CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

call me a fool (Scipio)

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nesryn Kron
Nesryn Kron
- CRY OF THE MARTYRS -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) IKING le plus parfait ♥ & (c)ANAPHORE
FACE : Charlotte Wessels
DOLLARS : 204
SACRIFICES : 147
ANNEES : (Vingt-huit ans) suffisamment pour avoir vu son monde changer autour d’elle à plusieurs reprises, pour s’être écroulée, pour s’être fait enchaîner à des divinités dont l’unique intérêt est de la manipuler…
CŒUR : (Célibataire), trop peu de liberté accordée au corps et à l’esprit. Les aventures s’enchaînent, sans que le cœur ne rencontre son âme sœur. Qu’importe, elle n’a pas ce souhait l’enfant…
RÉINCARNATION : (Prophète juge), aucune divinité dans le corps.
TALENT(S) : Le (jugement) dans les pupilles, la douleur causée par les fautes révélées aux hommes et femmes ayant multiplié les pêchés. Elle voit toutes les horreurs perpétuées par un corps, les lui fait subir en retour. Les esprits se brisent face au pouvoir, incapable de supporter le juste retour de leurs actes…
FACTION : (Neutre), les barreaux d'or se sont retrouvés ouverts, fuite enclenchée pour la juge, traquée par la NC.
OCCUPATION : (Directrice de la Communication & Community Manager pour Justin Bellinger), incapacité de garder son travail au Journal, compétences offertes au plus offrant, avec protection à la clef. (Serveuse au TeddyBeer), pour renflouer un compte en banque privé des chiffres factices.
TALON(S) D'ACHILLE : Sa famille, ses recherches, son innocence, son pouvoir effrayant.
call me a fool (Scipio) Empty
call me a fool (Scipio) - Lun 24 Déc - 2:32

call me a fool.

When gods are failing, they put all heaven in a rage. We're on our own and our tears keep falling. They're setting fire to the flame. Blood for freedom.




Le sang s’écoula sur le bout des doigts, le long de son bras, blessure de la gamine qui ne savait comment se battre. C’était aussi à ça que servait la mafia. A la protéger, à l’empêcher d’être volée et agressée à tous les coins de rue, Amérique sanglante et cassante. Elle n’avait pas les épaules pour tenir face à ça, c’était ce qu’elle se répétait, ce qu’on lui répétait. Et de la part de combattants tels que les soldats qui composaient les rangs de la Nuova, elle ne pouvait que les croire, non ? Nesryn, en réalité, elle était loin d’être bête, si seulement elle avait un peu plus confiance en elle et ses capacités. Une juge, ça pouvait détruire le plus puissant des dieux, briser son esprit et le rendre complètement fou, le pousser à se rouler sur le béton, à fuir les bêtes et illusions qui le coursaient. Juste, elle avait trop peur, elle s’accrochait tellement aux autres, leur accordait tant d’importance… Pour certains, c’était une faiblesse, et peut-être qu’elle en voyait la couleur aujourd’hui… Pour elle, ça avait été une force, que d’être capable de faire confiance. En tout cas, dans un pays où les gens n’essayaient pas de vous exploiter en permanence.

Un regard vers le réveil la fit soupirer. Trop tôt, trop tard en même temps. Elle avait une réunion pour un futur projet dans deux heures, puis l’après-midi devait se dérouler au sein du QG de la Nuova. Son dernier souvenir lui donna envie de s’enterrer un peu plus dans ses draps. Vraiment, dès qu’elle entrait là-bas, elle risquait de faire s’écrouler à peu près n’importe qui croisant ses pupilles. Parce que c’était tous des criminels, des hommes et femmes pourris jusqu’à la moelle, bouffés par leurs vices. C’était étonnant qu’ils soient toujours en vie. Cependant, ils étaient les seuls à pouvoir la protéger… Et elle tiqua, sortit enfin de son lit. Si elle continuait à larver dans les draps, elle finirait par avoir la trouille de se lever. C’était tout à fait elle ça, capable de passer à côté de sa journée, juste pour un coup de stress ou après avoir trop pensé. Et avouons-le, qui n’avait jamais rêvé de rester dans son lit, quand il sentait les mauvaises ondes planer sur lui ? Tout le monde le faisait. Pour certains, à chaque réveil. Pour d’autres, juste certains jours…

Et ça traînait en longueur, d’abord dans les réunions interminables, dans les bureaux du Times, quand personne ne s’écoutait et tous souhaitaient prendre le dessus. Un vrai combat de bêtes sauvages duquel Nesryn avait juste envie de fuir. Rachele n’était jamais là quand il fallait recadrer les rédacteurs… Etonnamment, ça se passait nettement mieux quand la cheffe resserrait les boulons. Personne ne bronchait, tout le monde faisait son boulot d’un claquement de doigts. Le rêve.

Puis ce fut le QG qui s’avéra être un enfer. Fallait juste qu’elle trouve un coin, pour mettre en forme le prochain article assassin. En temps normal, elle trouvait bien une chambre libre dans laquelle se glissait, avec la bénédiction de Gisella, mais cette fois-ci, y’avait trop de mouvements, trop d’êtres qui la dévisageaient, l’interrogeaient du regard. Et c’était le sien qui se baissait, le sien qui raclait le sol, le téléphone, qui tombait régulièrement. Maladroite, elle l’était certainement. Trop humaine aussi…

Et la tête se releva, au bout d’un moment, croisa une autre paire d’yeux. Sourcils arqués, et pour une fois, elle ne lâcha pas l’homme des pupilles. La trentaine, qu’elle n’avait jamais vu par ici… Musclé, mâchoire droite… Froid, glacial. Divinité ? L’interrogation se faisait. Pourtant, elle n’avançait pas vers lui, pas encore, même si les iris rivées sur lui devaient suffire à le mettre mal à l’aise…




CODAGE PAR AMATIS

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Saccager la foule, briser tout mon corps pour plus penser tout haut.
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

call me a fool (Scipio)

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lag sur call of duty

Sauter vers: