CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus)

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) Empty
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) - Mar 20 Nov - 13:46


Noir. Silence. Sol était paisible malgré son état récent de tristesse. Blottit contre une source de chaleur importante, il ne pensait plus à rien, plongé dans un sommeil apaisant qui lui permettait d'oublier le rejet récent qu'il avait subi. Plus jamais il ne désirait bouger. De manière générale il dormait plutôt bien, mais l'inconscience n'était jamais aussi paisible que dans ces moments-là et le réveil n'était jamais aussi doux qu'entre ses bras. Ces derniers temps, il n'aimait rien plus que de se réveiller face au visage délicat et aux yeux bleus du jeune homme qui le fascinait désormais depuis plusieurs mois. Habituellement du moins. Lentement, de petits éléments viennent troubler le noir dans lequel il est plongé. De petits bruits, indistincts tout d'abord puis de plus en plus claires. Des mouvements contre lui, au-dessus de lui. Une voix marmonnant qu'il reconnait de plus en plus comme celle appartenant à celui près du quel il passe une grande partie de son temps libre dernièrement. Plus que les autres, c'est cet élément qui lui fait ouvrir les yeux. Il ne lui faut que très peu de temps qu'il n'est pas dans son petit appartement, mais bien dans le lit d'Hibiscus, ce dernier dormant au-dessus de lui, ayant visiblement de le prendre pour un matelas, ce qui arrive régulièrement. Néanmoins, le jeune blond ne semble pas plongé dans le plus paisible des rêves au vu de ses gémissements douloureux. Maladroitement, Sol amène son bras gauche au-dessus du droit qui entoure déjà les hanches de sa fleur favorite, empressé dans sa volonté de rassurer son aîné. Doucement, ses mains passent en cercle contre la peau du jeune homme, désireux de l'apaiser ou au moins le tirer de son cauchemar si la première option est impossible. Sa voix s'élève doucement dans la chambre en adéquation avec ses gestes "-Hibiscus calme toi... Tout va bien ce n'est qu'un cauchemar, tu n'es pas tout seul, c'est rien... C'est juste ton cerveau qui fait des siennes. Chhhht, tout va bien.".

Les yeux fixés sur le visage d'Hibiscus, le cou tordu afin de le voir correctement, ses mains continuant à parcourir dos, épaules, hanches en de longs allers-retours apaisants. Malgré le rejet d'Hibiscus suite à sa demande timide, il était resté. La possibilité de le quitter ne lui avait même pas traversé l'esprit. Il se pensait égoïste : peut-être que le rejet d'Hibiscus signifiait qu'il ne voulait plus de lui à ses côtés et qu'il n'osait pas lui dire malgré son sans-gêne habituel, qui t'avait d'ailleurs fasciné et charmé. Alors, égoïstement, il était resté. Parce qu'il ne se voyait pas ne plus le voir. Ça lui semblait impossible de vivre sans lui désormais. Parce qu'il était fasciné et... Et amoureux. En quelques mois, il avait réussi à le faire tomber pour lui, avec encore plus de succès qu'Ilianna à l'époque. Et Sol abordait cette relation avec la même naïveté que cinq ans plus tôt, le même enthousiasme ingénu. Il ne sentait pas qu'il allait se casser la gueule. Il ne sentait pas ce qui allait faire cruellement mal. Non. Il marchait juste tout droit vers le gouffre, un sourire aux lèvres espérant qu'Hibiscus allait finir par l'aimer d'une manière ou d'une autre. Mais pour l'instant, il était uniquement concentré sur la tâche d'apaiser la petite fleur multicolore qu'il aimait tellement.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) Empty
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) - Sam 1 Déc - 1:27




Tes étendues ventrales étaient doucereusement avachies contre le tronc tressé d'une délicieuse musculature de Sol. Tes paupières paisiblement rabattues, ton esprit était enlisé au creux d'une myriade d'onirismes. Ensommeillés divagations qui se craquelèrent pourtant fugacement d'horrifiques cauchemars. Les vestiges de ce trépas férocement insufflé durant ta vie d'antan te harponnèrent âprement les méninges, fomentant de souffreteuses supplications qui ruisselèrent sporadiquement d'entre tes lippes. Fébriles quérimonies qui s'ornementèrent de ces innombrables saccades érodant ta pulpe, tes bras échoués autour de la nuque de l'humain endurcissant leur étau. Une accablante torpeur qui se para rapidement d'évanescence lorsque le ténébreux lénifia ta carne d'une affectueuse embrassade. Son gravé carillonna tendrement à travers les airs, émoustillant tes tympans et t'extirpant des profondeurs de ta somnolence. Tes prunelles s'enlisèrent lascivement au creux des siennes, irradiées d'une passionnelle brume. Une contemplation qui s'éternisa sur quelques secondes avant que tu ne te délias de sa proximité, tes courbes regagnant sensuellement une superficielle stature, exhibant indécemment tes esquisses dénudées, ton fessier affalé contre le bas ventre de ton compagnon, uniquement sublimé de ce string dentelé rosé enrobant ton intimité. Une de tes paumes s'accola à ton front, désireuse d'éclipser cette faiblarde et fulgurante migraine t'assaillant. Un affre qui s'essouffla heureusement rapidement, tes iris s'amarrant langoureusement à ceux de Sol, ardemment quémandeurs d'affection.

Mon petit chou ... Tu me consoles ce soir ?

Tes bras s'enroulèrent autour de sa nuque, le tractant délicatement pour le redresser à son tour et fracasser suavement tes lèvres contre sa pommette gauche pour la maculer de quelques baisers embrasés. Quelques douceurs expiées du bout de tes pulpeuses lippes avant que tes iris ne s'ancrèrent en leurs comparses. Tes badigoinces effleurèrent voluptueusement les siennes tandis que tes hanches opprimèrent ses délicieuses arabesques, se galvanisant de l'édulcorée pétulance suintée de ses pores. Et ses lèvres furent ardemment happées, goulûment dévorées des tiennes. Erratique valse qui se para de quelques uns de tes torrides gémissements. Tes extrémités distales abandonnèrent leur pulpeux écrin pour cavaler le long de la lactée carne, le creux de tes paumes sillonnant lascivement le long du torse de ton amant, épousant chacune de ses courbes avant que le tien éclatant de finesse ne s'agglutina à ce dernier pour le martyriser de ses opulents et suaves frottements, tes rosacées billes de chair caressant leurs consoeurs déjà ébouillantées de désir.




(c) macaron



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) Empty
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) - Mer 9 Jan - 17:12


Sol le fixa tandis qu’il s’éveillait doucement, les brumes du sommeil l’enlaçant encore de leurs bras tendres et tentateurs. Néanmoins, ces dernières finirent par se dissiper rapidement, laissant le regard d’Hibiscus retrouver toute sa vivacité habituelle. Néanmoins ça ne faisait pas fuir l’inquiétude du fleuriste. Il savait que les cauchemars du blond étaient fréquents et le brun était désespéré de ne rien pouvoir faire pour lui venir en aide. Il ne réagit pas à sa question. Comment dire ça à cet ange affreusement libidineux qu’il n’avait pas envie de coucher avec lui à l’instant T ? Comment lui dire qu’il préférait le réconforter d’une autre manière ? Qu’il aimerait savoir le contenu de ses cauchemars pour mieux lui venir en aide ? Sol était de ces garçons qui n’aimait rien tant que de procurait de la tendresse et de l’amour à ceux qu’il aimait, au point qu’il aurait pu passer ses journées à ça. Il tenait à savoir que les personnes chères à son cœur étaient heureuses. Il le laissa le redresser pour poser ses lèvres sur sa pommette, savourant ses douceurs amoureuses avant que ses lèvres s’attachent enfin à leurs compères. Il glissa ses paumes dans son dos en de longues caresses tendres, ignorant volontairement ses frottements contre lui, délicieux et tentateurs mais auxquels il ne pouvait définitivement pas céder. Tout doucement il le détacha de lui, ramenant ses genoux sous lui pour amener ses mains aux joues d’Hibiscus, maintenant son regard ancré au sien. Celui de Sol était débordant d’une douceur amoureuse tandis qu’il le fixait. Il lui embrassa le front, la tempe, tentant de faire passer par ces tendres attentions toute son inquiétude et les sentiments qu’Hibiscus avaient refusés mais que Sol continuait à ressentir malgré tout. Il ne les contrôlait pas, il ne pouvait pas les faire disparaître juste comme ça. « -Hibi… Je préférerais que tu me racontes tes cauchemars… Je m’inquiète pour toi tu sais. ». Il retint au dernier moment le je t’aime qui s’apprêtait à passer la barrière de ses lèvres, comme un aveu trop longtemps réprimé. Un aveu que le blond connaissait déjà et auquel il avait déjà donné sa réponse : il était inutile de s’humilier encore un peu plus. Alors, pour cacher son trouble, il noua ses bras autour du corps frêle du mannequin pour le ramener contre lui, son torse chaud rencontrant rapidement celui bien plus fin du petit blond. Il ferma les yeux, son nez trouvant le creux de son cou « -Je suis là si tu as besoin de moi. ».
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) Empty
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) - Mer 6 Fév - 0:02




Suavement agglutiné aux arabesques de l'humain, les tiennes s'évertuaient à les flageller de leurs suaves balbutiements. Ineffables et intimes caresses destinées à lui témoigner le fleurissant désir à son égard flamboyant au creux de tes entrailles, vous engouffrer au coeur de charnelles perditions mué en cette redondante solution aux maux asphyxiant douloureusement ton esprit. Des ardeurs qui ne furent pourtant nullement assouvies, Sol préférant s'amouracher de tes confidences plutôt que de ta carne ébouillantée. Ses bras aliénèrent subitement la finesse de ton tronc, le fracassant doucereusement contre le sien si pétulant tandis que son faciès s'engouffra au sein de ta nuque. Un affectueux étau qui conquit tes esquisses de frissonnantes saccades tandis qu'un ardent soupir s'extirpa d'entre tes frémissantes lippes. Tu te plaisais ferventement à être le symbolisme de son monde tout entier, si affriolé de sa délectable tendresse que tu te repus férocement de ses badigoinces, ton bassin émoustillant le sien de lascives ondulations. Caprice de diva qui s'éternisa le temps d'un langoureux baiser avant que tu n'effritas fugacement l'étreinte de vos lèvres.

Si doux ... J'en veux plus ... Fais-moi l'amour ...

Et tu constellas le flanc gauche de sa nuque d'une pluie de délicats et érotiques baisers, une de tes paumes cavalant lascivement le long de son torse. Envoûtante séduction qui connut cependant une abrupte finalité, tes bras s'échouant autour de la nuque de l'humain tandis que de minces ruisseaux lacrymaux se firent efflorescents, cascadant lentement le long de tes pommettes, agrémentés de souffreteuses saccades qui pulsèrent le long de ta carne.  

C'est ... douloureux ... et effrayant ... Pourquoi ? ... Il lui a tranché la tête ...

Les perles nacrées affluèrent, torpillant voracement ton faciès tandis que tu te réfugias contre les courbes du ténébreux, le bâillon scellant tes lèvres finalement ruiné de mille éclats. Aveux dont Sol en serait l'unique détenteur, persuadé que la sensibilité irradiant chacune des parcelles de son essence était apte à déceler et à éprouver les mêmes acrimonies t'écorchant le palpitant, dévoilant avec brume la monstrueuse identité ancrée en ton existence. Mythique gorgone abattue pour étancher la soif de reconnaissance d'un héro ...



(c) macaron



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) Empty
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) - Lun 25 Fév - 9:39


Tu étais désespéré de lui faire comprendre tes pensées actuelles et tu commençais à ne plus y croire lorsqu'il continua ses longues et délicieuses ondulations contre toi. Comment lui faire comprendre bon sang si même les mots et la tendresse ne suffisaient pas ? Tu n'étais pas télépathe non plus. Ca aurait été bien pratique mais bon. Pourtant ton bras droit remonte dans le haut de son dos pour laisser tes doigts se perdre entre les mèches blanches et bouclées de cet ange aussi tentateur qu'un petit démon. Tu ne répondis pas à sa requête si ce n'est en continuant tes douces attentions dénuées de tout caractère sexuelle. Si Hibiscus refusait de parler tu pouvais bien essayer de le réconforter à ta manière avant de tenter la sienne qui, étrangement, t'attirait beaucoup moins ce soir. Tu fermais les yeux en sentant ses lèvres contre la peau de ton cou, sa paume brûlante contre ton torse quémandeur malgré ta volonté. Néanmoins, cela ne dura pas, ses bras venant s'enrouler autour de ton cou comme à une ancre, comme pour ne pas sombrer dans des profondeur abyssales. Tu le rapprochais encore un peu plus de toi, bouleversé en sentant ses larmes. Ce petit blond platine que tu avais toujours vu joyeux et mutin... Sentir ses larmes te bouleversait déclenchant une infinie tristesse en ton être. Tu écoutais avec attention les mots qui s'envolaient enfin des lèvres d'Hibiscus pour venir flotter dans l'air.

Tes doigts viennent s'accrocher aux joues de cet ange avec une douceur infinie, essuyant d'un geste lent et tendre les larmes qui dévoraient le visage et le coeur du jeune homme. En même temps, des mots doux, des paroles de réconfort viennent s'échouer sur tes lèvres "-C'est fini... Quoi qu'il se soit passé c'est fini Hibiscus... Je ne te laisse pas. Personne ne te fera du mal, pas tant que je serais à tes côtés je te le promets.". Un baiser contre la tempe. Une caresse sur la joue. Une tendresse infinie. Une douceur dans chacun de tes gestes. Tu pensais chaque mot que tu venais de dire. Certains pourraient prétendre que c'était l'amour qui te faisais dire ça. Certainement. Mais l'amour c'était aussi ça : protéger ceux qu'on aimait et tu aurais été capable de tout donner pour Hibiscus. Tout. Jusqu'à ta vie. Parce que jamais tu ne voulais voir s'éteindre la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) Empty
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) - Jeu 18 Avr - 22:23




Tu te repus langoureusement de la suintante tendresse de Sol, les nacrées cascades déferlant le long de tes pommettes éclipsées du bout de ses réconfortantes et pétulantes phalanges. Doucereuses extrémités qui furent embrassées du creux de ta paume, emportées pour être accueillies de tes lippes qui s'y fracassèrent tendrement, les constellant d'une myriade de suaves baisers. Son édulcoré gravé qui ricocha à travers les airs embrasa ton palpitant de frémissement et son faciès fut enseveli de la caressante promenade de ton index, sertissant sa pommette gauche d'un affectueux effleurement avant que tes badigoinces ne scellèrent sensuellement les siennes en un baiser paraissant idyllique.

Sol ...

Torride supplication qui ruissela d'entre tes crépitantes lèvres, son torse balafré des vagabondages d'une de tes mains tandis que ton crâne s'affaissa délicatement contre son épaule, tes iris enlisés au creux du vide.

Pourquoi es-tu si doux ? Merci d'être là pour moi. Tu es quelqu'un en or.

La culpabilité gangréna ton myocarde, persuadé que ta reconnaissance envers la sincérité de l'humain n'était parée que de chétivité. Tes bras aliénèrent alors une énième fois son tronc de leur doucereux étau. Etreinte qui fut cependant ravivée d'un enserrement tandis que tu galvanisas la commissure droite de ses lippes d'un ardent baiser, remontant progressivement, longeant le flanc de son faciès avant de lover tes lippes au coeur de sa cendrée soie capillaire pour la bercer également de ces quelques attendrissantes estampilles.

Ca t'est déjà arrivé d'avoir des flash du passé ? Comme-ci tu avais été autrefois quelqu'un d'autre ?



(c) macaron



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) Empty
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) - Ven 26 Avr - 23:05


Tu te laissais docilement faire face à ses attentions, le cœur battant. Avait-il conscience de te briser un peu plus le cœur à chaque instant ? Et pourtant, tel un addict ayant conscience que son addiction était en train de le détruire, tu t'accrochais. Parce que tu refusais de simplement t'imaginer le lâcher. Et tu accueillais chacune de ses attentions comme un trésor inestimable que tu te devais de chérir et protéger. Son index contre ta peau, la douceur de chacun de ses gestes t'hypnotise tandis que tu fermes les yeux pour mieux savourer ses lèvres se posant avec légèreté contre les tiennes. Ton sang bout au creux de tes réseaux bleutés tandis que la tête te tourne. Ton prénom dans sa bouche est une sucrerie dont tu ne peux te passer. Ta main se glisse dans ses cheveux avec douceur tandis que tu le serres contre toi.

La question qui retentit dans les airs fait mal. Tu n'as pas de réponse. Tu es juste toi... Et visiblement... Être simplement toi n'est pas assez pour que tu mérites son amour. Tu as envie de pleurer mais tu te le refuses. C'est à toi de le réconforter après son cauchemar, à toi de lui prouver que tu es présent pour lui, qu'il peut compter sur toi. Car peu importe combien ton cœur saigne, le plus important c'est lui. Son bonheur. Son bien-être. Une fois que le matin aura de nouveau dissipé la nuit, une fois que tu seras de nouveau enfermé dans ton atelier en compagnie de tes seuls amours éternels, à ce moment-là tu pourras te permettre de pleurer. De te demander ce qui cloche chez toi, ce qui te manque... Après tout, souvent, le plus gentil finit relégué à la place de meilleur ami. Peut-être car il est le seul à accepter de prendre cette place malgré son amour dévorant ? Peut-être parce que c'est le seul moyen de ne perdre personne dans l'affaire... Ça sonne pathétique mais ça répare un peu ton égo de songer que le problème ne vient peut-être pas de toi, mais simplement de la situation. Et une fois que les larmes se sont résorbées, une fois qu'elles ne sont plus au bord de tes yeux, alors seulement à ce moment-là tu t'autorises à ouvrir les yeux une fois ses lèvres nichées au sommet de ton crâne. Et tandis que tes bras se resserrent tendrement, qu'à travers ton oreille collée contre sa peau, il te semble parvenir un léger battement de cœur, tu murmures "-Comme dans un rêve tu veux dire ? J'ai déjà eu des impressions de déjà-vu... Mais jamais l'impression d'avoir mené une autre vie avant celle-ci. Mais il y a pas mal de gens qui rapportent des témoignages comme quoi, en passant devant une œuvre ou en découvrant la vie d'une personne, ils auraient eu une impression de familiarité extrêmement forte qui suggérait la possibilité d'une ancienne existence avant celle-ci... Pourquoi cette question ?". Tes yeux s'ancrent aux siens avec innocence et curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus) -

Revenir en haut Aller en bas

Tendresse Noctrune (ft. Hibiscus)

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tsunami de Tendresse !
» Tendresse & Chocolat
» Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse.
» tendre histoire
» Je ne vous voue aucune tendresse ♪ Jake

Sauter vers: