CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

if you think you're lonely now. ) sam

 :: - OUTSIDE ARCADIA - :: into the past :: saison une
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aislinn O'Reilly
Aislinn O'Reilly
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : vb
CREDITS : thinkky (avatar) chrysalis (icons) luca (aes), rage, adrien gallo (sign), barbara (profil)
FACE : jessica chastain
DOLLARS : 1763
SACRIFICES : 2422
PORTRAIT : if you think you're lonely now. ) sam 9vSLZJ8
ANNEES : 41
CŒUR : qu'importe ce qu'on peut en dire, je tenais à vous le dire.
RÉINCARNATION : airmed, déesse irlandaise des plantes médicinales ; guérisseuse, empoisonneuse, enchanteresse
TALENT(S) : phytokinésie / contrôle des toxines--par le toucher / superphysionomie / vérité oculaire
FACTION : neutre - fille d'un ancien Sénéchal du Royaume
OCCUPATION : herboriste - fleuriste - fabricante de cosmétiques - produit des substances divines (propriétaire d'Emerald Garden & Eire's Breath & l’Élixir)
GENÈSE : primus - stade 6
TALON(S) D'ACHILLE : la tarte au citron - l'océan - les enfants
JUKEBOX : The Cinematic Orchestra - Arrival of The Birds & Transformation | John Tavener - Funeral Canticle
RUNNING GUN BLUES :

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_povuh8X2zh1wge3a7o7_400
S.K.
la cité des mâles veille sur le quartier des lunes ; elles veulent y faire leur place et doivent y bouffer du bitume ; de peines, de vaines, tenaces, elles brillent d'audace ; s'enflamment, un flegme, qui brûle ; si belles. bien plus qu'au soleil.

if you think you're lonely now. ) sam ECPqAq7
WAY DOWN WE GO
oh Father tell me, do we get what we deserve? oh we get what we deserve. cause they will run you down 'til the dark. yes and they will run you down 'til you fall and they will run you down, down 'til you go. yeah so you can't crawl no more, and way down we go.

if you think you're lonely now. ) sam 0uakMpf
ANGER AND TEARS
Is that all that's left us after hating all these years? In a house full of anger and a heart full of tears

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_nx78gfc4ke1t7x9x7o1_250 if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_nx78gfc4ke1t7x9x7o3_250
YOU'VE GOT A FRIEND IN ME
You've got troubles, well I've got 'em too ; there isn't anything I wouldn't do for you. We stick together and we see it through, yeah, you've got a friend in me ღ clais

if you think you're lonely now. ) sam ENRoOzf
WAR OF HEARTS
I can’t sleep 'cause thoughts devour ; thoughts of you consume. Even though I try not to I can't help but want you ღ alecinn

if you think you're lonely now. ) sam Gpo31jW
SOMEBODY ELSE
well you look like yourself but you're somebody else ; only it ain't on the surface. Well you talk like yourself, no, I hear someone else though ; now you're making me nervous ღ swayne

if you think you're lonely now. ) sam AagIcD4
AREN'T YOU TIRED?
I’m off the deep end, watch as I dive in. I’ll never meet the ground ; crash through the surface, where they can’t hurt us. we’re far from the shallow now.

if you think you're lonely now. ) sam DFIEDNB
LET ME COME BACK
Help me out here. All my words are falling short and there's so much I want to say. Please forgive me ღ kearney-killough

if you think you're lonely now. ) sam ZQBULJx if you think you're lonely now. ) sam TvlStJs
LOVE
« quoi, n'as-tu plus besoin de mon torse ? quoi, n'as-tu plus besoin de moi ? lorsque dans la rue tu seras seule sans escorte, dis-moi comment vas-tu faire sans écorce ? quoi, n'as-tu plus besoin de conseils ? quoi, n'as-tu plus besoin de mes règles ? entends, mes forts, je t’aime et te surveille, tu verras comme dehors c’est sans soleil. »


if you think you're lonely now. ) sam Rew4
YOU'RE MY SISTER
You are my sister, we were born so innocent, so full of need. We felt so differently then so similar over the years. The way we laugh, the way we experience pain. So many memories ; but there's nothing left to gain from remembering faces and words that no one else will ever know.

if you think you're lonely now. ) sam 3HlT7iR
CAN'T FORGIVE WON'T FORGET

if you think you're lonely now. ) sam UtoRbPf
JOLINN
I'm begging of you please don't take my man. Please don't take him just because you can ♫

if you think you're lonely now. ) sam Ll8aide
FAMILY PORTRAIT
Can we work it out, can we be a family?

if you think you're lonely now. ) sam KY30rw5l_o
POISON IVY
They used to call me Poison, like I was Poison Ivy. 'Cause I was filled with poison, but blessed with beauty and rage

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_o5s5nvFkND1uuzayro1_500
EMERALD GARDEN


if you think you're lonely now. ) sam 18121710172760050

if you think you're lonely now. ) sam 181107122908775200

if you think you're lonely now. ) sam MGhMSkN




if you think you're lonely now. ) sam Empty
if you think you're lonely now. ) sam - Mar 25 Déc - 21:53

If you think you’re lonely now.

dans l’épisode précédent

- - - - - - - - - - -

Samanya Hiamoe & Aislinn O’Reilly

mi-octobre



Nuit noire déjà en cette soirée d’automne. Ciel obstrué par les nuages, rideaux sur l’astre sélénite, la pluie s’abat comme mélodie de fond sans jamais s’interrompre.
Assise sur les marches inondées du perron, l’herboriste obéit aux ordres du banquier. Son parapluie est resté dans la ruelle du quartier historique, et une partie d’elle probablement, dans cette cave humide transformée en salle de torture pour une entrevue surprise.
Tournée de côté, elle tend maladroitement ses poings liés afin qu’Esposito puisse détacher les menottes qu’il a plus tôt joyeusement refermé autour de ses poignets. Aussitôt libérée, elle se penche en avant pour rendre la fin de son déjeuner tardif. Le deuxième voyage a été aussi mal supporté que le premier. « Reposez-vous bien. Vous en aurez besoin ». Malgré la pénombre, l’éclairage de l’arrière-cour lui permet de distinguer le sourire carnassier du lascar. Et la déesse n’a pour réponse à cette provocation qu’un regard assassin. Soucieuse de le voir disparaître, elle pousse un soupir de soulagement peu convaincant quand la silhouette s’évanouit sans demander son reste.

A quoi pensait-elle ?

Tout le corps tremblant, elle contemple les marques laissées sur ses bras par le fer et s’attarde sur la plaie sanglante. La brûlure est vaste et le tissu incrusté dans la chair la rend tout à fait repoussante. Comme la douleur lancinante et ses nombreux vertiges l’empêchent de tenir stablement sur ses jambes, la divine se redresse lentement en s’agrippant au chambranle de la porte.
La carcasse mal en point s’adosse contre le bois, à l’abri de l’averse. Il faut déverrouiller l’entrée, et la fouille de sa veste pour trouver les clefs est interminable.
Quelques efforts plus tard, elle pénètre enfin dans la boutique déserte à cette heure-ci.

Des traces de sang sur la poignée qu’elle relève derrière elle, l’herboriste peine à s’avancer et se retient aux meubles parsemant son chemin. Elle tangue, vacille, l’estomac à l’envers lui rappelle les nausées opiniâtres d’un été désastreux. Le mal de crâne accompagne les piques virulentes qui déchirent le haut de sa cuisse à intervalles réguliers.

En regagnant la salle des employés, elle s’empare du matériel de soin dans une succession de gestes maladroits qui renversent la moitié de l’établi. Elle jure comme ça n’arrive jamais, et finit par s’effondrer sur le premier fauteuil venu. Ses vêtements ruisselants détrempent aussitôt le tissu, et la morsure du froid s’ajoute à la fatigue et la souffrance subies. A bout de nerfs, à fleur de peau.

Escortant les soubresauts, les sanglots remontent douloureusement des entrailles à la gorge tandis qu’elle songe à tout ce qui vient de se passer. Aux décisions prises de façon précipitées, sous la torture et l’orgueil, ainsi qu’à son talent invétéré pour s’embarquer dans les pires situations.
Une larme roule le long des joues glacées et soudain l'empoisonneuse se fige ; regard tourné vers la raison de son immobilisme, le cœur battant la chamade.

Des bruits de pas dans les couloirs, des lumières allumées.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

adieu au Dieu aux tambours ; vous, lancinants comptes à rebours ; je m'en vais cueillir des lys en Amsterdam ; à deux, oh Dieu, c'est moins lourd ; rien ne me rendrait plus triste que de rendre l'âme, pour je ne sais quelle immondice et quel infâme. faut-il à l'avance qu'on s'avoue à quelle échéance, on se voue ? je préfère ne rien voir du tout.




toxic friendship:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samanya Hiamoe
Samanya Hiamoe
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : White Crow
CREDITS : lux aeterna
FACE : Jason Momoa
DOLLARS : 972
SACRIFICES : 202
PORTRAIT : if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_pkbd3itLsq1r8177lo4_400
ANNEES : 33 ans
CŒUR : when I find myself a-fallin' for some girl, I hop right into that car of mine and drive around the world
RÉINCARNATION : Baldr, prince des Ases et héritier de Midgard Dieu de lumière de la jeunesse, de l'amour, de la force. Juge suprême. Auteur du druidisme expliqué aux personnes âgées.
TALENT(S) : Pratique depuis son enfance le kapu kuialua: discipline très connue pour ses techniques de combat à main nue destinées à « briser les os ». Guitariste à la petite renommée dans la ville de Kaunakakai. Herboriste, qualification acquise en prison. Mais également le fruit d'une éducation allant en partie dans ce sens, famille avec un historique de guérisseur sur l'île
FACTION : Anonyme dans la foule, simple voyageur sans fortune ni royaume.
OCCUPATION : Herboriste vivant dans le droit chemin
GENÈSE : STADE 4
JUKEBOX : The White Buffalo - "The Whistler"
RUNNING GUN BLUES : if you think you're lonely now. ) sam Giphy
Destiné à renaître au pied de l'arbre monde, devenir roi à la suite d'Odin voilà son destin.
if you think you're lonely now. ) sam Empty
if you think you're lonely now. ) sam - Lun 7 Jan - 18:48


   


the lone wolf dies and the pack survives.


Comme une ode au passé, Sam avait une bonne partie de sa journée à juste vider des bouteilles. Que tout se déroule sans accro semblait parfois être un fardeau bien lourd pour lui, c'est dans les paisibles journées qu'il entendait le plus le son des armes. Une cohorte de hurlements, jamais les yeux dans son dos ne saurait trouver le repos. Marqué par la violence, gravé à l'os au plus profond de sa chaire, parfois ne plus avoir à se battre était plus terrible que tout le reste. Après la rue et la prison, après avoir vécu chaque jour comme le dernier, voilà qu'enfin il éprouvait la crainte d'un lendemain.

Sam n'était en rien un alcoolique de nature, il avait toujours bu sans trop chercher l'ivresse. Comblant son vide intérieur par de multiples autres manières, marcher quoiqu'il arrive sans jamais se poser de question. Parfois les questions demeuraient trop bruyantes pour juste être ignorées, ces jours la même la musique n'était plus assez forte pour les étouffer. Il avait vu les nuages passer au-dessus de lui, danser et s'enfuir tout en se moquant de lui. Les enfers ne seraient plus un fin pour notre homme, rien ne serait une punition assez grande pour lui faire payer une telle dette de sang.

Une fois déjà le dieu qu'il était y avait été conduit après la mort, dans le plus glacial des endroits on lui avait offert la plus éclatante des récompenses, lumière en mesure de séduire même les plus sombres recoins de damnations. La mort ne viendrait pas le prendre aujourd'hui, alors la boisson ferait office de passeur de fortune vers une terre de tourments acceptables. C'est armé d'un couteau qu'il avait émergé de sa picole, en sursaut et prêt à découper le moindre démon osant s'approcher de lui. Mesure inutile une fois réalisé ou il se tenait, chez lui comme à son habitude.

Aucun message sur le téléphone, aucune lettre comme oublié du reste du monde. Une pellicule déposée sur sa terre, opaque l'isolant de cette planète. Un mal de crâne s'amusait à lui fracasser la caboche, heurtant les parois de son crâne comme Vinnie Paul aurait pu le faire sur sa batterie. Il devait avoir de quoi faire passer la torture à la boutique, aussi il avait conduit son pick up droit à la boutique pour trouver son bonheur. En cas d'extrême urgence il pourrait toujours s'étaler sur le sol et dormir, de quoi être déjà sur place pour l'ouverture des lieux.

Sans précaution il était entré dans le local, refermant la porte pour se diriger vers la réserve prendre des plantes et verser le tout dans une tasse contenant une eau glacée. Difficile de louper le bordel au sol, quand son pied s'était écrasé sur une partie du matériel de soin. Il y avait eu du passage à coup sur, aussi décida t-il se rendre dans la boutique même pour vérifier la caisse. Aislinn était étalée sur un siège, en sale état presque paniquée de le voir débarquer sans prévenir. Il avait avec elle échangé un long regard, il chercha en vint quoi lui dire. Il entretenait avec elle des relations agréables, mais de la à ce mêler des affaires de la jeune femme ?

"Aisliin..." Lui lança t-il accompagné d'un hochement de tête amical, sans même prendre une gorgée de son breuvage il s'était approché d'elle posant la tasse sur une table à côté de la rouquine. Lui faisant comprendre d'un regard que la boisson serait au final pour elle, Sam avait ensuite placé sur sa patronne sa veste doublée de laine à l'intérieur pour la protéger du froid qu'elle éprouvait. Se donnait autant de mal pour ressembler à un gros balourd, mais ne jamais tourner le dos à une femme blessée. Toute la contradiction ayant dictée sa vie depuis fort longtemps désormais, elle n'avait plus rien de devine ravagée par la douleur et la peur. Sam avait pour elle l'âme solidaire, le coeur crucifié de la voir sans défense. " on laisse pas bébé dans un coin." Une phrase ressemblant plus à une affirmation qu'à une question, accompagnée d'une douce tape sur la main de sa patronne.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
into the wild!
-Rubies flew like drops of blood from the chest of a dying prince

COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn O'Reilly
Aislinn O'Reilly
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : vb
CREDITS : thinkky (avatar) chrysalis (icons) luca (aes), rage, adrien gallo (sign), barbara (profil)
FACE : jessica chastain
DOLLARS : 1763
SACRIFICES : 2422
PORTRAIT : if you think you're lonely now. ) sam 9vSLZJ8
ANNEES : 41
CŒUR : qu'importe ce qu'on peut en dire, je tenais à vous le dire.
RÉINCARNATION : airmed, déesse irlandaise des plantes médicinales ; guérisseuse, empoisonneuse, enchanteresse
TALENT(S) : phytokinésie / contrôle des toxines--par le toucher / superphysionomie / vérité oculaire
FACTION : neutre - fille d'un ancien Sénéchal du Royaume
OCCUPATION : herboriste - fleuriste - fabricante de cosmétiques - produit des substances divines (propriétaire d'Emerald Garden & Eire's Breath & l’Élixir)
GENÈSE : primus - stade 6
TALON(S) D'ACHILLE : la tarte au citron - l'océan - les enfants
JUKEBOX : The Cinematic Orchestra - Arrival of The Birds & Transformation | John Tavener - Funeral Canticle
RUNNING GUN BLUES :

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_povuh8X2zh1wge3a7o7_400
S.K.
la cité des mâles veille sur le quartier des lunes ; elles veulent y faire leur place et doivent y bouffer du bitume ; de peines, de vaines, tenaces, elles brillent d'audace ; s'enflamment, un flegme, qui brûle ; si belles. bien plus qu'au soleil.

if you think you're lonely now. ) sam ECPqAq7
WAY DOWN WE GO
oh Father tell me, do we get what we deserve? oh we get what we deserve. cause they will run you down 'til the dark. yes and they will run you down 'til you fall and they will run you down, down 'til you go. yeah so you can't crawl no more, and way down we go.

if you think you're lonely now. ) sam 0uakMpf
ANGER AND TEARS
Is that all that's left us after hating all these years? In a house full of anger and a heart full of tears

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_nx78gfc4ke1t7x9x7o1_250 if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_nx78gfc4ke1t7x9x7o3_250
YOU'VE GOT A FRIEND IN ME
You've got troubles, well I've got 'em too ; there isn't anything I wouldn't do for you. We stick together and we see it through, yeah, you've got a friend in me ღ clais

if you think you're lonely now. ) sam ENRoOzf
WAR OF HEARTS
I can’t sleep 'cause thoughts devour ; thoughts of you consume. Even though I try not to I can't help but want you ღ alecinn

if you think you're lonely now. ) sam Gpo31jW
SOMEBODY ELSE
well you look like yourself but you're somebody else ; only it ain't on the surface. Well you talk like yourself, no, I hear someone else though ; now you're making me nervous ღ swayne

if you think you're lonely now. ) sam AagIcD4
AREN'T YOU TIRED?
I’m off the deep end, watch as I dive in. I’ll never meet the ground ; crash through the surface, where they can’t hurt us. we’re far from the shallow now.

if you think you're lonely now. ) sam DFIEDNB
LET ME COME BACK
Help me out here. All my words are falling short and there's so much I want to say. Please forgive me ღ kearney-killough

if you think you're lonely now. ) sam ZQBULJx if you think you're lonely now. ) sam TvlStJs
LOVE
« quoi, n'as-tu plus besoin de mon torse ? quoi, n'as-tu plus besoin de moi ? lorsque dans la rue tu seras seule sans escorte, dis-moi comment vas-tu faire sans écorce ? quoi, n'as-tu plus besoin de conseils ? quoi, n'as-tu plus besoin de mes règles ? entends, mes forts, je t’aime et te surveille, tu verras comme dehors c’est sans soleil. »


if you think you're lonely now. ) sam Rew4
YOU'RE MY SISTER
You are my sister, we were born so innocent, so full of need. We felt so differently then so similar over the years. The way we laugh, the way we experience pain. So many memories ; but there's nothing left to gain from remembering faces and words that no one else will ever know.

if you think you're lonely now. ) sam 3HlT7iR
CAN'T FORGIVE WON'T FORGET

if you think you're lonely now. ) sam UtoRbPf
JOLINN
I'm begging of you please don't take my man. Please don't take him just because you can ♫

if you think you're lonely now. ) sam Ll8aide
FAMILY PORTRAIT
Can we work it out, can we be a family?

if you think you're lonely now. ) sam KY30rw5l_o
POISON IVY
They used to call me Poison, like I was Poison Ivy. 'Cause I was filled with poison, but blessed with beauty and rage

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_o5s5nvFkND1uuzayro1_500
EMERALD GARDEN


if you think you're lonely now. ) sam 18121710172760050

if you think you're lonely now. ) sam 181107122908775200

if you think you're lonely now. ) sam MGhMSkN




if you think you're lonely now. ) sam Empty
if you think you're lonely now. ) sam - Dim 20 Jan - 18:33

If you think you’re lonely now.

dans l’épisode précédent
- - - - - - - - - - -

Samanya Hiamoe & Aislinn O’Reilly



Le souffle s’accélère, la poitrine est martelée par le myocarde qui s’affole à l’idée que la soirée n’en est peut-être pas à sa fin. Elle cherche à se lever, traits déformés par la douleur, mais les quelques minutes de repos ont achevé de l’engourdir. Elle s’effondre à nouveau dans le siège, seul le buste dressé et le regard en direction des lumières.
Peut-être ont-ils envoyé des hommes pour s’assurer de la faire plier ? est sa première pensée, incohérente avec ce qu’il a été décidé. Mais l’herboriste s’attend à tout et elle n’a pas confiance. Ses ongles s’enfoncent dans l’accoudoir quand elle discerne la silhouette à l’entrée de la pièce.

Il faut quelques secondes à ses yeux clairs pour accuser le choc de l’éclairage. Brutal. La peur étreint son coeur et dévore ses entrailles avant qu’elle ne le reconnaisse. Elle tend l’oreille et se concentre sur les bruits de pas ; puis en conclut qu’il est seul. Le Géant, employé estimable, a tous les passe-droits de la boutique. Il peut s’y rendre quand bon lui semble ; mais sa présence à cette heure tardive n’en est pas moins étonnante.

« Sam ? », elle demande avec le désir de se voir rassurée. Comme si, après cette entrevue surprise, elle s’attendait même à se voir trompée par ses propres sens. Elle reconnaît aussitôt la carcasse imposante. C’est bien lui. Le soulagement s’immisce doucement en le voyant s’approcher. Les membres s’assouplissent et les battements du cœur commencent à ralentir. Durant le regard interminable qu’ils échangent, elle ne peut s’empêcher de penser à l’état dans lequel il la trouve. A ce qu’elle lui dira, quand elle lira l’étonnement et le jugement sur son visage. Pour l’heure, il ne lui impose rien de tout ça.

Son prénom murmuré, le colosse se révèle dans un voile de douceur qu’elle ne lui connaissait pas. La tasse est posée en face d’elle, la veste en laine sur ses épaules frêles et tremblantes. Elle fait deux fois sa taille, peut-être trois. Un sursaut accompagne le flot de chaleur qui la surprend mais la soulage aussitôt. « Merci », elle bredouille, honteuse, et l’ego malmené de devoir se donner en spectacle.

Elle dévie son regard, se trouve embarrassée. Le mal dont elle souffre, lui, ne s’est pas estompé, et un éclair de douleur traverse la carne brusquement. Lui arrache un gémissement étouffé que sa mâchoire serrée ne parvient à garder. Les mains gantées referment leur prise autour de la cuisse ensanglantée. Les résidus de poudre ont entamé la chair profondément. Sous les lumières, l’impact se révèle en des nuances de marine et de pourpre ; elle ne voit pas encore l’étendue de l’ecchymose qui progresse du genou jusqu’à l’aine.

« Tu peux rentrer chez toi. Je vais m’en occuper », souffle-t-elle en croisant le regard de Samanya. Il est prêt à l’aider. Peut-être qu’il n’ose pas. Quand il s’avance encore, elle le voit tituber. Elle peut sentir les vapeurs de l’alcool et reconnaît les attitudes d’un homme subissant ses effets. Ça la ramène quelques mois en arrière, l’attriste et lui déplaît. Pourtant ses mots et son geste amical indiquent qu’il a l’intention de rester.

Au diable la pudeur, la déesse se concentre sur son denim déchiré. Elle ôte ses gants avec prudence et glisse ses doigts dans la béance pour écarter les tissus. Elle n’en a pas la force, et le vêtement demeure intact.

Elle n'y arrivera pas seule.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

adieu au Dieu aux tambours ; vous, lancinants comptes à rebours ; je m'en vais cueillir des lys en Amsterdam ; à deux, oh Dieu, c'est moins lourd ; rien ne me rendrait plus triste que de rendre l'âme, pour je ne sais quelle immondice et quel infâme. faut-il à l'avance qu'on s'avoue à quelle échéance, on se voue ? je préfère ne rien voir du tout.




toxic friendship:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samanya Hiamoe
Samanya Hiamoe
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : White Crow
CREDITS : lux aeterna
FACE : Jason Momoa
DOLLARS : 972
SACRIFICES : 202
PORTRAIT : if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_pkbd3itLsq1r8177lo4_400
ANNEES : 33 ans
CŒUR : when I find myself a-fallin' for some girl, I hop right into that car of mine and drive around the world
RÉINCARNATION : Baldr, prince des Ases et héritier de Midgard Dieu de lumière de la jeunesse, de l'amour, de la force. Juge suprême. Auteur du druidisme expliqué aux personnes âgées.
TALENT(S) : Pratique depuis son enfance le kapu kuialua: discipline très connue pour ses techniques de combat à main nue destinées à « briser les os ». Guitariste à la petite renommée dans la ville de Kaunakakai. Herboriste, qualification acquise en prison. Mais également le fruit d'une éducation allant en partie dans ce sens, famille avec un historique de guérisseur sur l'île
FACTION : Anonyme dans la foule, simple voyageur sans fortune ni royaume.
OCCUPATION : Herboriste vivant dans le droit chemin
GENÈSE : STADE 4
JUKEBOX : The White Buffalo - "The Whistler"
RUNNING GUN BLUES : if you think you're lonely now. ) sam Giphy
Destiné à renaître au pied de l'arbre monde, devenir roi à la suite d'Odin voilà son destin.
if you think you're lonely now. ) sam Empty
if you think you're lonely now. ) sam - Jeu 14 Fév - 11:25


   


the lone wolf dies and the pack survives.


Ma soeur, comment ton histoire à pu tourner si mal. Une pensée ricochant dans son crâne comme une pierre sur une eau calme, il ne savait pas grand chose des activités de la rouquine une fois l'heure du loup venue. Comme un filtre puissant l'homme avait ainsi chassé toutes ses sombres idées, remplissant le vide par la nécessité d'aider une autre personne. Il sentait l'alcool aussi bien que le dernier pilier d'un bar au moment de la fermeture, la boisson pourtant n'assomme qu'au point ou on estime en avoir le besoin. Même avec l'esprit plongé dans la brume, l'homme continuait de la regarder. Voir des blessures soignables était un vrai exutoire, la chaire oublie plus vite que la mémoire. Des siècles plus tard et Hel le torturait encore avec des visions, celles de Sam pour le moment mais un jour qui sait.

Sam avait bien entendu remarqué le regard de sa patronne, oui il sentait l'alcool tout comme elle sentait le sang. Mais la honte venait elle de l'un ou de l'autre ? D'une paume rugueuse il avait frotté sa barbe tout en soupirant de façon presque imperceptible: On a tous fait des choses qui nous empêchent parfois de dormir non ?" Il n'était pas alcoolique de nature, pouvant rester des semaines sans boire. Cependant l'alcool semblait être un meilleur moyen pour endormir l'esprit que la drogue, loin de lui l'idée ou l'envie de finir dans une ruelle avec les veines gorgées de dieu sait quoi.

Sam pouvait se flatter de travailler pour une dame d'une femme comme Aislinn, partout en ville on lui en disait du bien. Bosser dans cette boutique lui avait ouvert plus de portes que toute autre chose, concernant les rumeurs sur elle il n'en pipait pas mot. Préférant conserver d'elle une image honnête, ne serait-ce que pour se convaincre qu'il restait un peu de bonté sincère dans cette ville. Elle n'avait pu déchirer son vêtement, trop faible pour y parvenir. Sam avait fustigé l'air de sa main, faisant ainsi signe à sa patronne de cesser son petit manège ridicule: Allons allons, Je vais le faire." Aussitôt il avait enfoncé un doigt entre le tissu et la chaire ensanglantée, il tira d'un geste fort en maintenant le restant de la jambe.

Oui elle aurait mal, mais rien ne serait comparable à ce qu'elle avait pu subir plus tôt dans la journée. Rien de beau à voir tel que attendu, le dieu taquina les abords de la plaie pour en délimiter les contours. Encore une fois il sait qu'il lui fait mal, son air froid semble dire qu'il s'en moque éperdument. Bien au contraire car toute son attention était dans son diagnostic, elle n'avait pas besoin d'une compassion gratuite n'ayant comme vertu que de la rendre plus faible encore devant un homme étant son employé.

" Je vais traiter tout ça" Voilà que debout il s'était dirigé vers le comptoir pour en tirer un bol et quelques plantes en tout genre, même dans une activité aussi délicate Sam conserver son aura de force et de dureté. Point étonnant que les clients le fixe toujours d'un drôle d'air à la première visite dans la boutique, l'homme semblait en avoir vu durant sa vie. Et pourtant il n'arborait jamais une attitude de je sais tout, n'écrasait pas pour le plaisir d'être au sommet, du moins plus aujourd'hui. Une fois la mixture prête plus une minute à perdre, de retour à proximité d'elle il avait plongé sa main dans le liquide luisant translucide. L'étalant comme de la farine sur une pâte toute molle, au diable les fringues et même le sol. Une compresse recouvrant la plaie humide désormais, la main large pour la maintenir en place. Son produit allait provoquer une sensation de brûlure chez la femme et il le savait, elle voudrait bouger, voir retirer la compresse pour y mettre de l'eau froide. Sam y imposait toute sa force, sachant bien qu'ensuite viendrait une sensation de bien-être: La douleur physique va finir par passer.."
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
into the wild!
-Rubies flew like drops of blood from the chest of a dying prince

COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn O'Reilly
Aislinn O'Reilly
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : vb
CREDITS : thinkky (avatar) chrysalis (icons) luca (aes), rage, adrien gallo (sign), barbara (profil)
FACE : jessica chastain
DOLLARS : 1763
SACRIFICES : 2422
PORTRAIT : if you think you're lonely now. ) sam 9vSLZJ8
ANNEES : 41
CŒUR : qu'importe ce qu'on peut en dire, je tenais à vous le dire.
RÉINCARNATION : airmed, déesse irlandaise des plantes médicinales ; guérisseuse, empoisonneuse, enchanteresse
TALENT(S) : phytokinésie / contrôle des toxines--par le toucher / superphysionomie / vérité oculaire
FACTION : neutre - fille d'un ancien Sénéchal du Royaume
OCCUPATION : herboriste - fleuriste - fabricante de cosmétiques - produit des substances divines (propriétaire d'Emerald Garden & Eire's Breath & l’Élixir)
GENÈSE : primus - stade 6
TALON(S) D'ACHILLE : la tarte au citron - l'océan - les enfants
JUKEBOX : The Cinematic Orchestra - Arrival of The Birds & Transformation | John Tavener - Funeral Canticle
RUNNING GUN BLUES :

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_povuh8X2zh1wge3a7o7_400
S.K.
la cité des mâles veille sur le quartier des lunes ; elles veulent y faire leur place et doivent y bouffer du bitume ; de peines, de vaines, tenaces, elles brillent d'audace ; s'enflamment, un flegme, qui brûle ; si belles. bien plus qu'au soleil.

if you think you're lonely now. ) sam ECPqAq7
WAY DOWN WE GO
oh Father tell me, do we get what we deserve? oh we get what we deserve. cause they will run you down 'til the dark. yes and they will run you down 'til you fall and they will run you down, down 'til you go. yeah so you can't crawl no more, and way down we go.

if you think you're lonely now. ) sam 0uakMpf
ANGER AND TEARS
Is that all that's left us after hating all these years? In a house full of anger and a heart full of tears

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_nx78gfc4ke1t7x9x7o1_250 if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_nx78gfc4ke1t7x9x7o3_250
YOU'VE GOT A FRIEND IN ME
You've got troubles, well I've got 'em too ; there isn't anything I wouldn't do for you. We stick together and we see it through, yeah, you've got a friend in me ღ clais

if you think you're lonely now. ) sam ENRoOzf
WAR OF HEARTS
I can’t sleep 'cause thoughts devour ; thoughts of you consume. Even though I try not to I can't help but want you ღ alecinn

if you think you're lonely now. ) sam Gpo31jW
SOMEBODY ELSE
well you look like yourself but you're somebody else ; only it ain't on the surface. Well you talk like yourself, no, I hear someone else though ; now you're making me nervous ღ swayne

if you think you're lonely now. ) sam AagIcD4
AREN'T YOU TIRED?
I’m off the deep end, watch as I dive in. I’ll never meet the ground ; crash through the surface, where they can’t hurt us. we’re far from the shallow now.

if you think you're lonely now. ) sam DFIEDNB
LET ME COME BACK
Help me out here. All my words are falling short and there's so much I want to say. Please forgive me ღ kearney-killough

if you think you're lonely now. ) sam ZQBULJx if you think you're lonely now. ) sam TvlStJs
LOVE
« quoi, n'as-tu plus besoin de mon torse ? quoi, n'as-tu plus besoin de moi ? lorsque dans la rue tu seras seule sans escorte, dis-moi comment vas-tu faire sans écorce ? quoi, n'as-tu plus besoin de conseils ? quoi, n'as-tu plus besoin de mes règles ? entends, mes forts, je t’aime et te surveille, tu verras comme dehors c’est sans soleil. »


if you think you're lonely now. ) sam Rew4
YOU'RE MY SISTER
You are my sister, we were born so innocent, so full of need. We felt so differently then so similar over the years. The way we laugh, the way we experience pain. So many memories ; but there's nothing left to gain from remembering faces and words that no one else will ever know.

if you think you're lonely now. ) sam 3HlT7iR
CAN'T FORGIVE WON'T FORGET

if you think you're lonely now. ) sam UtoRbPf
JOLINN
I'm begging of you please don't take my man. Please don't take him just because you can ♫

if you think you're lonely now. ) sam Ll8aide
FAMILY PORTRAIT
Can we work it out, can we be a family?

if you think you're lonely now. ) sam KY30rw5l_o
POISON IVY
They used to call me Poison, like I was Poison Ivy. 'Cause I was filled with poison, but blessed with beauty and rage

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_o5s5nvFkND1uuzayro1_500
EMERALD GARDEN


if you think you're lonely now. ) sam 18121710172760050

if you think you're lonely now. ) sam 181107122908775200

if you think you're lonely now. ) sam MGhMSkN




if you think you're lonely now. ) sam Empty
if you think you're lonely now. ) sam - Dim 24 Mar - 19:17

If you think you’re lonely now.

dans l’épisode précédent
- - - - - - - - - - -

Samanya Hiamoe & Aislinn O’Reilly



« On a tous fait des choses qui nous empêchent parfois de dormir non ? » A ces mots, la divine relève ses iris grisonnants. Surprise, elle contemple un moment le géant qui surplombe sa silhouette étendue. Pour toute réponse, elle n’a que le silence à lui servir. Pourtant, elle ne peut qu’approuver au fond d’elle. Il n’imagine pas à quel point cette vérité s’applique à la femme qui l’a embauché.
A fleur de peau et méfiante comme toujours, elle le soupçonne de faire dans l’interrogatoire subtil, parlant à la fois pour lui et pour elle. Si elle ignore parfaitement ce qu’il sait de ses affaires nocturnes, ou même s’il a des doutes à son sujet, la rouquine n’est pas d’assez mauvaise foi pour penser que son état n’a pas de quoi éveiller sa suspicion. C’est qu’il est de ce monde, Samanya. Celui de la violence et des délits. Elle a fait de lui son employé en connaissance de cause ; qu’importent la prison, les crimes. Elle a choisi de lui donner une seconde chance.

Ce soir, pourtant, elle a du mal à faire confiance. L’intrusion lui déplaît ; elle aurait dû être seule. Seule avec sa blessure et ses états d’âme. Seule avec ses peurs, présentes, bien qu’elle n’en montre rien. Et pourtant, elle gage que s’emporter ne ferait qu’aggraver la situation. Alors, quand Samanya se montre sourd au souhait qu’elle formule, une nouvelle fois, l’herboriste préfère le silence.

Son regard s’assombrit et tout son corps se crispe. Ses doigts nus à présent s’enfoncent dans le bras du divan. Pourtant, un coup d’oeil fait comprendre au géant qu’elle accepte son aide. Ses orbes balayent la pièce à la recherche d’un point d’ancrage ; n’importe quoi, pourvu qu’elle se concentre et qu’elle oublie quelques secondes ce mélange de gêne, de colère et de honte qui l’assaille.

Le bruit du tissu déchiré vient fendre cet instant de pause. Les pans sont écartés avec une facilité déconcertante, comme s’il ne s’agissait que de séparer deux morceaux d’une simple feuille de papier. Finalement, sa pudeur s’amenuise face au mal qui s’étend, et la rouquine observe, par dessus les gestes du fleuriste. La plaie n’est pas profonde ; elle est sale, seulement. Les résidus de poudre l’ont brûlée ; la morsure de l’arme, irrégulière, a emprisonné des portions de textile dans la chair.  

C’est douloureux. Et la mâchoire se serre mais le visage n’en laisse rien paraître. La déesse s’abandonne, laisse faire, ne supervise même pas les soins que l’employé lui donne. La blessure est rincée, nettoyée, débarrassée des particules superflues, et bien vite, recouverte d’une préparation censée l’aider à se résorber. C’est long, et Sam y apporte un traitement tout particulier. La brûlure qu’elle ressent alors qu’il la maintient lui rappelle celle qui a suivi le tir dans cette cave maudite. Un bond incontrôlable la propulse en avant, ses ongles s’enfoncent un peu plus dans la mousse, mais le corps de l’infirmier fait barrière. Sa poigne la tient fermement et l’empêche de bouger davantage, comme si elle n’était rien de plus qu’un fétu de paille.

Il a raison. Les secondes s’égrènent et la torture subie finit par s’alléger. Sa cuisse prend peu à peu des teintes sables et violacées ; sa jambe entière la fait souffrir, et s’en servir sera difficile voire exclu dans les jours à venir.

« Merci », elle souffle à l’égard du médecin de fortune. Son timbre de voix est encore empreint d’aigreur, mais son regard - lui - est sincère. Elle ne l’attendait pas ici, pour prendre soin d’elle. Ce n’est pas son rôle, et pourtant, malgré le rejet qu’elle lui a fait sentir aux premiers instants, le dieu nordique est toujours là. « J’ai connu pire » ; le dos calé dans le fond du dossier, elle se dit qu’il est temps de détendre un peu l’atmosphère. Sans vraiment y parvenir.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

adieu au Dieu aux tambours ; vous, lancinants comptes à rebours ; je m'en vais cueillir des lys en Amsterdam ; à deux, oh Dieu, c'est moins lourd ; rien ne me rendrait plus triste que de rendre l'âme, pour je ne sais quelle immondice et quel infâme. faut-il à l'avance qu'on s'avoue à quelle échéance, on se voue ? je préfère ne rien voir du tout.




toxic friendship:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samanya Hiamoe
Samanya Hiamoe
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : White Crow
CREDITS : lux aeterna
FACE : Jason Momoa
DOLLARS : 972
SACRIFICES : 202
PORTRAIT : if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_pkbd3itLsq1r8177lo4_400
ANNEES : 33 ans
CŒUR : when I find myself a-fallin' for some girl, I hop right into that car of mine and drive around the world
RÉINCARNATION : Baldr, prince des Ases et héritier de Midgard Dieu de lumière de la jeunesse, de l'amour, de la force. Juge suprême. Auteur du druidisme expliqué aux personnes âgées.
TALENT(S) : Pratique depuis son enfance le kapu kuialua: discipline très connue pour ses techniques de combat à main nue destinées à « briser les os ». Guitariste à la petite renommée dans la ville de Kaunakakai. Herboriste, qualification acquise en prison. Mais également le fruit d'une éducation allant en partie dans ce sens, famille avec un historique de guérisseur sur l'île
FACTION : Anonyme dans la foule, simple voyageur sans fortune ni royaume.
OCCUPATION : Herboriste vivant dans le droit chemin
GENÈSE : STADE 4
JUKEBOX : The White Buffalo - "The Whistler"
RUNNING GUN BLUES : if you think you're lonely now. ) sam Giphy
Destiné à renaître au pied de l'arbre monde, devenir roi à la suite d'Odin voilà son destin.
if you think you're lonely now. ) sam Empty
if you think you're lonely now. ) sam - Mar 16 Avr - 17:04


   


the lone wolf dies and the pack survives.


Désormais la femme et son cortège de blessures primait sur la patronne, l'air savait parfois se muer en une masse écrasante. Usant de nos émotions pour étouffer un peu plus les poumons, marée prête a engloutir pour de bon les mortels autant que les divins. Sam avait les mains couvertes de crasse, de sang ayant à présent perdu son écarlate. Baptisé comme dans l'ancien temps dans ce même liquide rouge, déversé des veines des innocents. Une partie de lui pouvait voir dans l'âme de la rouquine, profondément n'y résidait pas la noirceur: Il ne faut pas me dire merci..." Lui avait-il murmuré avec toute la vulnérabilité que lui autorisait le poids de ses actes passés, combien lui avait-il détruit de ces existences uniques ? Bien trop sans doute pour un jour être capable de trouver la paix, glissant son pouce contre son majeur maculé de sang il se força à l'admettre à voix haute: car moi j'ai fais bien pire."

Elle savait si peu sur lui, alors qu'à aucun moment il n'avait songé à lui mentir. Elle n'avait juste pas souhaité lui arracher plus que nécessaire comme réponse à l'époque, Oui Sam avait lui aussi une bonne âme. Mais quelle histoire n'a jamais vu un homme de bien chuter vers ses pulsions les plus sombres, perdre son grand amour, sa boussole morale ne serait jamais une excuse valable pour justifier du pire. Il ne voyait même plus son visage la nuit, contrairement à celui de toutes ses victimes. Un dernier regard sur le corps de Ais lui avait suffit pour avoir la certitude qu'il ne ferait rien de plus sur ce point la pour elle ce soir, L'homme avait ensuite trouvé son chemin en se traînant non loin pour étaler son dos contre le comptoir non loin. Éprouvé d'avoir dû faire preuve d'une vraie concentration pour soigner la charmante rouquine, à présent le mal de crâne lui revenait comme une juste récompense suite à une journée picole.

Il ne voulait pas être ici et elle non plus, mais voilà comment le destin rassemble ceux qui ne veulent guère plus que se sentir brisés et seul. Comme un ex toxico il avait tout tenté pour ressentir de nouveau quelque chose, une sensation d'être vivant complètement comme avant. Il avait cédé à tout, à la violence et au meurtre, au sexe facile et au pouvoir le plus injuste. Fatigué de tout et de tout le monde, l'alcool ne le rendait pas mauvais. La boisson lui offrait une vision parfaite, une idée pointilleuse de ce qu'il était à présent, un triste lot de consolation pour celle en face de lui.

" Il y a peu j'ai découvert que j'ai été, ou que je suis un prince ? Moi le gamin  de deux criminels, l'histoire raconte que je devais hériter de ce monde pour en faire un truc meilleur." Etre baldr pouvait parfois lui paraître difficile, si chaque personne était un monde alors pour une fois la légende disait vrai et car il se sentait devenir meilleur. Un sourire en coin il avait pointé son doigt vers sa patronne: J'aurai du demander un salaire à mon rang !"
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
into the wild!
-Rubies flew like drops of blood from the chest of a dying prince

COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aislinn O'Reilly
Aislinn O'Reilly
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : vb
CREDITS : thinkky (avatar) chrysalis (icons) luca (aes), rage, adrien gallo (sign), barbara (profil)
FACE : jessica chastain
DOLLARS : 1763
SACRIFICES : 2422
PORTRAIT : if you think you're lonely now. ) sam 9vSLZJ8
ANNEES : 41
CŒUR : qu'importe ce qu'on peut en dire, je tenais à vous le dire.
RÉINCARNATION : airmed, déesse irlandaise des plantes médicinales ; guérisseuse, empoisonneuse, enchanteresse
TALENT(S) : phytokinésie / contrôle des toxines--par le toucher / superphysionomie / vérité oculaire
FACTION : neutre - fille d'un ancien Sénéchal du Royaume
OCCUPATION : herboriste - fleuriste - fabricante de cosmétiques - produit des substances divines (propriétaire d'Emerald Garden & Eire's Breath & l’Élixir)
GENÈSE : primus - stade 6
TALON(S) D'ACHILLE : la tarte au citron - l'océan - les enfants
JUKEBOX : The Cinematic Orchestra - Arrival of The Birds & Transformation | John Tavener - Funeral Canticle
RUNNING GUN BLUES :

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_povuh8X2zh1wge3a7o7_400
S.K.
la cité des mâles veille sur le quartier des lunes ; elles veulent y faire leur place et doivent y bouffer du bitume ; de peines, de vaines, tenaces, elles brillent d'audace ; s'enflamment, un flegme, qui brûle ; si belles. bien plus qu'au soleil.

if you think you're lonely now. ) sam ECPqAq7
WAY DOWN WE GO
oh Father tell me, do we get what we deserve? oh we get what we deserve. cause they will run you down 'til the dark. yes and they will run you down 'til you fall and they will run you down, down 'til you go. yeah so you can't crawl no more, and way down we go.

if you think you're lonely now. ) sam 0uakMpf
ANGER AND TEARS
Is that all that's left us after hating all these years? In a house full of anger and a heart full of tears

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_nx78gfc4ke1t7x9x7o1_250 if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_nx78gfc4ke1t7x9x7o3_250
YOU'VE GOT A FRIEND IN ME
You've got troubles, well I've got 'em too ; there isn't anything I wouldn't do for you. We stick together and we see it through, yeah, you've got a friend in me ღ clais

if you think you're lonely now. ) sam ENRoOzf
WAR OF HEARTS
I can’t sleep 'cause thoughts devour ; thoughts of you consume. Even though I try not to I can't help but want you ღ alecinn

if you think you're lonely now. ) sam Gpo31jW
SOMEBODY ELSE
well you look like yourself but you're somebody else ; only it ain't on the surface. Well you talk like yourself, no, I hear someone else though ; now you're making me nervous ღ swayne

if you think you're lonely now. ) sam AagIcD4
AREN'T YOU TIRED?
I’m off the deep end, watch as I dive in. I’ll never meet the ground ; crash through the surface, where they can’t hurt us. we’re far from the shallow now.

if you think you're lonely now. ) sam DFIEDNB
LET ME COME BACK
Help me out here. All my words are falling short and there's so much I want to say. Please forgive me ღ kearney-killough

if you think you're lonely now. ) sam ZQBULJx if you think you're lonely now. ) sam TvlStJs
LOVE
« quoi, n'as-tu plus besoin de mon torse ? quoi, n'as-tu plus besoin de moi ? lorsque dans la rue tu seras seule sans escorte, dis-moi comment vas-tu faire sans écorce ? quoi, n'as-tu plus besoin de conseils ? quoi, n'as-tu plus besoin de mes règles ? entends, mes forts, je t’aime et te surveille, tu verras comme dehors c’est sans soleil. »


if you think you're lonely now. ) sam Rew4
YOU'RE MY SISTER
You are my sister, we were born so innocent, so full of need. We felt so differently then so similar over the years. The way we laugh, the way we experience pain. So many memories ; but there's nothing left to gain from remembering faces and words that no one else will ever know.

if you think you're lonely now. ) sam 3HlT7iR
CAN'T FORGIVE WON'T FORGET

if you think you're lonely now. ) sam UtoRbPf
JOLINN
I'm begging of you please don't take my man. Please don't take him just because you can ♫

if you think you're lonely now. ) sam Ll8aide
FAMILY PORTRAIT
Can we work it out, can we be a family?

if you think you're lonely now. ) sam KY30rw5l_o
POISON IVY
They used to call me Poison, like I was Poison Ivy. 'Cause I was filled with poison, but blessed with beauty and rage

if you think you're lonely now. ) sam Tumblr_o5s5nvFkND1uuzayro1_500
EMERALD GARDEN


if you think you're lonely now. ) sam 18121710172760050

if you think you're lonely now. ) sam 181107122908775200

if you think you're lonely now. ) sam MGhMSkN




if you think you're lonely now. ) sam Empty
if you think you're lonely now. ) sam - Lun 22 Avr - 11:43

If you think you’re lonely now.

dans l’épisode précédent
- - - - - - - - - - -

Samanya Hiamoe & Aislinn O’Reilly



Dans le silence qui suit sa tentative de décharger l’ambiance, l’herboriste somnole. Les effets de l’onguent sur sa jambe, la présence du géant qui l’apaise plus qu’elle ne veut l’admettre, font doucement retomber la pression. Et puisqu’il lui répond, elle tend l’oreille pour attraper les mots, se concentre, l’observe comme jamais auparavant.

Debout, la silhouette est impressionnante. Mais ce n’est pas la carrure, ni la taille ou les muscles qu’elle contemple. Sa réflexion s’attarde à son visage. Fermé, ce dernier peut être terrifiant. Terriblement menaçant et elle sait qu’elle-même n’en mènerait pas large si elle s’y retrouvait confrontée. Pourtant, c’est la douceur qu’elle peut lire sur ses traits à l’instant. De la mélancolie dans les yeux rieurs par moments ; beaucoup d’épreuves, de regrets, de tourments. De la chaleur aussi, excessive pour un prince des espaces enneigés. Elle ne voit ni malfaiteur, ni meurtrier. Juste un homme seul, bouffi de remords, prisonnier d’un passé et des chaînes qui le rattachent à sa naissance. La violence et le crime dans les veines.

Et l’instinct crie qu’ils se ressemblent, plus qu’ils n’ont jamais voulu le voir…  

« C’est un concours ? » Le sourire qu’elle présente est léger, quasiment imperceptible. Dans son timbre de voix, il n’y a plus aucune agressivité. Elle ne cherche plus vraiment à se protéger, et son ego s’est tû.
Ce soir, la gérante et l’employé sont semblables et sur un pied d’égalité. Lequel des deux a le plus de péchés à son actif ? Elle n’en sait fichtre rien. Elle ne lui a jamais demandé les détails du passé, a préféré faire confiance et conservé l’espoir que la main tendue le changerait ; mais ce dont elle est sûre, c’est qu’elle n’a rien d’une innocente. Il ne l’imagine pas, sans doute, tremper dans les affaires de la mafia. Encore moins de plusieurs d’entre elles. Qui la soupçonne, elle, la glace et la rigueur, la juge et la droiture, corruptible et crasseuse, avant de l’avoir vue à l’oeuvre ? Elle fabrique des poisons, pour les revendre aux criminels. Entraîne des ignorants dans sa lutte infernale, ce désir de vengeance et d’extermination, qui la dévore de l’intérieur et la corrode comme un venin.

Il n’a pas idée certainement, de tout ce dont elle est coupable. Et elle n’a pas besoin d’entendre ça. Qu’il est pire, ou que les maux qu’ils ont répandu ne sont pas comparables. Est-on une bonne personne quand on rêve de justice et d’entraide mais que toutes les actes entreprises produisent systématiquement le contraire ?

« Ni toi ni moi sommes des modèles à suivre », argue-t-elle, certaine qu’elle ne s’ouvrira pas davantage sur ce point. « Mais je suppose que ça vaut toujours la peine d’essayer de changer » ; et l’avenir nous dira que plus tard, cette observation fera lentement son chemin dans l’esprit de la belle.

Sa malice soudaine lui arrache un sourire. Elle observe la plaie recouverte, et masque sa nudité partielle sous sa veste étendue. Samanya fait partie des meilleurs. Il mérite la reconnaissance qu’il réclame sur ton de plaisanterie. Alors, elle se promet d’y réfléchir. « Qui dit promotion, dit nouvelles responsabilités. Mais je trouve que c’est une bonne idée ». Affalée, ses yeux bleus examinant le plafond, elle se laisse aller un instant dans le molleton du canapé.  

« Sam... » ; puis son chef se redresse, sérieuse, elle capte les orbes avelines du motard. « Cette soirée restera entre nous ? » Ce n’est pas une question qu'elle lui adresse, mais une promesse qu’elle veut l’entendre formuler.

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

adieu au Dieu aux tambours ; vous, lancinants comptes à rebours ; je m'en vais cueillir des lys en Amsterdam ; à deux, oh Dieu, c'est moins lourd ; rien ne me rendrait plus triste que de rendre l'âme, pour je ne sais quelle immondice et quel infâme. faut-il à l'avance qu'on s'avoue à quelle échéance, on se voue ? je préfère ne rien voir du tout.




toxic friendship:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
if you think you're lonely now. ) sam -

Revenir en haut Aller en bas

if you think you're lonely now. ) sam

 :: - OUTSIDE ARCADIA - :: into the past :: saison une
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sauter vers: