CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

you're a natural gangsta (alice)

 :: - OUTSIDE ARCADIA - :: into the past :: saison une
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Sinead Reed
- ADMIN + big tits, big issues -
BLAZE : Faiblesse est mon nouveau pseudo, je crois. (Arté)
CREDITS : ©kazuod'amour / code sign ©ANAPHORE [bann an riocht ©alf / icon fingers ©Pando ] / beautés ©alealeJANdro (gif nemhain) & ©zalim (avatars running gun blues) / adjectifs sign ©secret santa, QUI ES-TU JE T'AIME
FACE : ruth wilson
DOLLARS : 2293
SACRIFICES : 1411
PORTRAIT :
ANNEES : trente-sept piges
CŒUR : Foutu pour foutu, autant rester mariée à l’ennemi...
RÉINCARNATION : Nemhain, la guerre, la panique & la mort, aka trinité bénie.
TALENT(S) : odiokinésie (contrôle des émotions guerrières / fait se pisser de trouille ceux qui l'emmerdent en baston) + miroir jumeau + nyctalopie (la nuit on ne dort pas on danse) // capacité cheatée depuis stade 4 : insensibilité à l'alcool, obligée pour se bourrer la gueule de se remettre au neptra
FACTION : fidèle du Royaume, courtisane à l'essai depuis avril 2018 (ça va tapiner sexe - euh pardon "sec")
OCCUPATION : altiste dans l'orchestre philarmonique d'arcadia / courtisane du Royaume qui continue de secouer les non-payeurs (racket-rocket) & recrute à tour-de-bras
GENÈSE : Primus - consciente de sa nature, cheatée qui se sait, qui se perd dans des souvenirs nouveaux (stade 6)
TALON(S) D'ACHILLE : migraines à la con, réputation de chaudière sur pattes, un faible pour tout ce qui s'y connaît en musique classique, fait connerie sur connerie quand elle s'enivre de neptra
JUKEBOX : josef salvat - hustler / frou frou - let go / marina & the diamonds - forget / hurts - wonderful life
RUNNING GUN BLUES :


past lives
boadicea

aventures avant l'intrigue
maldwyn, carmen & emiko

embrouilles post-intrigue
zalim, bratva
royaume, alan
gus, anja

fuite d'infos par les kyosei-kai (mi-septembre)
appel w/ gus, appel w/ jan
delilah

(octobre)
ned, roman
fiona, aura

(novembre)
kazuo (le 18),

(dans le froid de décembre)
syb (le 10), alice (le 14)
[hors d'Arcadia : tournée de musique de chambre (Massachussetts, Rhode Island)
[url=#]luca (le 18 - à venir)[/url] alcide (le 20) ]
kaine (le 23), levi (nuit du 24 au 25), savvy (le 27)
vous ?





you're a natural gangsta (alice) - Lun 7 Jan - 23:58



you’re a natural gangsta
(fists high and heart pumping)


Elle était là pour recruter, tout bêtement. Elle partait deux jours plus tard pour une tournée de musique de chambre et savait qu’elle ne serait bonne à rien pour le reste du mois, étant donné qu’on arrivait à l’anniversaire de la mort de sa mère. Autant bosser correctement en début de mois, autant rester irréprochable et autant recruter les combattants efficaces, quitte à en garder certains entre ses cuisses, l’entretien achevé. La guerre battait son plein et la trêve hivernale n’existait pas dans les rues d’Arcadia, malgré les manifestations des honnêtes citoyens, réunis devant l’Hôtel de Ville, souhaitant que la municipalité fasse quelque chose -mais quoi ?- au sujet de ces grossiers personnages qui rougissaient les rues de sang. Manquerait plus qu’on instaure un couvre-feu dans les rues d’Arcadia, ça serait une belle, ça !

Ses boucles rousses tressaillent à la cadence de ses pas et, lorsqu’elle pénètre dans un des hangars réaffecté en ring de boxe, le Knockout, elle sent les regards lubriques se poser sur elle. Évidemment que les photos dénudées ont circulé, elle s’est fait une raison. Au moins, ils savent qu’elle est bien foutue, et ils savent surtout qu’elle est désormais hors d’atteinte, parce que bien agacée par cette histoire. Les sourires goguenards s’effacent quand elle croise les regards avides, sans se départir d’une gueule d’enterrement, rictus grave et prunelles glaciales. Le manteau ôté et passé sous le bras, Sinead prend une chaise pliable, la traine derrière elle et, ce faisant, la voilà qui fend le tas de mâles en chaleur et de femmes enthousiastes et avec un railleur « Les petites devant. » elle déplie le siège choisi et se pose dessus, au premier rang, face au ring. Jambe droite croisée sur la gauche, elle dépose son manteau sur ses cuisses et regarde autour d’elle, et surtout les deux types en train de se casser la gueule de l’autre côté des cordes, mais mollement, comme impressionnés par la présence d’une Courtisane du Royaume. « Allez, chop chop, on se magne, j’ai pas que ça à foutre. Y a quelqu’un qui sait se battre ici, ou vous n’êtes bons qu’à vous branler sur des photos de meuf à poil ? » Et d’aviser une silhouette féminine de l’autre côté du ring, qui détonne. Tension funeste qui lui hérisse les poils, mais elle ne reconnaît pas l’hôte du guerrier mythique dont Nemhain a autrefois annoncé la mort. Impossible de savoir, à pareille distance, et surtout avec aussi peu d’éléments. La déesse de la guerre fait signe à un habitué des lieux, puis à voix basse et sans cesser de regarder les combattants de l’arène de corde, elle l’interroge sur l’identité de la fille, avant de lui ordonner d’aller lui proposer de s’affronter. Elle n’est pas sûre, là, comme ça, d’être en état. Bon, elle n’a eu de cesse de s’entraîner ces derniers mois, mais c’est une chose d’utiliser un punching ball, ou un sparing partner, c’est autre chose d’être face à un véritable adversaire. Et peut-être que l’autre refusera, peut-être que la blonde ignore qui s’intéresse à elle, hm ?



▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



QUEEN SIN

“ that's called a hustle, sweetheart "


hot mess:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alice Labonair
- GODS BLESS AMERICA -
BLAZE : syanures
CREDITS : avatar (c) karma "rembrandt" de joong; face (c) twinsyrain; sign (c) frimelda
FACE : angele van laeken
DOLLARS : 514
SACRIFICES : 91
PORTRAIT :
ANNEES : vingt-quatre ans
CŒUR : célibataire hard-to-get
RÉINCARNATION : l'un des plus grands héros de la glorieuse histoire irlandaise, celui qui a parfois été élevé au rang de demi-dieu tant il mystifiait, le guerrier aux milles visages, le détenteur du javelot-foudre, l'homme au chien, cúchulainn.
TALENT(S) : vitalité hors norme caractérisée par une puissance physique surprenante pour son gabarit -elle cogne comme un camionneur- ainsi qu'une endurance et une force mentale peu communes + talent inné pour discerner le vrai du faux, détecter les mensonges et comprendre les réelles motivations des uns et des autres
FACTION : sans-faction jouant les courtisanes dans le but d'entrer dans le royaume. le magnétisme d'an riocht l'attire inexorablement.
OCCUPATION : reporter pour l'arcadia times et maman du raven's eye, blog sulfureux qu'elle relancera bientôt
GENÈSE : novum qui s'ignore, désorientée et dépassée par les événements
TALON(S) D'ACHILLE : cleptomane invétérée incapable de résister aux jolies choses + crises de rage ponctuelles mais intenses et imprévisibles + fumeuse de la première heure + jalouse secrètement les riches et les nantis, envie qui confine parfois à la haine + empathique au possible, elle peut aller très loin lorsqu'elle se bat pour une cause, même si ce n'est pas la sienne
JUKEBOX : skillet - one day too late
you're a natural gangsta (alice) - Dim 13 Jan - 20:30


De même que l’habit ne fait pas le moine, la carrure ne fait pas le combattant. C’est un fait acquis que tu as eu l’occasion d’observer à de nombreuses occasions. Mais de tous les exemples qui te viennent à l’esprit, aucun ne l’illustre mieux que la parodie de combat qui a lieu sous tes yeux. Bref portrait-robot des belligérants : grands, larges d’épaules, tatoués comme des Yakuzas et ressemblant davantage aux lourds-légers de l’UFC qu’à des combattants amateurs. Au Knockout, l’un d’entre eux compte d’ailleurs deux victoires -par k.o- à son actif, pour autant de participations. En somme, de véritables monstres. D’ailleurs, l’affiche a réuni plus de spectateurs que tu n’en as jamais vu dans ce vieil entrepôt sans prétention. Tu en fais partie. Alléchée par la promesse d’un combat d’anthologie, tu as fait en sorte d’arriver bien à l’avance de sorte à ne pas en perdre une miette. « LES GARS, SI C’EST POUR TAPER SPARRING ARRÊTEZ DE NOUS FAIRE CHIER ET TROUVEZ-VOUS UNE SALLE ». La foule auparavant extatique et chauffée à blanc commence à se sentir lésée. Et pour cause : le choc annoncé a accouché d’une souris. Si quelques coups parviennent à toucher leur cible, principalement des jabs et des coups de pieds, la plupart sont esquivés ou portés en bout de course. Disons les choses clairement : l’assistance commence à se faire chier.  « OU UNE CHAMBRE ». La répartie t’arrache un éclat de rire lorsque tu en avises l’auteur, Lorenzo, un habitué qui te plaît de plus en plus. Néanmoins, du haut de son mètre septante, il ne se serait sans doute pas permis une telle invective sans la certitude de ne pas être confondu par ces colosses, bien caché par la collectivité.

Evidemment, tu commences à te désintéresser de ce simulacre d’affrontement. Cela te permet de constater autre chose : pas mal de gens autour de toi cherchent à apercevoir quelque chose de l’autre côté du ring, quitte à en faire le tour. Tu as même l’impression que c’est la raison des inhibitions criantes affichées par lopettes I & II. Inutile d’essayer de deviner de quoi il s’agit en te fiant aux gueules que les gens tirent : c’est un véritable festival. Si certains semblent en sourire, d’autres jettent des regards si brefs et si dérobés qu’ils donnent l’impression de craindre pour leur vie. Bref, bien plus qu’il n’en faut pour éveiller ta curiosité naturelle de fouineuse. Et puis, il faut bien l’avouer, tu es un peu vexée de ne pas être dans la confidence. L’étiquette de petite nouvelle qui te suit partout à Arcadia commence à te taper sur le système. Sans réfléchir, tu attrapes fermement le bras du premier badaud venu. « Il se passe quoi ? Pourquoi tout le monde se met à agir bizarrement ? ». « Je ne sais pas. Qui fait quoi, en fait ? Ils se battent juste comme des gonzes… ». Heureusement pour lui compte tenu du machisme du lieu commun qu’il allait sortir, tu ne le laisses pas terminer.  « Putain, tu sers à rien ». Tu tournes les talons, le laissant s’offusquer bruyamment dans ton dos pendant que tu tentes de fendre la masse grouillante d’individus pour rejoindre l’autre côté.

Les effluves de tabac froid et, soyons clairs, de transpiration qui te montent au nez à mesure que tu te frayes un chemin entre les spectateurs font grimper encore un peu plus ton agacement. Tu lèves la tête pour tenter de respirer un peu d’air non-vicié, ton visage éclairé par la lumière pâle des néons. Le moindre mètre gagné requiert un effort considérable. Au bout de quelques minutes, alors que le combat n’est toujours pas terminé,  ta progression est stoppée par un type trapu que tu as souvent vu trainer avec les organisateurs, si tant est qu’on peut les appeler comme ça. « Alors ma jolie, le spectacle ne te plaît pas ? ». Bien que ce soit la première fois qu’il s’adresse à toi, tu sais qu’il a assisté à chacun de tes combats. Cela dit, aucune sympathie particulière ni d’inimitié apparente à ton égard. Une tiédeur qui ne t’empêchera pas d’être aussi directe qu’à l’accoutumée. « On dirait deux chiens sous Démérol forcés de se battre dans un sous-sol guatémaltèque. Sauf que là, je ne ressens aucune compassion ». Il sourit, une lueur d’amusement éclairant ses prunelles sombres. Si tu l’attribue dans un premier temps à ta vanne, ton interlocuteur s’empresse de te détromper. « C’est à peu près l’avis général. Ils n’en ont plus pour longtemps, de toute façon. Ça te dirait d’être la prochaine ? ». Tu fronces les sourcils, intriguée. Il a du sentir ton intérêt puisque son sourire s’élargit à vue d’œil. « Développe ». « Nous avons une invitée, ce soir. Oui, une femme, et une huile d’An Riocht qui plus est. Elle m’a expressément demandé de te transmettre son défi. Quelle est ta réponse ? ». La mafia irlandaise, autoproclamée Royaume. Qui que soit cette femme, elle ne montera pas sur le ring à reculons, d’autant plus qu’elle est à l’initiative. Tes sentiments sont mitigés. N’en ayant jamais eu l’occasion, la perspective d’affronter une fille t’attire. D’un autre côté, tu as la désagréable impression d’être un oiseau pour le chat. Pourquoi veut-t-elle t’affronter, toi ? Parce que tu es une femme ? Ou pour d’autres raisons ?

Alors que tu étais sur le point de lui demander de te montrer celle qui te met au défi, l’un des combattants parvient à coller un violent coup de genou à son adversaire. Groggy, le visage ensanglanté, le malheureux s’écroule. Il ne se défend guère lorsque son agresseur lui fond dessus et le roue de coups de poing. Cela a le mérite de réveiller l’assistance alors que le combat est enfin arrêté. De ton côté, tu n’hésites plus. La violence des derniers instants t’as ouvert l’appétit. Vous serez les suivantes. « C’est ok. Dépêche-toi, on y va maintenant alors. Je suis prête ». Tu n’étais pas venue pour ça, ta veste en jean et ton pantalon sont loin d’être appropriés, mais l’occasion est trop belle. Déjà, tu sens en toi ce déferlement d’énergie tierce mais tellement familière. An Riocht, hein ?




▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

INNER HEAT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

you're a natural gangsta (alice)

 :: - OUTSIDE ARCADIA - :: into the past :: saison une
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nécrographie d'Alice Beauval
» voyant orange sur une prise CPL
» Critique : Alice aux pays des merveilles
» ALICE IN WONDERLAND VFX
» Plus de connexion, voyant internet rouge...

Sauter vers: