CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

The shine into her eyes.

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alejandro Flores
Alejandro Flores
- EL PAPA CHAT -
BLAZE : Jojo
CREDITS : Cam & Laura pour le dessin ** Sarah (sign)
FACE : Diego Luna
DOLLARS : 9110
SACRIFICES : 4694
PORTRAIT :
ANNEES : 40 ans.
CŒUR : (En couple) Le coeur reste conquis par la Guerre.
RÉINCARNATION : (Ah Puch) Dieu Maya de la Mort, seigneur du Metnal
TALENT(S) : (Découpe charnelle) Doigts pareils à des scalpels (Aspiration vitale) L'eau du corps absorbé, laissant l'autre pareil à un désert. (Animorphose) Petit chat devenu jaguar (Croque-Mitaine)
FACTION : (Commandante de la Calavera) Montée en grade en Janvier, éclat dans le coeur qu'il va tenter de faire briller.
OCCUPATION : Professeur de Vale Tudo.
GENÈSE : (Primus) stade 6
TALON(S) D'ACHILLE : Les p'tits chats de la Cala + Son orgueil à la limite de la connerie + La perte de contrôle sur son dieu suite au départ de son compagnon + Lui, même à des milliers de kilomètres
JUKEBOX : Sous les Arcades + Fauve
RUNNING GUN BLUES :


"SO MUCH WAS SAID IN THE UNSAID"


""TUÉBOCOMMEUNLAVABO"


"MARIA PAPAYA & JANITO EL GATITO"



"THE DEEPER YOU DIG, THE DARKEST IT GET"



LEÇON À LA PISCINE



The shine into her eyes. - Mer 19 Déc - 9:31


TOMMY & ALEJANDRO
07 Décembre 2018, restaurant de delray hallow



Il se sent un peu con le capitano, les yeux voguant de droite à gauche dans les rayons, les doigts pianotant sur les lèvres sans trop savoir quoi faire. Ça fait trois heures qu'il traine dans les rues commerçantes, au grand damn des deux sicarios dépêchés par Joaquin pour le protéger. Ils apprécient Jan, moins son hésitation. Ils le préfèrent sur un ring, les doigts pleins de sang ou à raconter des conneries plutôt que dans des boutiques. La période de las posadas débute dans quelques jours, les fêtes vont calmer les esprits, les célébrations, la guerre. Noël chez les mexicains, c'est 9 jours de joie et de bons petits plats, certains continuant la tradition de changer de maison chaque soir, se faisant héberger par des inconnus ou des voisins. Jan n’ira pas jusqu’à là, quoi que, se faire nourrir par mama Adria ne le dérangerait pas. La Calavera a beau apprécier les fêtes, il va de soi qu’on ne peut arrêter tout un univers pour Noël. Alors peut être qu'il y aura des combats et du sang, peut-être que les piñatas ne seront pas seulement en papier mâchée, remplies de viscères et non de bombecs. Peut-être qu'ils perdront des soldados, peut-être que les russes attaqueront, peut-être que… Peut être que l'esprit de Noël et la piété n’y feront rien, que contre des dieux et des hommes en colère, ni la joie de se retrouver ou le respect des saints ne les protégera.
Qu'importe tout ça, Jan et cette période, c’est comme son anniversaire, faut que ça s'entende aux quatre coins d’Arcadia. Et il veut voir les étoiles dans les yeux des siens Alejandro, capitano aux doigts d'argent qui pendant 9 jours, s'occupera de couper des rubans.

Il n'a pas trouvé. Ni pour lui, ni pour elles. Aucun cadeau ne lui a fait tilt. Il est démonstratif Jan, par les gestes, les colères et les câlins. Mais les mots, eux, ils restent souvent ancrés au fond du poitrail. Petit paradoxe qui en montre beaucoup mais garde le plus important bien caché aux yeux des siens. Alors un cadeau, ça permet de mettre du réel sur ce qu'il ressent. Il veut dire gracias  Maria, te quiet mucho Gabriela, Yo te necesito Joaquin. Il veut combler les mamas, faire sourire le petit Carlito et entendre les rires de ses sicarios quand ils découvriront qu'il leur a offert un passage gratuit pour le Metnal. Il veut pleins de choses Jan, mais désemparé face aux rayons par milliers, il rentre chez lui, bougon, comme un enfant qui n'a pas trouvé ce qu'il cherchait. Qui pourrait croire que cet homme a la mine boudeuse, a déchiqueté un corps le matin même, pour le plaisir et le trafic d'organes ? Qui imaginerait qu'il aime autant avoir les yeux rivés sur Kuzco qui vient de ressortir sur Netflix que sur un homme entrain de se vider de ses entrailles ? Petit soleil qui éclaire les rues enneigées d’Arcadia, il illumine autant qu’il brûle Jan

“Je vais voir Tom Tom ! “ qu'il balance à Marco et Javier. Ils savent qu'il parle de Tommy et ils savent aussi que le soldado froncerait les sourcils en entend ce surnom. Un signe de tête, ils sont chez eux, à Delray. Jan ne craint rien ici, pas de snipers pour le transformer en gruyère. Il est chez lui, protégé des siens. Il est chez lui, il peut abandonner les armes. Y'a qu'ici qu'il ne sent pas pointé du canon, les contrats sur la gueule et les retours de flammes des anciens amis de Rawne le tirant un peu plus vers l'infra-monde. Pas que ça le dérange, ça fait de l'action. Et il aime ça, le capitano, danser au milieu des balles. Il ne serait pas aussi souple du bassin si ce n’était pas le cas.
“Tom Tom ? “ que le capitano balance en entrant dans la cuisine du restaurant après avoir salué le propriétaire. On ne refuse rien au second de la Calavera, encore moins à Alejandro Flores. L'enfant chéri des mamas, le fils héritier, le protecteur des chicas et maintenant le compagnon de Costilla. Non clairement, on ne peut plus rien lui refuser, personne n'aime voir Jan bouder. Il cherche des yeux le cuisiner, chipe une assiette de frites en passant et voit la tignasse claire de Tommy O’Meara.“J’te dérange pas ? J’me suis permis…  “ De te voler une portion de frites, les doigts picorant déjà dans les pommes de terres parfaitement cuites. Le sourire est lumineux, petit phare en plein hiver qui n’a toujours pas froid. Le simple t-shirt sur ses épaules est une preuve, la maladie a disparue, pas la chaleur au fond de la carcasse  “... On peut parler d'un truc ?  “est ce qu'il lui laisse le choix ? Comme dit plus haut, non, on ne refuse jamais rien au capitano de la Calavera.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


Que la fièvre marche avec nous, sous les arcades et sous les coups. Fleur au fusil, sourire en coin, tête en avant, oublie tout, lâche les chevaux, rends-les fous. Attrape la fureur à pleines mains.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
The shine into her eyes. - Jeu 10 Jan - 0:10


TOMMY & ALEJANDRO
07 Décembre 2018, restaurant de delray hallow


parce qu'il y a des journées plus longues que d'autres. parce qu'aujourd'hui en fait partie. parce qu'il est fatigué mais que c'est de la bonne fatigue. travailler le rend heureux. les services se sont enchaînés sans qu'il ne puisse le comprendre. sans qu'il ne puisse souffler. mais c'est terminé, les derniers clients sont presque tous servis. il est bientôt libre. du moins c'est ce qu'il croit. c'est pas comme s'il avait grand chose de prévu pour aujourd'hui. peut être simplement tenter de récupérer le sommeil qu'il a en retard. ce ne serait pas du luxe. vraiment pas. visiblement ce ne sera pas pour tout de suite. " tom tom ? " il n'y en a qu'un pour l'appeler comme ça avec cette voix si caractéristique. il le connait. il n'aime pas ce surnom mais de sa part, ce n'est pas dérangeant. il ne le prend pas mal. " je rends les armes mais on a plus rien à bouffer. " qu'il sort en levant les bras. qu'il prévient tout de même. histoire que jan soit au courant. histoire que son estomac soit préparé. sauf que l'estomac sur pattes justement a trouvé quelque chose à becqueter. " j’te dérange pas ? j’me suis permis…  " il sourit. il a l'habitude. même si ces simples frites ne rempliront cet affamé. tommy termine de nettoyer ses couteaux et les range avant de se retourner vers l'homme et ses deux gorilles restés en retrait. " essaye de pas dévaliser tous les frigos j'aurai pas le temps de préparer toute une mise en place pour ce soir. " mais il rigole, il s'amuse. en fait non, jan l'amuse. comme à chaque fois. petit chaton affamé. " ... on peut parler d'un truc ?  " mettant à étendre son torchon, il se retourne finalement. en effet, s'il est la le brun, c'est pas simplement pour bouffer des frites qui traînaient par là. il ne s'inquiète pas tommy, c'est pas trop dans ses gênes ça de toute façon. mais il est curieux. ça par contre, c'est bien ancré. parce qu'il sait que forcément, parler d'un truc qui n'aurait pas pu être par téléphone ou sms, c'est important. " ouais vas y dis moi. " qu'il dit avant de se rendre compte que ce n'est peut être pas là comme ça, au milieu de la cuisine que ce sera le plus évident. " ici ou ... ? " histoire de savoir, question ouverte attendant forcément une réponse. puis bon de toute façon il a fini par ici, il peut bien accorder du temps à jan. il accordera toujours du temps à jan. en soi même s'il a pas le temps, il a le temps. c'est comme ça. mais ça ne le dérange pas. vu tout ce que jan fait pour lui, a fait pour lui, fera pour lui, il peut bien lui accorder un peu de son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Alejandro Flores
Alejandro Flores
- EL PAPA CHAT -
BLAZE : Jojo
CREDITS : Cam & Laura pour le dessin ** Sarah (sign)
FACE : Diego Luna
DOLLARS : 9110
SACRIFICES : 4694
PORTRAIT :
ANNEES : 40 ans.
CŒUR : (En couple) Le coeur reste conquis par la Guerre.
RÉINCARNATION : (Ah Puch) Dieu Maya de la Mort, seigneur du Metnal
TALENT(S) : (Découpe charnelle) Doigts pareils à des scalpels (Aspiration vitale) L'eau du corps absorbé, laissant l'autre pareil à un désert. (Animorphose) Petit chat devenu jaguar (Croque-Mitaine)
FACTION : (Commandante de la Calavera) Montée en grade en Janvier, éclat dans le coeur qu'il va tenter de faire briller.
OCCUPATION : Professeur de Vale Tudo.
GENÈSE : (Primus) stade 6
TALON(S) D'ACHILLE : Les p'tits chats de la Cala + Son orgueil à la limite de la connerie + La perte de contrôle sur son dieu suite au départ de son compagnon + Lui, même à des milliers de kilomètres
JUKEBOX : Sous les Arcades + Fauve
RUNNING GUN BLUES :


"SO MUCH WAS SAID IN THE UNSAID"


""TUÉBOCOMMEUNLAVABO"


"MARIA PAPAYA & JANITO EL GATITO"



"THE DEEPER YOU DIG, THE DARKEST IT GET"



LEÇON À LA PISCINE



The shine into her eyes. - Ven 11 Jan - 17:18


TOMMY & ALEJANDRO
07 Décembre 2018, restaurant de delray hallow


Tommy est de ces hommes qui aurait la carrure pour se battre sur un ring et gagné sans trop de difficultés. Un corps fort, des paumes larges, des épaules puissantes, assez pour protéger ses os s’il lui arrivait de tomber au sol. Mais Tommy ne combat pas, du moins, surement mais pas en officiel et encore moins sous le regard de Jan. C’est dommage. Le capitano se dit qu’il devrait lui proposer, voir ce dont il est capable dans le sable, savoir si ses poings sont aussi forts qu’ils en ont l’air et si ces quadriceps peuvent le maintenir debout sous les assauts des combattants du Flores. Ce serait amusant et peut-être que de savoir Gaby sur un ring, s’entrainant, le ferait venir.  Et au fond, peut être qu’il s’entraine déjà mais qu’il ne le crie pas sur tous les toits Tommy. La question est à poser, le sujet mérite qu’on s’y intéresse.

Le dos contre l’établi, les mains qui picorent les frites, Jan devrait aussi le féliciter sur leur croustillant, elles sont délicieuses.  « No, t’inquiètes pas, je mangerais après chez Pilar ! » Pilar, mama qui habite à deux pas du restaurant et qui, comme beaucoup d’autres, se fait un malin plaisir de nourrir le capitano qui a du mal à rester stable niveau poids. Il n’a qu’à arrêter de virevolter comme un papillon aussi, qu’on entend souvent dans les conversations des abulas.  Les couteaux nettoyés, les yeux du second de la Calavera ne quittent pas les lames parfaitement aiguisées. Il doit en découper de la barbac’ avec, Tommy, c’est dommage qu’il n’utilise pas ses talents pour autre chose que nourrir les touristes. Encore une chose à discuter, trop de choses à proposer à l’O’Meara qui est chez eux depuis des années mais a parfois encore du mal, à se faire accepter. Le côté gringo, ça ne plait pas jamais aux mexicains, encore plus quand y’a du sang irlandais qui traine par-là. Mais Jan n’y pense pas, Tommy est utile, Tommy est fort, Tommy fait du bon boulot et malgré l’inquiétude ressentie quand il a débarqué avec une gamine à l’allure féline, le capitano a bien compris que le jeune homme n’avait fait aucune erreur, à part celle de tomber amoureux. Mais Jan est-il bien placé pour critiquer ? Vingts ans pour lui, à côté, Tommy, c’est comme une goutte dans l’océan. Et puis, sans ça, Gaby ne serait jamais venue, sans ça… Gaby ne serait surement plus de ce monde. Rien que pour ça, Jan remercie Tommy de l’avoir aimé et de ne jamais l’avoir abandonné. Mais il ne le dira pas le capitano, c’est un secret. Il ne peut se permettre une faiblesse en plus, pas en temps de guerre.  « Ici c’est bien. » Pas de discussion professionnelle, pas de Calavera, pas de meurtres, rien que deux hommes qui vont discuter. La barquette terminée, il attrape un torchon propre Jan et se nettoie les mains, avant de se diriger vers le lavabo et de passer sous l’eau. Tout à l’envers, comme souvent, le TOC lui demande de se nettoyer alors il prend ce qu’il trouve en premier et le torchon était là. L’eau coulant sur les doigts, le visage se tourne vers celui de Tommy.   « Je cherche un cadeau à Gabriela et… J’trouve rien. J’ai… »  Sourire timide sur le visage, un peu plus et les joues deviendraient rouge sous la gêne.   « … Rien n’est assez bien pour elle. »  Révélation soufflée du bout des lèvres, Tommy ne peut jalouser le capitano, il sait à quel point son coeur ne bourdonne que pour les hommes et surtout un en particulier depuis l’officialisation de la relation. Alors non, Tommy ne peut rien dire, à part se moquer ou l’aider.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


Que la fièvre marche avec nous, sous les arcades et sous les coups. Fleur au fusil, sourire en coin, tête en avant, oublie tout, lâche les chevaux, rends-les fous. Attrape la fureur à pleines mains.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The shine into her eyes. -

Revenir en haut Aller en bas

The shine into her eyes.

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Let shine the rainbow in your heart ! - Rainbow Light (en cours!)
» Quel est l'intérêt de la version ultime de MapSource 6.16.3 ?
» Crystal Gayle : Don't it make my brown eyes blue
» (pale blue eyes)
» Oh dear, if I could only close my eyes. (héloïse)

Sauter vers: