CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

harlem shuffle (queen ava)

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
harlem shuffle (queen ava) Empty
harlem shuffle (queen ava) - Ven 30 Nov - 9:49



harlem shuffle
@Savannah Boudreaux


L'obsession la prend sournoisement.

C'est d'abord un filet inodore, une trace intangible dans un recoin de son esprit bicentenaire. Indétectable, au réveil, pour Fumi dont l'attention se tourne vers ces nouvelles photos qu'elle a prise au parc la veille. Puis vers midi alors qu'elle développe ces dernières, la renarde sent, dans son crâne : comme une inflammation légère, un renflement qui n'a pas lieu d'être contre les parois lisses de sa cervelle. Elle garde un œil sur le symptôme, sans en chercher encore la cause. Parfois en attendant, le mal passe. Une heure, puis deux, et Fumi sent qu'il enfle au point d'empiéter sur les autres cases bien rangées, ses souvenirs, ses pensées, ses émotions frottant irrégulièrement contre la bedaine rebondie de cette invitée familière.

Fumi ferme les yeux, un instant, s'écoute, passe ses mains dans le royaume aveugle, jusqu'à la membrane étrangère où elle appose ses paumes chercheuses. C'est le contrecoup de sa nature de renarde, vieille à en faire trembler les anciens des Hommes : Fumi, avec le temps, est devenue la proie de nombreuses lubies, inégales, éclectiques, fourmillantes sur son crâne. A l'exception d'Inari et des visages, deux passions constantes, intemporelles, comme ancrées dans sa chair, plus les années passent, moins ces obsessions parasites, prolifères, semblent avoir de rapports entre elles.

Fumi change de visage dans le métro, abat la capuche du sweat shirt qui maintenant épouse correctement ses épaules larges. C'est un laisser-passer sans histoire, lui a assuré son propriétaire avec un grand sourire. Elle sait qu'il serait idiot de faire confiance au gardien d'Abiku, roi des secrets engloutis de l'île, mais Fumi s'est piqué de ses regards exagérément stupides, quand il est un brillant éboueur, de leur amitié tacite. Ses affections l'ont déjà perdue plus d'une fois, et elle continue, incorrigible, à choisir ses masques en fonction de son cœur. Bien qu'il ne sorte que rarement de la déchetterie, les risques de se faire reconnaître à l'orée du territoire des Enfants sont considérables. Mais Fumi, aujourd'hui, mue par un instinct qu'elle n'explique pas encore, rechigne à emprunter un autre physique. Fei elle-même ne lui fait sur l'heure pas envie.

« Trois kebabs, s'il-vous-plaît », fait Fumi en fourrant ses mains dans ses poches. Elle en ressort un porte-feuille au motif floral, tend l'argent au patron couvert de sueur derrière le comptoir en verre, sent ses mains à elle dans celles d'Abiku, plus fines qu'elle n'aurait cru d'abord. Un travail d'artiste, les disparitions semblerait-il. Fumi salive, en repartant avec son butin, et n'attend pas pour ouvrir le sac plastique d'où s'envole une odeur de paradis.

Son obsession, c'était ces kebabs dont elle a senti l'odeur en passant devant la boutique, lors de sa précédente visite. Par précaution, elle en a pris trois : généralement, l'obsession s'estompe après y avoir croqué une fois, mais elle se rappelle de quelques exceptions éreintantes, lui ayant valu de longs trajets, de bêtes pertes de temps, de maux de tête persistants.

Fumi s'arrête et à même la rue, s'assoit sur un bout de trottoir, entre deux voitures assez mal garées pour lui laisser une place. Ce n'est pas un quartier fréquentable, disent les médias ; Fumi mord à pleines dents dans son kebab. Ce qu'elle ignore, c'est que son avatar s'est fait appréhender la nuit dernière et roupille encore paisiblement dans une cellule, loin de son appétit gargantuesque et des yeux sombres qui l'observent.




*Fumi s'est fait plaisir et ressemble à Donald Glover.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
harlem shuffle (queen ava) Empty
harlem shuffle (queen ava) - Jeu 17 Jan - 17:15



harlem shuffle
@Fumi Yoshino


« Tu triches, s’époumone une gamine haute comme trois pommes, arrête de tricher ! » Savannah fait d’abord semblant de s’offusquer, puis prétend ne pas comprendre les accusations. En même temps, et à chaque fois que la fille balance son pied dans l’espoir de taper dans la balle pour l’éloigner de l’adulte, Savannah la déplace avec agilité, tantôt derrière elle, tantôt sur le côté. L’enfant s’agace et décide d’appeler du renfort. Bientôt, trois petits du même âge se précipitent sur elle pour l’encercler. « Rends-nous le ballon ! crie le premier en pointant un index accusateur sur Ava. » Un deuxième essaye de passer les bras autour de ses jambes pour l’empêcher d’avancer pendant qu’un troisième leur donne du courage : « On va l’avoir ! ». Derrière eux, des mères — bien plus âgées que Savannah — s’amusent de la situation. Et plus loin, attroupés autour de plusieurs scooters, des adolescents parient sur le gamin qui parviendra à lui reprendre le ballon.

Sans se concerter davantage, les enfants mettent en place une stratégie très simple — mais néanmoins très efficace — pour déséquilibrer Savannah. En la voyant agiter les bras pour tenter de retrouver un semblant d’équilibre — et surtout lutter pour ne pas tomber sur l’un d’entre eux —, les petits se mettent à rire exagérément fort. En plus de se moquer, ils la narguent ; parce-qu’ils le savent, c’est tout ce qu’il leur fallait pour récupérer leur bien. Sur le visage de la Mère, l’expression du dépit s’amplifie (davantage pour leur faire plaisir que pour exprimer un véritable ressenti). Puis très vite, parce-que les petits tirent rarement beaucoup de plaisir à voir un adulte faire semblant d’être déçu, Savannah les félicite pour leur victoire avant de leur ordonner, sur un ton beaucoup plus sérieux, d’aller rejoindre leurs parents. « C’est pas grave si t’as perdu, Ava, raille l’un avant de se précipiter vers sa mère. » Presque jalouse de les voir tous ensemble, elle souffle tout bas un « bande de sales morveux » sur un ton attendri avant de prendre le chemin qui mène jusque chez elle.

Elle aurait pu ne pas le voir, elle aurait pu continuer son chemin sans chercher à fouiller du regard l’espace entre ces deux voitures. Mais Savannah ne l’a pas fait ; et elle l’a bien remarqué. Alors, piquée par la curiosité, elle s’approche. « Hey ! » Lance Ava pour attirer son attention. Le sourire plaqué aux lèvres jusqu’au moment d’arriver à son niveau, la Mère s’agenouille pour atteindre sa hauteur puis se permet d’attraper le visage entre ses doigts. Elle l’oblige à pencher la tête d’un côté, puis de l’autre, avant de soulever le menton. L’imitation est parfaite ; la texture de la peau est la même et chaque détail y est. Un instant, Savannah hésite.

Et si c’était lui ?
S’il ne l’avait pas prévenu ?


Non, non, impossible.
Il est encore dans cette cellule.


« T’es qui ? » Elle doit bien connaître une ou deux personnes capables de réaliser de tels exploits. Mais qui qu’il (ou elle) soit, l’idée de se pointer sur son île, dans ce corps, et sans sa permission était la pire idée à avoir. Les derniers évènements l’obligent à se méfier davantage de chaque personne qu’elle ne connaît pas et qui ose franchir l’étendue d’eau qui les sépare d’Arcadia. « Réponds. » D’une main (celle qui tient désormais un petit couteau), elle le tient en joue. De l’autre, elle fouille l’intérieur de son sachet, puis de chaque boite qu’il contient. « Réponds, sinon je t’arrache le visage pour le rendre à son propriétaire. »


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
harlem shuffle (queen ava) Empty
harlem shuffle (queen ava) - Ven 1 Fév - 15:23



harlem shuffle
@Savannah Boudreaux


Quand on l'interpelle, Fumi achève de lécher le côté de sa paume maculée de sauce. C'est avec un regard surpris, une langue déguisée sur une main qui l'est tout autant, du ketchup au coin des lèvres qu'elle rencontre la reine. La renarde voit son auréole briller autour du crâne de l'inconnue comme un soleil. « Hey », répond-elle. Son instinct lui glisse une secousse dans le corps, un avertissement des sens précédant un risque imminent. Avec le temps néanmoins, Fumi a appris à la dure souvent que de tirer des conclusions hâtives était parfois aussi dangereux qu'une réaction tardive.

Les yeux sablés approchent, Fumi sort le cou de ses épaules jusqu'alors toutes inclinées vers le kebab. Elle s'accroupit, son regard ondule dans le sien, inquisiteur ; la renarde sens ses muscles se tendre à l'examen, à l'hésitation qu'elle voit filer dans ses pupilles de paradis. Malgré le risque, elle lui laisse son visage, docile, tête pantin dont seul le regard reste rivé au sien. Quelque chose lui dit qu'elle peut, se laisser couler, curieuse de voir ce qui se trouve au bout du chemin -malgré la violence et le danger, imprimés contre les paumes chaudes de Savannah.

« Gin », souffle-t-elle immédiatement, ou presque. La voix grave du prince d'Abiku, dégagée des bosses pétillantes de ce dernier, se pare des intonations plus modulées de la renarde démasquée. C'est sans réfléchir qu'elle lui offre dès la première syllabe son nom révolu d'espionne. Devançant le nom de naissance, l'argent ancien a un goût poussiéreux contre sa langue. « Il a dit que je pouvais lui prendre quand j'avais envie. » Le souffle court, elle tient immobile la moitié restante de son kebab entre ses doigts. Un filet de sauce dégouline à nouveau, mais Fumi a d'autres préoccupations désormais.

Boudreaux fouille ses sachets, Fumi y glisse un regard. C'est qu'ils sont délicieux et qu'elle ne voudrait pas les voir disparaître, quand son ventre et son âme sont encore loin d'être repus de cette obsession soudaine. « C'est vous la reine, n'est-ce pas ? » Le langage se pare de vieilles politesses, sûrement démodées ; la lame insiste et se presse contre sa gorge, coupant l'intérêt piqué. « Je ne fais que passer » Sa respiration suit la course de son cœur excité. Le regard lui, pétille presque. Un siècle au service de familles impériales lui a inculqué l'étiquette adéquate -et elle y a délibérément manqué en s'invitant sur Wild Island sans présenter ses respects. Fumi au vingt-et-unième siècle, préfère faire profil bas devant les grands du monde.


Revenir en haut Aller en bas
harlem shuffle (queen ava) -

Revenir en haut Aller en bas

harlem shuffle (queen ava)

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP] Baptême de Queen
» [UPTOBOX] Mother's Day [DVDRiP]
» 01. Boys don't cry | Chambre étudiante de Stevie Evans
» Kim Yang ♔ The Queen is Coming
» Fiches des argents

Sauter vers: