, regretter, prendre et tendre la main;
Toujours mêmes acteurs et même comédie,
Et, quoi qu'ait inventé l'humaine hypocrisie
- Rien de vrai là-dessous que le squelette humain.
ft. Alfonso Herreraby crédit
The story of gods and men
Identité Aurelio Benitio Nava
Âge Trente-six longues années à arpenter le sol, à errer entre les immenses murs de la ville, à regretter d'être né et à refuser de mourir
Nationalité & Origines Je suis né sur le sol de l'Oncle Sam, pur étasunien sur le papier, c'est pourtant le Mexique qui coule dans mes veines, ce sont les chants espagnols qui m'ont bercé et les histoires aztèques qui m'ont appris à lire et à écrire.
Statut civil Je suis célibataire.
Orientation sexuelle Homosexuel, malgré moi dirais-je. J'aurais préféré n'avoir aucune sexualité tant elle avilie l'homme.
Occupation De jour, comme de nuit, dans la lumière de tous, des regards officiels et des ombres officieuses, je suis gynécologue obstétricien. Je permets, aidé de sage-femmes, d'amener la vie en ce monde, pour le meilleur, je l'espère. Pour ma familia, j'aide aussi, dessinant de mes scalpels sous la peau de mes patientes, ou d'autres proies apportées. Mais, malgré tout, je ne suis pas qu'un cerveau, pas qu'une main agile et des bras aimants pour l'humanité. On me connait sous le nom de Salamandra, un artiste anonyme, un  profanateur des murs, un contestataire des parcs, un artiste désormais onéreux mais néanmoins effrayants.
Traits de caractère
Cynique - La froideur des mots, de l'âme, et la désinvolture plate dans un fatalisme merveilleux.
Taciturne - La solitude porte une plus grande chaleur à l'esprit que les idiots et les destructeurs du monde.
Misanthrope - Le monde va mal, l'humain en est en cause. Haine simple et justifiée.
Artiste - Mais l'homme a du bon, dans l'art, dans l'esthétisme, dans la beauté du monde.
Sociable - Faire semblant de. Faire croire que. Que tout va bien, qu'on est heureux. Parler et sourire. Rire. Et trinquer à la joie !
Paternel - Les enfants sont une page blanche, vierge de la corruption, ignorant tout de l'affliction dont souffre la planète.
Méticuleux - Chaque chose a une place, chaque place est propre, rangée. Sauf le bureau.
Altruiste - Car, tout de monde, au fond, pour transcender la bonté et partager la simplicité d'un sourire. Donner, sauver, respecter la vie.

Groupe Blood - Si le sourire orne les commissures de mes lèvres, si j'apporte la vie chaque jour et éponge les inquiétudes des futures mères. Cependant, la tempête de la modernité couvre l'horizon d'un sombre nuage, me laissant pantois et perplexe quant à un avenir radieux. Je suis de ceux qui pensent que les âges d'or sont révolus, que seuls demeurent les ténèbres et la désolation.
Stade de conscience actuel Troisième stade, dirons certains. Je sais qui je suis, le Serpent A Plumes, le roi répudié de Tula. Je sens l'écho de sa voix, l'écho de son histoire, en un rêve lointain, un cauchemar imminent. Père de toute vie humaine, cette découverte a éclairé mes choix abscons et mes désillusions si nombreuses. Autour de moi, ils me reconnaissent dieu, autant Roi que déchu, selon la proximité, l'amour et la haine. Cependant, je demeure une pierre forte de mon clan, un espoir pour l'avenir et pour la prochaine génération.
Hybris Médicalement, je suis stérile. Humainement, je refuse le contact charnel avec les femmes. Ironique, pour le père de la vie. Cependant, mon plus gros défaut, je dirais qu'il s'agit d'un cycle, d'un cycle infernal. La soif, insatiable, d'alcool. Dès que j'ai bu, dès que j'ai soif, véritable puits sans fond ou avatar des Danaïdes, j'ingurgite des litres d'alcool. A m'en rendre malade, à en oublier la nuit. Et, qui va de pair avec l'ivresse : l'excitation. Doucereuse et maladive, l'érection et l'attention d'autrui me suffit pour passer à l'acte. Et le lendemain, toujours cette sensation de cendre dans la bouche, d'haine de soi, de regret. Plus jamais ça, à chaque fois, je le pense fort, à chaque fois je le prie et me l'ordonne et, à chaque fois, je romps mes vœux.
Faction La Cavalera. Ma famille, mon clan, mon univers, aussi chaotique qu'il peut être réconfortant, autant vindicatif qu'aimant. Je peux nier et renier leurs actions, parfois j'embrasse pleinement l'aura de ma famille. Tantôt  l'ambition d'un futur roi, tantôt la désinvolture et la rébellion d'un déserteur chronique.
Theme song Nujabes - Feather
Gods of Violence
Récurrence Je suis un Primus

Réincarnation Quetzalcóatl. Le Serpent A Plume, l'animal coloré, de vermeil et d’émeraude, représente pourtant, à l'opposée de mon frère, l'immaculé, Aztèque et Maya, je suis l'un des plus anciens, l'un des redoutables, celui pour lequel on sacrifie des hommes, car je les ai créés. Je suis le Roi de Tula, qui y fait régner l'Ordre et l'Harmonie, la piété et l'altruisme. Je m'oppose au chaos et à l'anarchie en lui tournant le dos. Je créé l'homme, je lui apporte à la nourriture, la ville, la société. Enfin, je suis le vent, qui permet de respirer, qui pollinise les plantes et transportent les graines.
Attribut Je suis le vent, l'air, ce qu'on respire. Je suis l'homme, la femme et l'enfant, mort et vivant, le corps autant que la pensée. Je suis une étoile, Tlahuizcalpantecuhtli, l'étoile du matin. Je suis surtout un oiseau, un quetzal, coloré et gracieux, noble et pernicieux.
Facultés )

Souffle empathique - ACTIFDieu du vent, dieux des vents, et créateur de l'Homme, de son âme, son esprit, qui s'est perverti, ce don mêle ces deux aspects. Imaginez que, pour moi, l'humanité est une masse informe, une soupe gigantesque, un champ de fleurs, je peux considérer autant les individus que la foule. Et cette magie considère la foule.
Je ne contrôle l'air mais il est le vecteur privilégié de cette magie. Quand elle contamine une personne, son souffle se charge des émotions, des pensées, des souvenirs, des impressions  des hommes et des femmes, de vous ; rassurez-vous, je ne cause d'amnésie et je n'ôte vos émotions. Mais, quiconque respire cet air chargé de ce parfum spirituel ressentira des bribes d'émotions de son voisin, aura des ersatz de ses souvenirs, etc. Cependant, je flair cette odeur avec une plus grande portée que les mortels et les autres dieu, et la perception sera plus précise, plus habile, je saurais vous lire comme un livre ouvert, vous décrypter, vous comprendre pour mieux vous détester. C'est à la fois utile pour déstabiliser les foules ou mieux cerner mes partenaires, lire entre ses lignes.
Ce don m'essouffle, littéralement. Plus l'atmosphère se charge d'émotions et de souvenirs, moins je peux respirer, voir m’asphyxier. De plus, je suis autant victime du "transfert" d'âme et, ainsi, qui respirera l'air dans lequel j'ai soufflé, en usant de ce don, pourra lire mes émotions, mes pensées, mes sensations.

Plantes sanguinaires - inactif - Dieu nourricier, dieu de la végétation, je peux, depuis le sang à l'air libre, faire pousser promptement la plus luxuriante des végétations et créer un souvenir de la jungle. Il suffit de quelques gouttes de sang pour une grande plante mais, pour couvrir une plus grande zone, il me faut de véritables flaques. Et, pour avoir des espèces plus puissantes, les plus dangereuses de la jungle,  il faut mon sang.
Malheureusement, à chaque fois qu'une plante grandit, naît et meurt, je perds de mon sang aussi, et ce liquide vitale, qui s'échappe de mon nez ou de ma bouche, demeure stérile et infertile pour ce don.

Morsure Osseuse - InactifMon sang a coulé sur vos os. Ma vie s'est vouée à ce que votre squelette s'anime, que votre charpente se solidifie, se garnisse de chair et vive, survive. Je suis le père de vos os, de vos articulations, du moindre cartilage qui compose votre corps. Je les sens, ils vibrent, je les ressens comme mon propre corps, je les vois et je les contrôle comme un marionnettiste contrôle son pantin. Je suis le Serpent à Plumes. Je mords, ou du moins ma magie vous croque, transperce votre derme, vos muscles, et le venin se répand dans vos os. Là, la toxine mystique se propage, pernicieusement, lentement, jusqu'à une petite dizaine de centimètres de la morsure, laissant votre squelette sous mon contrôle, la distance estompant la force de la morsure, la gommant, l'effaçant totalement.
Et vous ne sentez rien. Vos os sont inertes, inexistants dans la perception de votre propre vie, Ô ingrate progéniture, et vous ne sentez pas quand je les brise, si ce n'est les esquilles qui s'enfoncent dans votre sang, pénètrent vos fibres et coulent dans vos veines, cruellement. Vous ne comprenez quand je dicte à vos doigts d'agir, sans votre précision, je le confesse, et vous paniquez. Mais ces os ne vous reviennent pas, vous ne les possédez plus, vous les avez gâchez, alors n'ayez crainte. Certes vous pouvez lutter, et ce sera volonté contre volonté, à l'instar de deux aimants se repoussant, plus vous forcez, moins mon venin agit, moins il se répand et plus je souffre.  
Un à un, mon emprise s'étend sur les Os, et si je mords une seconde fois, une troisième fois, le venin se propage de plus bel. Cependant, la violence est telle que je ne peux trop répandre mon venin, préférant agir sur une zone précise plutôt que de frapper aléatoirement sur la charpente humaine.
Mais dès qu'ils craquent,  je le ressens, avec violence et traumas, souffrant terriblement, faisant hurler mes propres os et crispant mes viscères, douleur ultime me faisant aisément vaciller. Et plus je mords des parties du squelette vierge de mon emprise, plus je le manipule, le déchire, le remet en place ou le démet, plus mes os grondent, hurlent et s'enferment dans une cruelle carapace. Vous appelez ça l'arthrose ou l’arthrite, je nomme ça l'injustice qui s'estompe en quelques heures à quelques jours. Cependant, si je mords trop une personne, je me retrouve complètement paralyser, comme un serpent ayant dévoré une trop grosse proie, épuisé par la digestion.

faculté complémentaire - active -  Voyeurisme.
Offrande(s)

Je n'aime pas tuer les humains. Non, je le refuse presque. c'est ... contre tout ce que j'ai créé. Cependant, mon sang a coulé pour qu'ils naissent, alors parfois, de temps à autre, je ne refuse pas un sacrifice. Cependant, il me faut l'humain parfaitement détestable, celui qui représente tout les défauts de l'humanité, son orgueil, sa supériorité relative, son impiété... Il se sacrifiera en véritable rédempteur.
Je préfère clairement aider l'Humain. Qu'il m'aime. Qu'il m'adore. Et me remercie de sa vénération implicite. Ces offrandes, plus puissantes, ce sont principalement des femmes qui me les vouent. Je les sauve d'une vie qu'elles n'auraient pu accepter, leurs prières sont éternelles.
Rumeurs"Tu vois ce type là, au comptoir, il est classe, hein. Eh bah, l'autre soir, j'étais avec Bob dans un petit bar sympa et il a fini ivre mort. Vraiment. Un déchet. Et le barman n'arrivait pas à le sortir, presque on a dû appeler les flics !"
"Aurelio, c'est le mec qu'on cerne pas. Le gars, il est major de promo sur un exam, le suivant il se pointe pas parce qu'il est malade. Mais tu sais la vérité ? Il était en cellule de dégrisement."
"T'sais pas quoi ? tu te souviens, quand j'ai dit que personne ne savait, à par toi, qui m'avait violé, j'ai menti. Je l'ai aussi dit à mon gynéco, le Mexicain qui m'a pas fait payer l'avortement, tu vois, celui qu'on m'a conseillé au Planning Familiale ? Ouais. Eh bah, John, on l'a retrouvé mort, dépecé de tout ses organes. Tu crois que c'est une coïncidence ? En tout cas, j'le regrette pas, c'bâtard."
Panem et Circenses
Pseudo Le Pape
Âge (ou plat préféré) L'aligot chantilly
Comment j'ai connu le forum Top site
Questions, suggestions Plus de lasagnes, moins de frites

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelio Nava
Aurelio Nava
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : Le Pape
FACE : Alfonso Herrera
DOLLARS : 983
SACRIFICES : 551
PORTRAIT :
ANNEES : 36 révolutions
CŒUR : Marié à la Tequila
RÉINCARNATION : Quetzalcóatl, Serpent à Plumes et roi de Tula. Co-créateur de la Terre et Père de l'Humain, dieu nourricier, de l'Ordre, de la Sagesse, de la Loi, du Vent et de la Lumière. Etoile du Matin chassant les ténèbres.
TALENT(S) : Souffle Empathique (Respirer vos émotions, sentiments, pensées) - Plantes Sanguinaires (Du sang pousse la Flore) - Morsure Osseuse (Contrôle des Os)
FACTION : Calavera
OCCUPATION : Gynécologue voleur d'organe et oreille attentive du Planning Familiale
GENÈSE : Primus stade 3
TALON(S) D'ACHILLE : L'humanité la plus pure : les enfants
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Jeu 25 Oct - 23:03

Histoire

My fingers claw your skin, try to tear my way in. You are the moon that breaks the night for which I have to howl






    Hurlements.


Le ton monte dans la voiture. La plus jeune des femme crie, hurle, le plus jeune des hommes, qui conduit, tente de l'apaiser. Il dit que ce n'est pas maintenant, que c'est trop tôt. Il pleure. Il refuse la réalité. Sa petite moustache frétille et s'excite comme celle d'un personnage de dessin animé, expressif il ne peut masquer sa détresse. La plus âgée, à l'arrière avec la plus jeune, serre dans ses bras la hurleuse, tout en retenant ses larmes.
Récapitulons. Deux couples. Les deux hommes à l'avant, les deux femmes à l'arrière. Et la plus jeune des deux, le ventre rond comme un ballon, déclare que ses contractions ont commencé. Un mois trop tôt, un grand mois trop tôt. Ils sont tous sur leurs 31, si beau, les cheveux en arrière, les moustaches tressées, les robes guindées, mais le stress, l'hystérie, la peur collective, brouille le tableau. Des mèches tombent des coiffures si parfaites, les nœuds papillons deviennent bancales, la transpiration perle à grosse goutte et ce ne sont les rires qui se répercutent, mais les cris.
Eduardo, il arrive, il arrive !
Maria, respire profondément, calme toi, on approche de la clinique.
Je dois rentrer, mon fils, tu le sais.
Les voix s'entrechoquent, le brouhaha est palpable, si bien qu'un policier, affilié à la circulation, qui s'ennuie à côté de son feu de signalisation, arrête la voiture. Il voit ses quatre riches, dans une voiture semble-t-il prestigieuse, sans ceinture, geignant dans ce quartier si calme. On dirait des adolescents ayant volé la voiture du paternel.
Vos papiers s'il-vous-plait.
Il faut qu'on aille à la clinique, ma femme accouche.
Il faut qu'on rentre, j'ai des affaires à récupérer.
Dégagez, maudit représentant de la loi, j'ai un enfant à faire naître !
Maria couvre chacun des sons et le policier, si surpris, s'écarte tandis que la voiture accélère en trombe. Mais quelques mètres plus loin, alors que la future mère passe par toutes les nuances de blanc, la voiture s'arrête et les deux vieux s'arrêtent.
Adios, mon fils.


    Libation.


Les parents d'Eduardo rentrent dans la demeure familiale, abandonnant le fils et sa femme dans le véhicule pétaradant vers la clinique la plus proche. Ils se pressent vers l'intérieur, le futur grand-père se déshabille et se précipite sous la douche. Sa femme, ayant à peine enlevé ses talons et ses gants, le suit sous la douche et frotte son dos. Elle est en larmes, ses gestes saccadées vont de pair avec ceux de son mari qui a le regard vidé.
Il n'en sort que couvert d'un fin linge blanc. Sa femme lui apporte deux vasques, elle en remplit l'une d'eau. D'un tiroir scellé, il sort un poignard couvert de dessin et, pendant du pommeau, deux belles plumes. L'une rouge, l'autre verte. Il se pose sur les genoux, accroupi, et psalmodie des mots en une langue inconnue, ancienne. Il pose de l'eau sur son front et certaines partie de son corps, l'onde s'emplit de ses larmes mais son sourire ne cesse de se refléter dans la vasque. Sa femme vient lui apporter des feuilles de maïs séchées. Méthodiquement, le grand-père s'entaille des parties de son corps, qu'il couvre de chacune des feuilles, comme pour panser ses plaies puis, enfin, se castre d'un coup sec. Le sang coule à flot, sa femme n'ose détourner le regard mais le spectacle est trop difficile pour elle.


    Sacrifice.


Enfin, d'un coup sec, il se tranche l'aine et le sang coule dans la vasque vide. Quetzalcóatl tombe.
Quelques centaines de mètres puis loin, Maria enfante. Lui aussi, il hurle. Il s'appelle, vous le devinez, Aurelio Nava. Et on prie que le Quetzalcóatl le choisisse.


    Fardeau.


Depuis des générations, voici mon héritage. Une obligation, un devoir, une bénédiction. Le Roi de Tula doit rester dans notre famille, dans notre sang. Alors, quand un Serpent à Plumes commence à vieillir, quand il voit que sa descendance prépare un enfant et que, parce qu'il commence à dépérir, il devra léguer sa réincarnation à son filleul. Les Quetzalcóatl se sacrifient pour plaire au dieu éponyme, telle est la tradition. Combien est fort l'amour ? Combien est solide la médecine moderne ? Qu'importe, Benitio devait se sacrifier pour moi, pour que, potentiellement, je sois l'incarnation du Serpent à Plumes. Et moi, à mon tour, quand mes petits-enfants, ou arrière-petits-enfants, viendront au monde, je devrais en choisir un, en bénir un, et mourir pour lui.

Dans cette ambiance, dans cette éducation, j'ai grandi. Dans ce deuil aussi. Et cette espérance. Je le savais, je l'ai toujours su, si à mes seize ans Quetzalcóatl ne se manifestait pas, je serai la déception de tous. Ma grand-mère, Julia, en attendait tellement. Pour revoir son mari, son amant, l'amour de sa vie, dans sa progéniture, tandis que mon père voulait retrouver son propre paternel dans mes gestes, mes actions, ma voix. J'étais, quoi qu'il arrive, l'incarnation du décès de Benitio, le coupable de son suicide sacrificiel et, paradoxalement, on m'obligeait à grandir avec ce poids, à l'utiliser pour m'élever. Car je serais un Roi, celui de la famille, de ma génération.


    Gringo.


On avait une grande maison. En même temps, Mamà était avocate, Benitio juge et Papà avait un cabinet de chirurgie. Je vivais comme un Roi, un enfant roi. Il y avait toujours du monde à la maison, dans le grand jardin, l'été, où la guitare et les cigares trônaient, ou les petits salons où s'enfermaient Papa et des dizaines d'inconnus. On parlait plus espagnols qu'anglais et mes mots se mélangeaient quand je grandissais. On trouvait ça mignon, mais Julia m'adorait encore plus. Je serais le Roi des deux contrées, disait-elle, du Mexique et de l'Amérique, un futur radieux, qu'elle prévoyait.
J'ai grandi dans cette ambiance particulière, à cheval entre deux cultures. Assez cosmopolite, avec beaucoup de passage, beaucoup de visage. On m'appelait "El Gringo". J'étais toujours souriant. Mais je ne voyais pas beaucoup mes parents.
Papà, il s'enfermait dans ses cabinets, avec des gens, plein de gens, ces visages que je ne connaissais pas. D'abord, c'était des Mexicains, et latinos, des cubains, qui venaient en Amérique quelques jours, ou s'installer. Papà les aidait,  disait-il, et ils ne parlaient pas un mot d'anglais pour la plupart. Abuelita me susurrait à l'oreille qu'ils étaient des rois, eux aussi, et que je serais un Roi parmi les rois. Je ne comprenais rien.  


    Matriarcat.


Alors, c'est Julia qui m'a éduqué. C'est ma principale figure parentale ; bien que j'aime mes parents, c'est vers elle que je me tourne en cas d'anxiété et tourments. Mais son regard me dérange, est-ce qu'elle voit son petit-fils adoré ou son mari décédé ?
Elle semble adorable, gentille et attentionnée, cependant, souvent, je l'ai entendu parler à son fils, mon père, d'un ton que je n'ai guère apprécié. Froide, presque cruelle, intransigeante, le doux visage que j'adorais, que j'adore, peut se remplir de venin et de fiel en un bref instant. Abuelita et son mari sont arrivés il y a fort longtemps, juste pour le travail, juste par l'attrait de l'Amérique ou juste par clairvoyance. Semble-t-il, justement, qu'Abuelo pouvait lire les lignes du temps et prévoir un futur radieux, ici, à Arcadia.
Et c'est elle, Julia, qui tire les ficelles, dans l'ombre.


    Guitare.


Mon enfance s'est déroulée d'une manière assez saine. Éduque par ma grand-mère, très bon élève à l'école, privée et catholique, du quartier, j'étais la joie de ma famille. Bien sûr, on m'épargnait les déboires de la familia, on protégeait mon innocence, mais, paradoxalement, Abuelita m'apprenait à être un roi, le Roi.
C'était bien avant qu'Arcadia soit comme elle est aujourd'hui, particulièrement pour nous, peuple d'Amérique Latine et indigènes méridionaux de cette terre. Nous étions de parfaits citoyens, cherchant à s'intégrer de la manière la plus noble possible et comme, par la carrière de mes parents, nous étions assez aisés, ce fut -justement- aisé. L'argent aide à l'intégration. Le stéréotype latino, parfaitement catholique, très exubérant, très convivial.
Cependant, Abuelita voulait que je sois le Roi. Que je comprenne qu'elle était la différence entre humains et moi. Je ne cernais pas. Alors, dépitée, elle m'apprit la guitare.
Tu n'es pas comme ton Abuelo, pas encore, ça viendra. Lui aussi, il a mis du temps, m'a dit sa madre.
Et elle me donna une guitare. Car, comme lui, je devais apprendre à jouer durant ma jeunesse. C'est ce qui éveilla ma fibre artistique. Peu prolixe, je m'exprimais mieux à travers la musique et, surtout, le dessin.  Et, étrangement, dans cette maison avec beaucoup de monde, toujours de la mondanité, je me retrouvais rapidement esseulé, dans un coin, à dessiner. Des animaux, souvent, toujours ; jamais des maisonnées avec Papà, Mama, et moi, un grand arbre à côté et un Soleil dans le coin, qui sourit à la famille. Mais des chats, des chiens, des renards. Ils attendaient, ô quelle impatience, que je peigne un perroquet.


    Fumée.


Papà s'enfermait souvent dans le salon. Avec de plus en plus d'hommes. Et ils parlaient de plus en plus anglais, malgré l'accent marqué du foyer familiale. Derrière les vitres, on voyait le nuage de fumée, on sentait l'odeur de cigare et, quand ils ne parlaient plus, on entendant les basses de la bossa nova que Papà affectionnait.
Les affaires des grands. Faire rencontrer les bonnes personnes, donner les bonnes adresses, créer un tissu de liens. Et étouffer quelques affaires.


    Aiguille.


Je me souviens, cet hiver-là, le congélateur était en panne. Les grands congélateurs, vous savez, les énormes bacs. J'étais triste, j'aimais bien les glaces, quelque soit la saison, et on en avait plus.
Je me souviens, Abuelita adorait tricoter. C'était un de ces soirs, classiques, où des allers et venus avaient rythmé la journée, sans que je n'en comprenne les fondements, étant trop jeune. Abuelita adorait tricoter, matin, midi, et soir. Pourtant, ce soir-là, pendant que Papà était en réunion et Mamà encore au travail, elle cherchait son aiguille. Elle claqua des mains : "Bien sûr !" et alla dans la cuisine. Elle rinça le métal comme on rince un ustensile de cuisine à peine tombé par terre, sur un sol propre, symboliquement. Et elle termina mon pull.
C'est ce jour que je compris que quelque chose ne tournait pas rond. Qu'il y avait un voile entre la vérité et la réalité, quelque chose de plus obscur et plus profond dans la famille.

Il aura fallu attendre mes douze ans pour que la vérité éclate.


    Fugue.


Le dégoût. Le mensonge. J'étais trop jeune, disait-il. Mais, alors, pourquoi une école catholique ? Pour les apparences, pour la souffrance, et parce que c'était la meilleure école du quartier. Collège. Puis lycée. Il me fallait de l'air, j'étouffais.
J'esquivai.
Couardise de l'adolescence, rébellion tacite face à l'incompréhension, un soir, je ne rentrai pas. Je ne voulais pas voir leurs visages, entendre leurs voix. La fumée m'asphyxiait, la bossa-nova me rendait sourd. Le premier soir, ils pensèrent que j'étais chez un ami, la joie des années 90, l'insouciance de l'époque. Mais le lendemain, quand le collège appela, nommant mon absence, ils surent que j'étais parti.
Ils me retrouvèrent rapidement. En quelques heures. Je ne sais quelles arcanes ils usèrent, ou si déjà ils avaient des yeux dans tout le quartier mais, clairement, ils refusaient de laisser s'échapper un dieu. Abuelita, encore elle, m'expliqua que j'avais besoin de me ressourcer, de comprendre, et me promis un pèlerinage pour mieux me connaître. Borné, certes, mais j'acceptai.


    Mexique.


L'été suivant, j'allais au Mexique. Alors que les familles immigraient vers Arcadia, alors que le Panthéon grossissait, nous faisions demi-tour.
Ma bulle éclata. Je vis la pauvreté. La détresse. Et ma famille, aussi. Pauvre, isolée. Les rues salles, les enfants salles, analphabètes, les trafics, la pollution. Mexico fut mon hantise et la graine de ma misanthropie. Comment l'humanité pouvait se permettre ça ? Les photos dans les journaux, les images à la télévision, rien était pire que la réalité, le difficile pragmatisme. Je voulais les aider, tous, sauf ceux qui en profitait.
Fort de ce nouveau dessein, Albuelita me fit visiter les ruines Aztèques et Mayas, montrant nos vraies origines, le chant lointain qui allait résonner en moi.


    Noir.


La robe de Mama. Son chapeau. Ses cernes.
Le salon, vide. La musique, éteinte. Et les cigares, bien froids. Il avait suffit à Julia de partir quelques semaines pour que son emprise se desserre et Papà n'y avait survécu. Un accident, disait la police. Aujourd'hui encore, on y croit pas. On le sait. Un accident, dans le milieu, est si vite arrivé.
Le silence. Albuetita, évincée des jeux politiques. Mama s'éloignant du barreau, intoxiquée par l'injustice. Et mon anniversaire qui arrivait, ourlé de jais.


    Fête.


Dans le deuil, sans sourire, sans rire. Le repas d'anniversaire est morne, insipide. Et, aujourd'hui, je dois sentir ma réincarnation. Mais je suis trop triste, trop vide, trop perdu, Papà me manque, son cadeau posthume semble fade et trop précieux à la fois.
Je déteste le monde, l'humain pour ce qu'il fait, le mal.
Malgré la mort du paternel, le soir, les invités viennent. Les amis du lycée, du sport, du club de dessin, ne savent pas trop quoi penser. S'il faut répondre présent, ou non. Mais, Papà était un homme de fête, de réception. Mamà me laisse et m'ordonne juste une seule chose : je ne dois pas boire. D'alcool. Mais je n'en veux pas, qu'importe.
Je fume mon premier cigare tandis que le son de la musique monte. On me propose autre chose qu'un cigare ensuite, moins légal. C'est mon anniversaire, j'accepte. Les basses font vibrer les vitres, l'alcool coule mais je n'en bois pas. Pas pour l'instant. Et ce n'est pas une bière qui me rendra soûl.
Il y a de la Tequila dans le buffet, dis-je.
On y fonce, on s'enivre. Peu à peu, les invités partent, mais je continue à boire, à l'infini, et le corps s'échauffe.
Un invité reste, jusqu'à la fin, jusqu'à l'aube, et quand je dégrise, je me rends compte que nous n'avons plus de vêtement. Plus rien, aucune pudeur, juste une intimité partagée. La migraine cisaille mon cortex et je le vire de ma chambre, effrayé.

Je me dégoûte.
Et le dieu me hait. Je le sens.
CA rassure Albuetita.


    Haine.


Haine, de soi. De ce que j'ai fait, de mon corps qui évolue d'une manière indésirée. De mes actes, du vandalisme de ce corps, d'avoir sciemment rejeté les ordres de ma mère alors que, paradoxalement, je les approuvais. Je déteste l'alcool, ce breuvage infect, cette perte de contrôle irréelle. Alors, pourquoi, comment, je me suis retrouvé dans cet été.
Haine, de lui. De m'avoir souillé, violé. Je le ressens ainsi. D'être un homme et non une femme, pourquoi ? D'où vient cette attirance, m'a-t-il drogué ? Mais j'avais les souvenirs, quoi que flous, d'un certain plaisir.
Haine, de l'humanité. Pour tout. Pour ce qu'ils me font, m'ont fait, ce soir là, et tout autour, et toujours. Comme un boomerang qui revient sur mon visage, la gueule de bois me fait réaliser mille-et-une choses : la monstruosité de l'Homme. Pour tout ce qu'ils détruisent, chaque chose, chaque être, moi et la planète.


    Salamandra.


Alors, je me suis renfermé. Encore plus. Homme de l'ombre, des tombes et du silence. Pour ne pas me faire remarquer, je réussissais les cours, continuais mes activités comme si de rien était, cependant, chaque jour, chaque mois, mon regard s'obscurcissait.
Je prétendais que tout allait bien car, oui, tout allait bien. Mama ne se faisait pas de soucis pour moi, j'allais aller dans une excellente université, et je suivais les pas de mon père en choisissant la médecine. Moi, ça me plaisait, je devais beaucoup étudier, beaucoup me planquer et ne parler à personne.
C'est dans ces moments, seul, que j'exprimais ma rage, ma colère et mon désarroi quant à la planète. Je hais l'humain, son corps qu'il gâche, avec qui il corrompt le monde, alors je le crayonne et le déstructure.
Lorsque l'internat a commencé, Salamandra s'est exprimé sur les murs. Acte de révolte, de rébellion, signal de détresse, peu à peu, dans la ville, je bombais les façades de corps à l'anatomie disséquée. Au début, bien sûr, la police repeignait mes traits mais, peu à peu, les journaux parlèrent de moi. Un inconnu. Un anonyme.


    Pédiatrie.


Celui qui n'était pas anonyme, c'est l'interne qui traînait tout le temps avec les gosses, à l'hôpital. Moi. Page blanche humaine, espoir pour le futur. Tant de candeur, tant de naïveté me plaisait. Alors je traînais avec les gamins, préférant leur compagnie, si fraîche, si rassurante quant à l'avenir, plutôt qu'avec les adultes.
Ma vie étudiante fut ainsi assez austère. Souvent avec les gamins, parfois peignant dans la rue et, malheureusement, acceptant sporadiquement des invitations, afin de ne pas paraître si asociale. Et, à chaque fois, alcool à flots,  gueule de bois chronique et déprime infinie. Cela a un peu ralentit mes études, je le confesse.


    Calavera.


Aussi, outre la peinture illicite, j'avais une autre activité extra-scolaire : la Calavera. Rien de particulier, en somme, juste découvrir ce monde, suivre les traces de mon père et, surtout, essayer de comprendre pourquoi il a été assassiné. Dix ans après. Discrètement. Ce n'est probablement pas la Calavera qui en est l'auteur, ni le commanditaire mais, clairement, c'était en lien avec ses activités que la mort est venue le faucher.
Alors, j'ai repris ses activités. Ses activités de Morts et de ténèbres. Suivant sa voie, je pensais, et je pense toujours, trouver une piste pour cerner les commanditaires de son assassinat. Pour la Calavera, je suis un chirurgien, un maître du scalpel, quelqu'un qui ouvre les ventres d'inconnus et récupère des organes, afin de les vendre aux plus offrants.


    Familia.


Mais, ma mère s'éloigne lentement des activités illégales de la Calavera et cherche à avoir d'autres méthodes pour gagner la confiance des humains : la politique et l'altruisme. Elle est devenue la représentante du Planning Familiale à Arcadia. Dès lors, dès qu'une jeune femme cherche à avorter, dès qu'une demoiselle en détresse ne sait que faire avec sa grossesse, elle me les envoie. Et, naturellement, elles me seront éternellement reconnaissantes.
Aujourd'hui, je suis donc ces multiples visages. Le gynécologue gratuit pour les femmes défavorisés qui, à côté, travaille dans une clinique privée où, à chaque anesthésie, je dérobe un rein ou autre. Et, lorsque la nuit tombe, je tague les murs de mes peintures désormais réputées. Puis, je noie ma haine de cette humanité défaillante dans l'alcool ou le sommeil. Et je m'oublie.


    Et je me hais.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Jeu 25 Oct - 23:09

*grille la Calavera

Bienvenue officiellement parmi nous

Je veux en lire plus, allez allez
Revenir en haut Aller en bas
Maldwyn Jones
Maldwyn Jones
CELTIC GOD OF DEATH DENIAL
BLAZE : BLACK SUN.
CREDITS : Jojo <3 + Rage + Astra.
FACE : Dan Stevens.
DOLLARS : 2809
SACRIFICES : 1737
PORTRAIT : Bullshit to this amen
ANNEES : 36 ans.
CŒUR : En pleine souffrance, sentiments radioactifs et brûlure profonde de cette affection qui le torture. Le jour ou la nuit, indécis. Alors il préférerait encore rester seul qu'accompagné d'un amour qu'il ne croit pas mériter.
RÉINCARNATION : ⌠Arawn⌡ Celtic welsh god of the dead, keeper of the lost souls. King of the otherworld of peace and plenty and master of the wild hunt.
TALENT(S) : ❛ Charisme cabot ❜ maitre absolu de la gente canine, à l'oeil et aux crocs prêts à le servir (actif) ❛ Poltergeist ❜ médiumnité et télékinésie spectrale (inactif) ❛ Memento Mori ❜ instant de mort revisité, porter le visage des fantômes du passé (inactif) ❛ Doppelganger ❜ énergie camouflée, l'essence divine passée à un autre (actif) ◈ Savoir mythologique et religieux ◈ Résistance à la douleur et aux drogues ◈ Mémoire photographique ◈ Talent pour la diversion et la discrétion.
FACTION : ⌠Aucune⌡ il ignore tout des mafias mais il n'est plus aveugle sur ce qui se trame autour de lui et la vérité sur le surnaturel. Sa rencontre récente avec son frère thaumaturge, une femme-poisson et un homme-jaguar ont commencé à lui ouvrir les yeux sur les possibilités terrifiantes qui se cachent dans l'ombre. Sa réalité se désagrège petit à petit maintenant que son sang n'a plus rien d'humain.
OCCUPATION : Prof d'histoire des idées et de théologie récemment révoqué de l'enseignement universitaire. Spécialiste en paganisme celte et proto-religions aux recherches en suspend. Il a récemment trouvé un emploi sur les docks après une courte période de chômage. Maintenant il apprend à se servir de ses bras au lieu de son cerveau. Autant dire que c'est une épreuve.
GENÈSE : ⌠Novum⌡ de troisième stade encore ignorant des dieux et de sa propre nature. Autant dire que tous ces phénomènes étranges ça le titille assez, mais malheureusement pas assez tellement il est borné. Humain jusqu'à il y a peu, divinisé dans le mystère le plus absolu et réincarné à l'occasion d'un été 2018 pas comme les autres.
TALON(S) D'ACHILLE : Le contact physique lorsqu'il n'est pas en contrôle ◈ Les relents d'addiction à la coke ◈ Son caractère extrêmement borné ◈ Son chien qui fait autant de conneries que son maître ◈ Sa psy qui lui retourne le cerveau ◈ Sa relation avortée avec Delilah Sulwyn ◈ Son crush pour Lise Rowan ◈ La violence avérée de son demi frère Clemens Jones. ◈ L'une des quatres voix qui le hante et prend un malin plaisir à lui nuire. Hollow de son surnom, il écrase volontiers les autres sans scrupules.
JUKEBOX : ♫ Everything in its right place (Radiohead) ♫ Animal impulses (iamx) ♫ Meds (Placebo) ♫ Cross bones style (Cat Power) ♫ Mad about you (Hooverphonic) ♫ Number (Daughter) ♫ Something I can never have (nin)
RUNNING GUN BLUES :

They are four like the horsemen, an apocalypse of voices in my head. I gave them names as holding a name means a chance of control. But what is dead bow to no living, even the god of their otherworld.


❛ MELANCHOLIA ❜ is the softest. She whispers tales of old and lay in bed of sweet sour memory. Sickened by what could have been, she is blind and sterile to any new idea. Naive ghost of a young bride that died diseased before her wedding, she is bitter and jealous of happy lovers and laugh at the face of promises. She thinks my past was the happiest time before days gone bye.

❛ FRIGHT ❜ is the most cautious. Always calculating and evaluating potential issues. Brain of might and rules, hard shell of an egg that few ideas can crack. He talks theories and take few actions, always paused by principles of precautions. In the end he is just the ghost of a man that died of old age, barely reflecting on a life he did not really live. Always holding back, he want to be my voice of too many reasons not to say or act.

❛ JUSTICE ❜ is the hero wannabe. Young and fierce, heart the furnace of revolt. She is the impulse when all is gone, hater of wrong doing and undeserving acts. Speaking her mind and her truth, often blunt or immature, she is the ghost of a murdered teenager. Often agreeing to disagreeing, she would always try to protect the ones without a voice. Sometimes she helps but ultimately, she is afraid of Hollow like the others.

❛ HOLLOW ❜ is pure evil. The Poltergeist of a hanged murderer, he speaks louder than the others and easily crush their will. Always a negative and vicious opinion, hateful of all things, a void that can never be filled. Always manipulating, always aiming for pain, he is sadistic and good at it. Sometime I pity him and I wonder if he will ever have enough of haunting me.




I am tainted, and happiness and peace of mind were never meant for me.


SEASON ONE
When I was but a mortal
(Humain lambda)


« May 2018 - The knight of swords, chap. 1 » **
¬ Mal & Célestine

« May 2018 - The high priestess, chap. 1 » **
¬ Mal & Lise

« May 2018 - The fool, chap. 1 » **
¬ The Jones brothers

« June 2018 - The page of wands, chap. 1 » **
¬ Mal & Sinead

« June 2018 - The high priestess, chap. 2 » **
¬ Mal & Lise

« July 2018 - The fool, chap. 2 » **
¬ The Jones brothers

« July 2018 - The lovers, chap. 1 » **
¬ Mal & Delilah


Then I became a god
(Novum stade 1)



« September 2018 - The temperance, chap. 1 »
¬ Mal & Brónach

« October 2018 - The high priestess, chap. 3 » **
¬ Mal & Lise

« November 2018 - The fool, chap. 3 »
¬ The Jones brothers

« December 2018 - The magician, chap. 1 » **
¬ Mal & Alejandro


***

SEASON TWO

But things became a god awful mess
(Novum stade 2)


« January 2019 - The lovers, chap. 2 »
¬ Mal & Delilah

(Novum stade 3)

¶ [url=#] « February 2019 - The Knight of swords, chap. 2 » [/url]
¬ Mal & Célestine

« February 2019 - The high priestess, chap. 4 »
¬ Mal & Lise


***

PREVIOUS LIVES
« Orkney Islands, viking occupation - 11th century »
¬ Arawn & Loki


***
Quand tu ship trop et que ça va mal finir



« [04] Sujets abandonnés pour membres supprimés »

Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Jeu 25 Oct - 23:09

Bienvenue sur le forum

Bon courage pour ta fiche!

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Retirez-leur photoshop:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julius Gates
Julius Gates
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : Sweetie Plum
CREDITS : secret santa pour l'avatar
FACE : Gary Oldman
DOLLARS : 1731
SACRIFICES : 1060
PORTRAIT :
ANNEES : 60 ans
CŒUR : Célibataire. Le mariage a trop d'inconvénients pour qu'il y songe.
RÉINCARNATION : Celui qu'Homère qualifie de fléau des Hommes, souillé de sang, l'assailleur de remparts, Arès le Dieu de la Guerre.
TALENT(S) : Stratège victorieux (actif), Promesse tenue (active), Odiokinésie (inactif), Instinct prédateur (actif), égide épidermique (actif (animation de noel))
FACTION : Pendant longtemps, il s'est dit pour lui-même. Mais l'appel des membres de sa famille olympienne de la Nuova Camorra a été plus fort que tout.
OCCUPATION : Avocat d'affaires.
GENÈSE : Il sait depuis plusieurs années qu'il est Arès, le dieu de la Guerre. Chaque jour qui passe le rapproche du stade de dieu puisqu'il est désormais au stade 5 et le deuxième pouvoir a fait son apparition.
TALON(S) D'ACHILLE : Arès a toujours été extrêment protecteur envers ses enfants, qu'ils soient divins ou du sang de ses réincarnés voir les deux.
JUKEBOX : Skyrim - Main Theme
RUNNING GUN BLUES :
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Jeu 25 Oct - 23:24

Bienvenue et bon courage pour la fiche ! I love you

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Jeu 25 Oct - 23:36

j'aime tellement ce que tu as fait avec ce bonhomme cry yamlove
bienvenue officiellement à toi ohm
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Jeu 25 Oct - 23:40

Bienvenue et bon courage pour ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Jeu 25 Oct - 23:45

oOOH le fameux serpent à plumes pweese
bien contente de te voir débarquer avec cette belle idée !! (j'avoue, des trois, c'était ma préf perv )
bon courage pour cette fiche et bien évidemment BIENVENUE à la maison sheep
Revenir en haut Aller en bas
Aurelio Nava
Aurelio Nava
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : Le Pape
FACE : Alfonso Herrera
DOLLARS : 983
SACRIFICES : 551
PORTRAIT :
ANNEES : 36 révolutions
CŒUR : Marié à la Tequila
RÉINCARNATION : Quetzalcóatl, Serpent à Plumes et roi de Tula. Co-créateur de la Terre et Père de l'Humain, dieu nourricier, de l'Ordre, de la Sagesse, de la Loi, du Vent et de la Lumière. Etoile du Matin chassant les ténèbres.
TALENT(S) : Souffle Empathique (Respirer vos émotions, sentiments, pensées) - Plantes Sanguinaires (Du sang pousse la Flore) - Morsure Osseuse (Contrôle des Os)
FACTION : Calavera
OCCUPATION : Gynécologue voleur d'organe et oreille attentive du Planning Familiale
GENÈSE : Primus stade 3
TALON(S) D'ACHILLE : L'humanité la plus pure : les enfants
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Ven 26 Oct - 0:09

Merci à tous pour cet accueil !
Mais vous réjouissez pas trop vite, ça s'peut je vais en faire un gros boulet @_@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alejandro Flores
Alejandro Flores
- EL PAPA CHAT -
BLAZE : Jojo
CREDITS : Cam & Laura pour le dessin ** Sarah (sign)
FACE : Diego Luna
DOLLARS : 9110
SACRIFICES : 4694
PORTRAIT :
ANNEES : 40 ans.
CŒUR : (En couple) Le coeur reste conquis par la Guerre.
RÉINCARNATION : (Ah Puch) Dieu Maya de la Mort, seigneur du Metnal
TALENT(S) : (Découpe charnelle) Doigts pareils à des scalpels (Aspiration vitale) L'eau du corps absorbé, laissant l'autre pareil à un désert. (Animorphose) Petit chat devenu jaguar (Croque-Mitaine)
FACTION : (Commandante de la Calavera) Montée en grade en Janvier, éclat dans le coeur qu'il va tenter de faire briller.
OCCUPATION : Professeur de Vale Tudo.
GENÈSE : (Primus) stade 6
TALON(S) D'ACHILLE : Les p'tits chats de la Cala + Son orgueil à la limite de la connerie + La perte de contrôle sur son dieu suite au départ de son compagnon + Lui, même à des milliers de kilomètres
JUKEBOX : Sous les Arcades + Fauve
RUNNING GUN BLUES :


"SO MUCH WAS SAID IN THE UNSAID"


""TUÉBOCOMMEUNLAVABO"


"MARIA PAPAYA & JANITO EL GATITO"



"THE DEEPER YOU DIG, THE DARKEST IT GET"



LEÇON À LA PISCINE



Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Ven 26 Oct - 0:13

Bienvenue sur le forum joli monsieur :smirk: et content de voir que tu as réussi à faire ton choix !

CALAVERA hellmo
et le dieu choisi est justright hâte d'en découvrir plus à travers tes mots yamlove
n'hésites pas si tu as des questions 56

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


Que la fièvre marche avec nous, sous les arcades et sous les coups. Fleur au fusil, sourire en coin, tête en avant, oublie tout, lâche les chevaux, rends-les fous. Attrape la fureur à pleines mains.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asbjörn Stenberg
Asbjörn Stenberg
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : ;
CREDITS : boneless (ava & Ægir ban'), philtatos (Ægir gif), anesidora (code), chrysalis (icons).
FACE : Alexander Skarsgård.
DOLLARS : 1089
SACRIFICES : 644
PORTRAIT :
ANNEES : Quarante années tannent le cuir.
CŒUR : Veuf trois fois, divorcé une fois. L'âme au diable, le coeur à l'agonie et le corps volage.
RÉINCARNATION : Ægir, dieu nordique de la mer et hôte des divins.
TALENT(S) : Contrôle des flots marins (actif), mutilation corporelle (inactif), ivresse divine (inactif), vérité oculaire (actif), charisme céleste (actif)
FACTION : La Bratva, de père en fils.
OCCUPATION : Propriétaire de la maison close The Red Lantern et Torpedo.
GENÈSE : Primus (stade IV).
TALON(S) D'ACHILLE : Son frère, douloureuse et sempiternelle faiblesse.
JUKEBOX : Billie Marten – Heavy Weather.
RUNNING GUN BLUES :

Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Ven 26 Oct - 8:50

Bienvenuuuue
Je suis complètement fan de ce que je lis jusqu'ici bave Le personnage qui commence à se dessiner, le dieu, la mafia, les origines, l'acteur choisi dying Et surtout ta plume qui est un vrai régal à lire melt J'ai bien hâte d'en découvrir davantage

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
The world’s a beast of a burden. You’ve been holding on a long time. And all this longing. And the ships are left to rust. That’s what the water gave us.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alecia van Heusen
Alecia van Heusen
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : margo
CREDITS : janito☼ (icônes), mariiine ☼ (avatar)
FACE : ROSIE HUNTINGTON-WHITELEY
DOLLARS : 1551
SACRIFICES : 1117
PORTRAIT :
ANNEES : 26
CŒUR : ZIZANIE
RÉINCARNATION : DISCORDIA
TALENT(S) : SEMEUSE DE M. (et 4'985 au t-rex de chrome)
FACTION : OBSCURI
OCCUPATION : CONSERVATRICE AU ARCADIA MUSEUM, ARNACŒUR
GENÈSE : NOVUM, TROISIÈME STADE
TALON(S) D'ACHILLE : SALE ESTIME DE SOI
JUKEBOX : THE TROOPER, IRON MAIDEN
RUNNING GUN BLUES :

to raise, stir, excite

NILIN
AISLINN
KARMA
LYRA
CASSIAN
JAN
SATURNO
ARTYOM
CARTER

OBSCURI

PINTEREST







Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Ven 26 Oct - 10:00

:smirk: la calavera
:smirk: la tête
:smirk: le dieu
:smirk: le tout

bienvenue à toi ! I love you

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

tous succomberont. de ce feu-là ou du poignard d'un autre. ils finiront par mener des guerres à l'intérieur même de leurs frontières. laissant place à la discorde. ma discorde.


14.02.2019:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfgang Nodievs
Wolfgang Nodievs
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : TBF
CREDITS : old money. & trumblr
FACE : Matthew Goode
DOLLARS : 1140
SACRIFICES : 373
PORTRAIT :
ANNEES : Quarante-quatre années de sombres machinations et conspirations.
CŒUR : Un Dieu qui mène une existence banale, dénuée de sens. Une vie toute tracée, un mariage arrangé. Encrouté dans une routine assommante.
RÉINCARNATION : Tyr. Dieu germanique du ciel, de la justice et de la guerre.
TALENT(S) : Eloquence divine (actif) ✙ Absorption de la vie (inactif) ✙ Maîtrise divine des armes (inactif) ✙ Miroir jumeau (actif) ✙ Instinct prédateur (actif)
FACTION : Sa loyauté envers la Bratva dépasse les limites de l’imaginable. Elle est sa raison de vivre. En tant que Torpedo, il est prêt à suer corps et âme afin de gravir les échelons, affichant une ambition dangereuse.
OCCUPATION : En tant que chasseur de tête dans une société créant des systèmes de sécurité réservés aux banques, il recrute des informaticiens qui reçoivent régulièrement des légions d’honneur et sont susceptibles d’assurer un excellent rendement. En tant que directeur général, il est soucieux de faire régner l’ordre et tout relent de légèreté le déstabilise.
GENÈSE : Primus ✙ Stade 3
TALON(S) D'ACHILLE : Prudence Deledda. La seule avec qui il a fait preuve d’indulgence et d’empathie.
JUKEBOX : Slipknot ♫ My Plague
RUNNING GUN BLUES : Shrinking Universe › Majken Callaghan.
Head like a hole › Avdotya Narychkine.
The downward spiral › Ariel Soria.

Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Ven 26 Oct - 10:28

Bienvenuuue I love you :huhu: bon choix de forum bave bonne rédaction de fichette et amuse toi bien avec lui awesome

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Thrown in the Gears
I'm searching for your temple. Hunting for your shrine. I'm looking for a vision. And her tears flow like a fountain. Like a river from the mountain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maciej Serevo
Maciej Serevo
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : boneless
CREDITS : beloved (ava) ; flotsam (icons) ; seldouille (crackship)
FACE : Jon Bernthal
DOLLARS : 1022
SACRIFICES : 592
PORTRAIT :
ANNEES : Trente-neuf, la crise de la quarantaine lorgne prête à rendre le chien encore plus fou
CŒUR : Célibâtard entiché de sa liberté. Inapte à s'attacher, bon à prendre et à jeter
RÉINCARNATION : Peklenc - dieu slave du monde souterrain, juge divin pour remettre les mortels dans le droit chemin.
TALENT(S) : Géokinésie, Nécrose (actifs) - Jugement (inactif) ; miroir jumeau
FACTION : Calavera, depuis toujours, fidèle clébard sans aucune intention de fuir
OCCUPATION : Sicarios, tueur à gages sans scrupules, artiste de la mort.
GENÈSE : Primus conscient - stade 5
TALON(S) D'ACHILLE : Morphine, il en use et en abuse.
JUKEBOX : Getting away with murder - Papa Roach
RUNNING GUN BLUES :
- my sweet pain in the ass -





Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Ven 26 Oct - 11:14

Tous ces choix qui dépotent que tu fais là :huhu: :cutee:
Tu vas voir on est bien à la Cala :smirk: :moustachio:
Bienvenue Bon courage pour la rédaction de la suite am J'ai bien hâte de pouvoir en lire plus sur ce bonhomme, le début promet de bien belles choses en tout cas shy bave

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

- Don't breathe when you take your aim -
Bring me your soul, bring me your hate in my name you will create. Bring me your fear, bring me your pain. You will destroy in my name
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Ven 26 Oct - 11:55

Bienvenueee I love you Purée j'adore énormément le dieu, le choix est trop parfait daaaamn
Revenir en haut Aller en bas
Aurelio Nava
Aurelio Nava
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : Le Pape
FACE : Alfonso Herrera
DOLLARS : 983
SACRIFICES : 551
PORTRAIT :
ANNEES : 36 révolutions
CŒUR : Marié à la Tequila
RÉINCARNATION : Quetzalcóatl, Serpent à Plumes et roi de Tula. Co-créateur de la Terre et Père de l'Humain, dieu nourricier, de l'Ordre, de la Sagesse, de la Loi, du Vent et de la Lumière. Etoile du Matin chassant les ténèbres.
TALENT(S) : Souffle Empathique (Respirer vos émotions, sentiments, pensées) - Plantes Sanguinaires (Du sang pousse la Flore) - Morsure Osseuse (Contrôle des Os)
FACTION : Calavera
OCCUPATION : Gynécologue voleur d'organe et oreille attentive du Planning Familiale
GENÈSE : Primus stade 3
TALON(S) D'ACHILLE : L'humanité la plus pure : les enfants
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Ven 26 Oct - 13:41

Encore merci à tous pour cet accueil <3
J'espère pas trop vous décevoir (au pire, je volerai votre rein et vouala, là vous serez pas déçus du voyage) ;D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Ven 26 Oct - 14:32

Officiellement bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Gabriela Jimenez
Gabriela Jimenez
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : morrigan
CREDITS : GATITO EL PAPACHAT (av) ; old money (sign) + queen balaclava (gif)
FACE : cenit nadir
DOLLARS : 433
SACRIFICES : 352
PORTRAIT :
ANNEES : 23 yo
CŒUR : des années que tommy en a l'entière possession. des années qu'elle se guérit entre ses bras
RÉINCARNATION : CHALCHIUHTLICUE - déesse des océans, des rivières et autres cours d’eau. Elle représente l'eau sous toute ses formes. De l'eau qui irrigue les champs, aux ouragans qu'elle créée pour causer des noyades. Elle est protectrice des femmes en travail et des naissances, jadis invoquée lors des baptêmes aztèques. Chalchiuhtlicue est la personnification de la beauté et de l'ardeur de la jeunesse.
TALENT(S) : hydrokinésie & survie sélective
FACTION : C(h)alavera baby
OCCUPATION : barmaid au Mezcal + prends des cours de psycho quand elle le peut
GENÈSE : primus - stade 3
TALON(S) D'ACHILLE : tommy. tommy. toujours tommy
JUKEBOX : bottom of the river - Delta Rae
RUNNING GUN BLUES :

It beats, it breaks, it loves it aches. For you.
Only for you

Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Sam 27 Oct - 14:34

hola lolilol
bienvenido guapo
c'est bon j'arrête de parler espagnol.

personage qui promet sisi

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

--- he set fire
to the world around him but never let a flame touch her
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Sam 27 Oct - 15:25

s’il est pas magnifico celui-là 56
bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Sam 27 Oct - 23:31

bienvenue parmi nous. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Ùna Ó Luain
Ùna Ó Luain
- ADMIN + en bombe, bébé -
BLAZE : étangs noirs.
CREDITS : maryne bb, pornstachedelazep, sarah satan (gif)
FACE : eva
DOLLARS : 1918
SACRIFICES : 563
PORTRAIT :
ANNEES : trente-trois années embrasant le derme, chairs malléables subissant les premiers sévices de l'âge, déjà si considérablement marquées
CŒUR : c'est plein de disputes un bonheur.
RÉINCARNATION : antigone. la vilaine, vilaine petite antigone aux pieds souillés par la terre, à la tignasse emmêlée et aux robes déchirées. la pauvre antigone que personne n'aura assez aimé, malgré ses cris et ses larmes
OCCUPATION : frondeuse, poseuse de bombe pour l'IRA sous le couvert d'un mandat international ; disparue depuis quelques années déjà, charogne présumée morte. vivote ça et là, survivance malingre, besogne résiduelle.
RUNNING GUN BLUES :

I AIN'T SOBER
oh god, i'm closing my teeth around this liquor, wet limelight, lose my mind. i know you're feeling it too. when you dream with the fever, bet you wish you could touch our rush but what will we do when we're sober ?


SLEEP ON THE FLOOR
we're sleeping through all the days, i'm acting like I don't see every ribbon you used to tie yourself to me. midnight, we’re fading 'till daylight, we’re jaded, we know that it’s over. in the morning, you'll be dancing with all the heartache and the treason, the fantasies of leaving


Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Dim 11 Nov - 14:02

pour moi, c'est tout bon, sauf le premier pouvoir que je ne peux pas valider en l'état. comme dit, il touche à trop de choses (surtout que c'est le pouvoir que tu veux actif en premier, donc ça fait trop um )

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Avec mes ongles cassés et pleins de terre
et les bleus que tes gardes m'ont faits aux bras,
avec ma peur qui me tord le ventre, moi je suis reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelio Nava
Aurelio Nava
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : Le Pape
FACE : Alfonso Herrera
DOLLARS : 983
SACRIFICES : 551
PORTRAIT :
ANNEES : 36 révolutions
CŒUR : Marié à la Tequila
RÉINCARNATION : Quetzalcóatl, Serpent à Plumes et roi de Tula. Co-créateur de la Terre et Père de l'Humain, dieu nourricier, de l'Ordre, de la Sagesse, de la Loi, du Vent et de la Lumière. Etoile du Matin chassant les ténèbres.
TALENT(S) : Souffle Empathique (Respirer vos émotions, sentiments, pensées) - Plantes Sanguinaires (Du sang pousse la Flore) - Morsure Osseuse (Contrôle des Os)
FACTION : Calavera
OCCUPATION : Gynécologue voleur d'organe et oreille attentive du Planning Familiale
GENÈSE : Primus stade 3
TALON(S) D'ACHILLE : L'humanité la plus pure : les enfants
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Dim 11 Nov - 17:59

Merci !
J'ai déplacé ce pouvoir en troisième, est-ce que tu souhaites que je réduise un peu sa force / augmente son contrecoup ou en troisième ça passe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Dim 11 Nov - 19:06

:fire: Meurs.

Mais je t'aime.

stabstab
Revenir en haut Aller en bas
Ùna Ó Luain
Ùna Ó Luain
- ADMIN + en bombe, bébé -
BLAZE : étangs noirs.
CREDITS : maryne bb, pornstachedelazep, sarah satan (gif)
FACE : eva
DOLLARS : 1918
SACRIFICES : 563
PORTRAIT :
ANNEES : trente-trois années embrasant le derme, chairs malléables subissant les premiers sévices de l'âge, déjà si considérablement marquées
CŒUR : c'est plein de disputes un bonheur.
RÉINCARNATION : antigone. la vilaine, vilaine petite antigone aux pieds souillés par la terre, à la tignasse emmêlée et aux robes déchirées. la pauvre antigone que personne n'aura assez aimé, malgré ses cris et ses larmes
OCCUPATION : frondeuse, poseuse de bombe pour l'IRA sous le couvert d'un mandat international ; disparue depuis quelques années déjà, charogne présumée morte. vivote ça et là, survivance malingre, besogne résiduelle.
RUNNING GUN BLUES :

I AIN'T SOBER
oh god, i'm closing my teeth around this liquor, wet limelight, lose my mind. i know you're feeling it too. when you dream with the fever, bet you wish you could touch our rush but what will we do when we're sober ?


SLEEP ON THE FLOOR
we're sleeping through all the days, i'm acting like I don't see every ribbon you used to tie yourself to me. midnight, we’re fading 'till daylight, we’re jaded, we know that it’s over. in the morning, you'll be dancing with all the heartache and the treason, the fantasies of leaving


Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Dim 11 Nov - 20:30

yup, il faudrait réduire un chouïa son impact de augmenter le contre-coup s'il te plait, et ensuite, ce sera bon

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Avec mes ongles cassés et pleins de terre
et les bleus que tes gardes m'ont faits aux bras,
avec ma peur qui me tord le ventre, moi je suis reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurelio Nava
Aurelio Nava
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : Le Pape
FACE : Alfonso Herrera
DOLLARS : 983
SACRIFICES : 551
PORTRAIT :
ANNEES : 36 révolutions
CŒUR : Marié à la Tequila
RÉINCARNATION : Quetzalcóatl, Serpent à Plumes et roi de Tula. Co-créateur de la Terre et Père de l'Humain, dieu nourricier, de l'Ordre, de la Sagesse, de la Loi, du Vent et de la Lumière. Etoile du Matin chassant les ténèbres.
TALENT(S) : Souffle Empathique (Respirer vos émotions, sentiments, pensées) - Plantes Sanguinaires (Du sang pousse la Flore) - Morsure Osseuse (Contrôle des Os)
FACTION : Calavera
OCCUPATION : Gynécologue voleur d'organe et oreille attentive du Planning Familiale
GENÈSE : Primus stade 3
TALON(S) D'ACHILLE : L'humanité la plus pure : les enfants
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. - Lun 12 Nov - 14:28

Frangin > Toi, meurs T_T

@Ùna Ó Luain > Alors, j'ai réduit la vitesse et la distance de propagation du "venin". De plus, si on lutte contre le pouvoir, ou contre la force que mon perso exerce, le venin ne se propage plus du tout. J'ai augmenté le temps de récupération après l'utilisation du pouvoir ainsi que le risque de paralysie. Et si je brise un os, je souffre énormément (ce qui m'empêche donc de me concentrer pour utiliser mon pouvoir), genre deux os brisés = je tombe dans les pommes.
J'espère que ça conviendra :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aprender a sonreír es aprender a ser libres. -

Revenir en haut Aller en bas

Aprender a sonreír es aprender a ser libres.

 :: - NEON CATHEDRAL - :: slave to memory :: validés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» carte garmin usa
» F1 GP du Japon 2012:(essais libres-1-2-3-Qualifications)
» F1 GP de Turquie 2011 (Essais libres 1-2 -3 -Qualification)
» [espace 4]carte main libre
» Head in books + 6/6 libres

Sauter vers: