CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

thunder in their hearts (Luca)

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nilin El Mahdy
Nilin El Mahdy
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) Morrigan la plus belle ♥ / anaphore (sign) / tweek (icones)
FACE : Sonia Ben Ammar
DOLLARS : 408
SACRIFICES : 227
PORTRAIT : thunder in their hearts (Luca) Tumblr_pn76qdFQJY1v2g9l8o2_500
ANNEES : (vingt années) obscurcissent le jugement et les pupilles de la gamine.
CŒUR : (Célibataire), aucune bague au doigt, aucune menotte aux poignets, bien trop indépendante pour se laisser emporter dans une histoire.
RÉINCARNATION : (Ma’at / Maât), déesse de l’ordre, de la vérité, de l’équilibre et de la justice. Contraire de l’Isfet.
TALENT(S) : (pesée du coeur) ACTIF - (plumes de Ma'at) INACTIF - (balance de Ma'at) INACTIF - (perception karmique) ACTIF
FACTION : (Factionless), trop jeune pour ces conneries, trop conne pour s’y attarder aussi. Elle n’a que faire des jeux de mafias en tant qu’humaine, et la déesse cherche quant à elle à réguler les vices. Balance déséquilibrée qui ne lui sied guère.
OCCUPATION : (danseuse et jeune chorégraphe), elle se rêve étoile, brillant parmi les astres, éblouissant les spectateurs de sa grâce et de son élégance.
GENÈSE : (Primus), stade 3
thunder in their hearts (Luca) Empty
thunder in their hearts (Luca) - Jeu 17 Jan - 23:49


thunder in their hearts.


@Luca Salducci




Les doigts s’arrêtent au niveau du téléphone, non loin de la première touche, avant que tu ne rabattes l’objet contre son socle. Depuis combien de temps reportes-tu ce moment ? Tu pensais le faire en arrivant, courant septembre, mais tu n’as pas réussi. Pourtant, tu étais venue, plusieurs fois, de poster devant la porte de l’établissement que ton père possède. Tu avais voulu y rentrer, pensant qu’un premier contact là-dedans serait plus agréable que devant des avocats, mais tu n’avais pas pu t’y résoudre. A chaque fois que le courage t’emmenait jusque-là, la lâcheté se mêlait à l’anxiété dans ton cœur, et tu tournais les talons. Tu t’en veux toujours, de n’avoir jamais rien fait quand il était à portée de mains. Luca Salducci. Ca sonne étranger, ça rappelle le sud de ton Europe natal. T’as déjà été en Italie, rapidement, et tu demandes s’il vient de là-bas lui aussi, ou si tout cela n’était que des origines lointaines. T’en sais rien, et aucune information ne filtre, à ton grand désespoir. Ou plutôt, tu ne sais pas où chercher sans attirer l’attention sur toi, et tu n’as pas les contacts dont tu as besoin… Et on va dire que tu as déjà suffisamment attiré l’attention sur toi, à en juger par les visages qui reviennent un peu trop dans ton paysage… Ou c’est l’anxiété qui parle. Tu ne sais plus, depuis quatre ans…

Puis, tu prends ton courage à deux mains, une bonne fois pour toute. Si tu ne peux pas y aller directement, et de toi-même, tu passeras par tes avocats, comme ta mère te le conseille dans sa dernière lettre. En soi, tu ne veux pas d’argent, pas de reconnaissance quelconque. Tu as juste besoin de… Savoir. De le voir face à toi, de le détailler. Tu en sais si peu, et ta mère a toujours refusé de t’aiguiller. T’as juste compris qu’il était… Comme vous. Dernière révélation d’Isis sur son lit de mort, voilà plus d’un an. Alors, ça t’intrigue, ça te donne envie d’aller plonger ton nez là où il ne faut pas, encore. Au pire, que risques-tu ? Te faire des ennemis en plus ? Tu dois déjà en avoir des dizaines, à cause de ton sang. Tu n’as pas oublié la mort de ta mère, la balle qui lui avait transpercé le crâne. Règlement de comptes, selon la police. Ont-ils menti ?

L’appel est enfin passé, demande d’être mis en contact avec Luca Salducci et que lui soit transmis la dernière lettre de Farah El Mahdy, testament décliné en plusieurs langues. Comme pour éviter que tu fasses les frais d’une vengeance mal placée…

**

Puis la réponse est tombée. Autorisation d’être au moins en présence des avocats de Salducci, dans leurs bureaux au centre de la ville. Et les ongles sont rongés, la peau arrachée, angoisse qui te tord les entrailles, te donne la nausée. Faut juste tenir. Faut juste pas s’évanouir une fois arrivée. Ne pas s’évanouir. Ca tourne en boucle dans ton crâne, pauvre ordre que tu ne peux t’imposer.

Et le problème, avec ta foutue anxiété, c’est que ça dérègle aussi ton don. Les doigts s’attardent sur les chairs, et une simple poignée de mains se révèle destructrice. Les tatouages se sont dessinés par dizaines sur les corps, et sur le tien, des lettres de sang ont fini par apparaître. T’as réussi à masquer avec quelques pansements, et tes doigts ont vite retrouvé leur cachette, dans des gants en cuir. Il ne fallait pas que tu blesses des avocats et notaires, après…

Assise sur une chaise confortable, tes pupilles s’accrochent à l’horloge au-dessus de la porte. Aiguille courant, avalant les minutes, et toi, tu attends, les mains serrées sur les genoux. Ce n’est peut-être pas la meilleure idée du monde que d’être présente aujourd’hui…







▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


Sur le quai de l'insomnie, à la lueur de la lune.
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
thunder in their hearts (Luca) Empty
thunder in their hearts (Luca) - Mar 22 Jan - 11:52


thunder in their hearts.


La tête prise par toutes les histoires du nouvel an, le coeur tambourinant sous des émotions qu’il pensait éteintes à jamais, il est 6h du matin quand Luca Salducci s’éveille. Première nuit quasi complète depuis le 26 décembre, cinq heures à dormir, c'est beaucoup pour lui. L’esprit assoupi a vagabondé sur des images qu’il ne comprend pas et qui lui semblent pourtant si réelles. Des visages, des mots, des coeurs, des morts aussi. Il avait arrêté de dormir depuis qu’il avait compris ce qui lui arrivait. Les yeux ouverts sous la pléthore des médicaments divins, il essayait de ne pas y penser, de faire taire les voix et de continuer. Trop de choses à penser, trop d’histoire à gérer, ce n’était pas le moment pour qu’Eros s’éveille. Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Il ne peut pas se permettre de… de n’être pas lui alors que les siens en ont besoin. Le Dieu grecque ne peut… Il veut aider, Luca le sait, sent ses ailes lui chatouiller le dos comme pour lui prouver qu'il est là, pour lui, pour sa protection. Mais l’italien ne supporte pas l’idée de s’endormir pour leur laisser Eros. Ce dernier en a déjà bien trop fait sans s’en rendre compte. Il a causé trop de dommages.

Il a dansé ce matin Luca, la salle de répétition de l’étage du dessous réservée par ses soins. Le parquet lustré, les pointes enfilées, les pieds ont voltigé comme le corps et les mains. Entrainé par la musique, le poitrail gonflé sous les impulsions musicales, se faire happer par les notes lui permet de rester humain. Il évite les corps, il abandonne les coeurs, il essaye de ne plus toucher personne et de clore ses paupières pour éviter de croiser quelques prunelles à incendier. Oublier, ne plus y penser, fermer l’esprit, le sien et celui d’Eros et surtout, ne pas avoir la tête tournée vers Alcide, Augustin et Sybille et surtout, vers cette demoiselle dont il ne sait rien mais qu’il va devoir apprendre à connaitre. Les passés le rattrapent, le sien et ceux d'Eros qui ne cessent de dévorer sa tête.

Le rendez vous est à 9h30. Il est 9H25 quand il débarque. Un pantalon de lin sombre, une chemise blanche légère, une veste nuance chocolat, les yeux bleus sont cernés mais ça n’enlève en rien à son charme. Monsieur Salducci.une poignée de main pour saluer l’un de ses avocats.Thomas. L’homme, il le connait depuis des années, a confiance en lui pour la gestion de son patrimoine et mettrait sa vie entre ses doigts sans aucune crainte. S’il pouvait aussi prendre celle d’Eros dont les souvenirs tambourinent dans sa mémoire, ce serait bien. La petite est arrivée, son avocat est là. Un sourire sur le visage, léger, presque attendri. Ne l’appelez pas la petite, elle est plus vieille que moi quand ma famille a du vous engager pour protéger mes intérêts… Une tape sur l’épaule, amicale et la porte est poussée sans attente. Le visage apparait. Tout comme des dizaines d’autres au même instant, l’esprit chahuté sur les vies qui s’entremêlent. L’accroche au bras de l’avocat est obligatoire, léger malaise qui se perçoit et qu’il réussit à calmer d’un coup de tête. Excusez moi. C’est soufflé, envers eux et surtout envers elle. Les prunelles se relèvent, le bleu de la Méditerranée rencontre l’or du désert. Elle est belle.

L’Ange redresse le visage, les épaules en arrière, les images cessent un peu et il peut approcher. Nilin, je crois ? Il fait quelques pas, reconnait dans ses traits le visage d’une femme qu’il a jadis aimé une nuit. Jamais Eros ne se moque de ses conquêtes et à parts égales, il leur a donné tout l’amour qu’il avait. Alors cet enfant, cette jeune femme, il ne ressent ni honte, ni colère envers elle. C’est surement pour ça que sa main est tendue, dans l’attente d’attraper la sienne. Elle est gantée, il ne la touchera pas, ne la fera pas exploser, ne lui arrachera rien du coeur sans sa permission. Vous avez les yeux de Farah. Et des années auparavant, il s’ est perdu des heures, le dieu de l’Amour, dans les yeux d’Isis la superbe.





Revenir en haut Aller en bas
Nilin El Mahdy
Nilin El Mahdy
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) Morrigan la plus belle ♥ / anaphore (sign) / tweek (icones)
FACE : Sonia Ben Ammar
DOLLARS : 408
SACRIFICES : 227
PORTRAIT : thunder in their hearts (Luca) Tumblr_pn76qdFQJY1v2g9l8o2_500
ANNEES : (vingt années) obscurcissent le jugement et les pupilles de la gamine.
CŒUR : (Célibataire), aucune bague au doigt, aucune menotte aux poignets, bien trop indépendante pour se laisser emporter dans une histoire.
RÉINCARNATION : (Ma’at / Maât), déesse de l’ordre, de la vérité, de l’équilibre et de la justice. Contraire de l’Isfet.
TALENT(S) : (pesée du coeur) ACTIF - (plumes de Ma'at) INACTIF - (balance de Ma'at) INACTIF - (perception karmique) ACTIF
FACTION : (Factionless), trop jeune pour ces conneries, trop conne pour s’y attarder aussi. Elle n’a que faire des jeux de mafias en tant qu’humaine, et la déesse cherche quant à elle à réguler les vices. Balance déséquilibrée qui ne lui sied guère.
OCCUPATION : (danseuse et jeune chorégraphe), elle se rêve étoile, brillant parmi les astres, éblouissant les spectateurs de sa grâce et de son élégance.
GENÈSE : (Primus), stade 3
thunder in their hearts (Luca) Empty
thunder in their hearts (Luca) - Ven 25 Jan - 17:51


thunder in their hearts.


@Luca Salducci


Tu ne sais même pas comment tu fais pour rester plantée là, quand tout en toi hurle de prendre la fuite. Tu n’aimes bien, savoir que tout peut se passer différemment que tu l’imagines. Après tout, tu te pointes chez un inconnu, une personne qui, si elle est bien ton père, ne t’a jamais connu, et ne veut peut-être pas te connaître. C’est ta plus grande crainte finalement, le rejet. Pourtant, tu t’y es habituée à la solitude, à ce silence une fois la porte de ton appartement poussée, une fois la dernière représentation clôturée. Les applaudissements, la présence des autres, tout cela n’est qu’éphémère dans ta vie. Une fois les quelques minutes de danse terminées, ultime rappel, c’est le plomb qui retrouve sa place, derrière un mur qui te sépare des autres. Tu n’as jamais été très sociable, tu as toujours eu du mal à t’intégrer alors, sans ta mère, tu ressens encore plus ce pan de ta personnalité. Nuages masquant le soleil que tu peux être…. Un soupir quitte tes lèvres, alors que tu te rends compte que tu t’es encore perdue dans tes pensées. Heureusement, il reste quelques minutes encore avant l’arrivée de l’avocat… Normalement. D’après ce qu’indique l’horloge finement décoré.

Tic-tac, et les pupilles s’accrochent à la pendule. L’aiguille se déplace, trop lentement pour toi. Chaque seconde résonne dans ton esprit, assèche un peu plus ta gorge. Tu as encore le temps de partir en courant, tu en es certaine. Et à vrai dire, tu te tâtes. Personne ne viendra te reprocher d’avoir couru loin de tout ça, d’avoir refusé d’apprendre tout ça. Puis, ce n’est pas Luca qui dirait le contraire. Il n’a pas demandé de gamine à récupérer, ou juste à connaître. En soi, tu ne lui demandes rien, mais peut-être que juste ta présence, ton existence suffira à l’indisposer. Les doigts glissent dans ta longue chevelure, jouent avec quelques mèches, pour faire passer le stress. Jusqu’à ce que la porte s’ouvre, coupant court à toute fuite, à tout retour en arrière. Trop tard. Prise au piège, tu obliges la respiration à se calmer, quand le myocarde tape dans la cage thoracique. Mélodie anarchique que tu cherches à contrôler.

Et tu le sens, tu le vois vaciller. Les pupilles se baissent un instant, te pensant coupable dans la situation. Puis non, ta fierté pointe le bout de ton nez. Tu veux faire honneur à ta mère, même si ça fait un an qu’elle a disparu, bientôt deux. « Vous n’avez pas à vous excuser. » C’est un seul murmure qui passe la barrière de tes lèvres, quelques mots pour évacuer quelque peu la pression et l’hybris. Comme si c’était aussi simple. Les doigts se serrent en poings, pour éviter de frotter sous impulsion tes genoux. Heureusement que tu as mis tes gants, tu aurais fait un carnage sinon. Car tu as appris, avec le temps, que tous les êtres, tous les corps avaient déjà pêché au moins une fois dans leur vie, et que tu révèles jusqu’au plus petit mensonge prononcé…

Et tu plisses les yeux, en détaillant la silhouette de l’homme qui se tient face à toi. Il est… Pas étrange en lui-même non. Y’a juste un autre ressenti derrière, quelque chose que tu n’as jamais perçu jusque-là. Ca gratte, ça s’impose à toi, ça vrille le crâne. Ca brille, une douce lueur pourpre à laquelle tu t’accroches. Et ça se développe, jusqu’à évoquer un sentiment, intimement relié à lui. Et tout se coupe quand il reprend la parole. Respiration sifflante, un instant, alors que tu te rends compte que tu as retenu ton souffle tout ce temps. « Oui, c’est ça. » Tu réponds, à peine sûre de ce que tu as entendu. C’est ton prénom, dont il s’assure. Normalement. Main tendue, qu’il te faut un temps avant de serrer, après t’être assurée à nouveau que les doigts n’entreraient pas en contact sa chair. Et tu te relèves dans la foulée, manques de chuter dans la foulée, ne retrouves l’équilibre que grâce à ton entraînement. L’avantage d’être danseuse depuis des années… c’est que tu tiens à peu près debout, sauf cas extrêmes. « Merci. » Les yeux de ta mère. Tu ne les vois plus qu’en photo désormais, et y’a jamais eu de famille pour te dire ça. Une langue passe sur tes lèvres, rapidement, et tu reprends. « Je suis… Désolée de vous importuner en tout cas. Je voulais juste… Vous parler. » Oui, au moins une fois. Juste pour voir à quoi il ressemble quand même. Si ta mère n’avait rien dit, c’est parce qu’elle était comme toi. Rentrer dans la vie d’un autre, sans y être invitée, ce n’est pas dans vos habitudes…  





▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


Sur le quai de l'insomnie, à la lueur de la lune.
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
thunder in their hearts (Luca) Empty
thunder in their hearts (Luca) - Ven 1 Fév - 12:51


thunder in their hearts.



Oui, elle a les yeux de Farah et aussi une voix qui lui rappelle les murmures de là-bas. Une voix fluette mais qui ne manque pas de confiance, ça ferait presque sourire Luca si elle n'avait pas manquer de se casser la tête. Récupérée sur ses deux pieds, dextérité qu'il  pense venir des gènes de danseuses de l'egyptienne. Elle est morte Farah et en apprenant ça, Luca découvre l’enfant qui est le sien. Ce n'était pas prévu, ni le décès  ni la jeune fille devant lui et il n'a jamais pensé qu'il pourrait devenir père. Dieu de l'amour qui permet aux autres de connaître le sens de la famille alors que la sienne, il leur a tourné le dos sans une excuse, ni un retour. Il les aide, oui, les aime toujours mais quitter la Camorra, c'est comme un billet aller-simple vers une destination inconnue. Tu sais ce que tu quittes sans savoir ce que tu vas rencontrer. Tu sais qui tu quittes sans connaître ceux qui vont te permettre d'écrire la suite. Cette fille aux grands yeux couleur d'obsidienne est la première à entrer dans cette nouvelle vie que qu'il n'est  pas certain de réussir Luca. Sans les siens, il n'est qu'un homme, qu'un danseur, qu'un dieu parmi tant d autres. Sans les siens, que peut-il réellement faire ? Vivre, tout simplement qu'on lui répondrait. Vivre, idée qu’il doit accepter et auquelle il doit croire.

La main dans la sienne, le gant contre ses doigts, ça lui rappelle lui. Lui et ses jeunes années où les corps étaient interdits et où la peur de détruire était plus forte que celle de créer. Alors il ne dit rien, l’Amour, reste silencieux face au geste qu’il attache à un passé presque douloureux. Vous ne m’importunez pas Nilin. La voix est claire malgré la fatigue et le dieu qui frappe dans la caboche. Ça tinte trop fort, ça gêne ses réflexes et sa vision. Mais il tient, Luca, il résiste à l’envahisseur qui a la douceur d’un oiseau picorant le crâne. Asseyez-vous, évitons de nous casser la figure tous les deux. C’est un truc de famille visiblement. Un rire, léger et amusé se fait entendre.
La chaise l’accueillie avec satisfaction, ne plus avoir à tanguer ou à se retenir à Thomas comme un enfant qui apprend à marcher. Mademoiselle El Mahdy ici présente est venue pour… Revers de la main de l’homme. Faire taire l’avocat, faire taire tout ceux qui voudront prendre la parole. Et on ne dit pas non à Luca. Je sais pourquoi elle est ici mais ce que je veux surtout savoir c’est qui elle est… Et ce qu’elle veut me dire. La voix est calme, posée, attendrissante. Luca peut comprendre l’affliction de la jeune femme, autant que sa panique de se retrouver face à un père qu’elle ne connaît pas. La mettre mal à l’aise, l’assumer sous des injonctions juridiques ou pire, un refus de communiquer serait à l’opposé de qui il est. Et même si ses avocats lui préconisent de mettre en sureté sa fortune, son club, ses propriétés, Salducci n’en a que faire. Cette jeune fille n’est pas là pour ça, il le sent et le sait, en regardant au plus profond de ses prunelles. Elle veut juste le connaitre et savoir qui est cet homme qui fait parti de son histoire sans qu’elle n’ait rien demandé. Qu’est ce que vous faites dans la vie Nilin ? Etudiante je pense, non ? La question de savoir qui elle est, de quel panthéon a-t-elle hérité lui brûle les lèvres mais il n’ose pas aller plus loin. Pas à la première question tout du moins.



Revenir en haut Aller en bas
Nilin El Mahdy
Nilin El Mahdy
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) Morrigan la plus belle ♥ / anaphore (sign) / tweek (icones)
FACE : Sonia Ben Ammar
DOLLARS : 408
SACRIFICES : 227
PORTRAIT : thunder in their hearts (Luca) Tumblr_pn76qdFQJY1v2g9l8o2_500
ANNEES : (vingt années) obscurcissent le jugement et les pupilles de la gamine.
CŒUR : (Célibataire), aucune bague au doigt, aucune menotte aux poignets, bien trop indépendante pour se laisser emporter dans une histoire.
RÉINCARNATION : (Ma’at / Maât), déesse de l’ordre, de la vérité, de l’équilibre et de la justice. Contraire de l’Isfet.
TALENT(S) : (pesée du coeur) ACTIF - (plumes de Ma'at) INACTIF - (balance de Ma'at) INACTIF - (perception karmique) ACTIF
FACTION : (Factionless), trop jeune pour ces conneries, trop conne pour s’y attarder aussi. Elle n’a que faire des jeux de mafias en tant qu’humaine, et la déesse cherche quant à elle à réguler les vices. Balance déséquilibrée qui ne lui sied guère.
OCCUPATION : (danseuse et jeune chorégraphe), elle se rêve étoile, brillant parmi les astres, éblouissant les spectateurs de sa grâce et de son élégance.
GENÈSE : (Primus), stade 3
thunder in their hearts (Luca) Empty
thunder in their hearts (Luca) - Lun 4 Fév - 12:22


thunder in their hearts.


@Luca Salducci


Tu n’es pas à l’aise, et au-delà de le ressentir, ça devait te voir sur ton visage. Tu n’as jamais été douée pour cacher tout cela, ou est-ce seulement l’hybris qui se manifeste de trop ? Parfois, il déborde. Souvent, c’est lui qui dirige ta vie plutôt que le contraire. Et t’as beau vouloir de battre, tu es toujours submergée. Pourtant, il ne faut pas oublier que tu as dansé sur des scènes immenses, devant des personnes que beaucoup ne croiseront jamais de leur vie… Mais ça n’empêche, dès qu’on sort de ta zone de confort, de tes compétences, tu t’écroules, t’es bouffée. Et tu multiplies les erreurs mais finalement, ce n’est pas comme si beaucoup de monde restaient autour de toi. Déjà, tu viens d’arriver, puis t’as les pouvoirs qui font peur, moindres fautes révélées sous un contact. T’aimerais savoir le contrôler, savoir l’arrêter, qu’il arrête de déborder, juste une fois… Mais à part apprendre à contrôler le stress, y’a pas trop de possibilités. Et c’est long, épuisant à force. Ca donne l’illusion que tu n’y arriveras jamais…

Tu ne l’importunes pas, et t’y crois pas, malgré les mots que lui-même dit. T’as trop l’habitude d’avoir peur, d’inventer. Esprit entrelaçant les problèmes, finissant par les empirer dans la réalité alors qu’ils n’avaient aucune existence au préalable. C’est un peu le souci, que de tout le temps s’interroger, tout le temps se descendre… Son rire est contagieux, étire tes lèvres en un sourire. Rien de bien important, mais déjà mieux que la peur dans les iris. « Mais nous sommes tous les deux parvenus à rester debout. » Par un miracle certainement dans ton cas. Tes pupilles détaillent un peu plus la silhouette, les traits de l’homme alors que l’avocat s’en mêle, pour donner les raisons de ta venue ici. Tu ne t’en formalises pas, peux ressentir le côté zélé et rigoureux de celui qui se fait arrêter au milieu de sa phrase. Combien de personnes ont déjà souhaité se faire passer pour un enfant de juste pour l’argent. C’est con, mais ça arrive plus souvent qu’on ne le pense. Alors, la protection assurée par l’avocat est logique, et tu ne peux pas lui en vouloir. Tes pupilles retrouvent le bleu océan des iris de Luca, hypnotisantes. « Vous êtes… Passionné mais il y a beaucoup de stress en vous. » Tu ne sais pas trop pourquoi tu dis ça, au milieu de tout, mais tu suis l’instinct pour une fois, tu suis les couleurs et les informations que ton cerveau traduit. Incompréhensible.

Le dos reste droit, les doigts sont posés sur tes genoux, silence presque religieux dans la pièce. Tu captes les traits, les sourires, les yeux qui s’écartent et qui reviennent. Ce ne sont que des détails, mais tu t’y es toujours attardée. Dans la danse, c’est ce qui fait la différence entre un excellent danseur et une étoile. Pour briller plus que les autres, il faut détailler, il faut accorder de l’importance à ce qui ne semble pas en avoir. « Je… Je danse. J’étais à l’Opéra de Paris avant de venir ici. » Tout plaquer, pour retrouver son père, juste pour une fois dans sa vie le croiser. Et aussi parce que l’Europe est devenue dangereuse. Les créanciers se bousculaient à la porte, réclamant autant un corps, qu’une puissance, que de l’argent. Alors, l’excuse a été parfaite, pour venir jusqu’à Arcadia. Tout n’est qu’une affaire d’excuses… « Je n’ai pas vraiment fait d’études pour espérer être étudiante. » Le sourire se dessine sur tes traits. La danse a toujours été toute sa vie finalement. Et tu sais que tu y passeras toute ta vie…  





▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


Sur le quai de l'insomnie, à la lueur de la lune.
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
thunder in their hearts (Luca) Empty
thunder in their hearts (Luca) - Dim 10 Fév - 11:04


thunder in their hearts.



Et il entend les mots Luca, se sent comme épié par la jeune femme. Chaque couture de son visage, chaque émotion qu’il laisse transparaitre, il a l’impression qu’elle lit tout, comme un aveugle sur du braille. Pas besoin qu’il les évoque, cette jeune fille les comprend. Passionné, oui il l’est, stressé, pas normalement. Mais en ce moment c'est certain, Eros picorant son esprit comme un rapace les viscères d’un opposant. Froncement de sourcils pour l’ancien sous boss de la Camorra, fait-elle partie de son panthéon à lui ? Est-elle capable de lire les coeurs comme lui les maitrise ?  Il devrait se concentrer, voir son aura, ça serait plus simple… Il y aurait aussi moins de surprise, ce serait moins amusant certainement. Mais entre attendre et comprendre, Luca fait plutôt parti de la seconde famille.
L’aura reste invisible pour le moment, Luca s’empêche de lire en elle pour éviter d’être distrait. Il savait Farah du panthéon égyptien, alors obligatoirement, la petite est une récurrence. Mais entre les deux, son coeur balance, il ne sait trop quel panthéon il préférait déceler chez elle. La réponse le tire de ses rêveries, froncement de sourcils remplacé par un sourire. Elle danse. À l’opéra en plus, classique qu’il a du abandonné lui, classique qui lui manque terriblement. La silhouette, l’étroitesse des épaules, de la taille, il aurait du y penser rien qu’en la voyant. Farah était belle sur la scène, il s’en souvient encore, c’est comme ça qu’ils se sont connus et charmés. Une danse, une nuit et un éclat divin dans le coeur. Rapidité d’une passion qui pourtant, ne l’a pas laissé de marbre Luca, comme toutes celles qui ont réchauffé son poitrail. Nul besoin d’étude quand on est doué quelque part. Qu’il répond, amusement dans les mots et sur le visage. La migraine s’en va, les voix se calment, Nilin l’apaise. Déesse ou enfant, il ne sait pas pour quelles raisons, mais ça lui fait du bien de se concentrer sur elle. Vous avez une lettre de recommandation j’imagine, de l’opéra de Paris ? Vous n’aurez aucun mal à rentrer à celui d’Arcadia mais… l’arrête du nez est grattée, malaise léger du professeur qui sait parfaitement qu’elle ne s’y retrouvera pas, qui lui manquera quelque chose. Arcadia n’est pas Paris, je préfère vous prévenir. Les professeurs sont bons mais il n’y a pas cette… Hésitation sur le mot, coup d’oeil aux avocats qui semblent s’ennuyer. Ils s’attendaient peut-être à de la colère et à des jeux de pouvoirs et Luca n’en montre pas. Pire, il fait la discussion avec celle qui voudrait peut-être son héritage. Cette folie qui entoure le ballet français.  Je pourrais vous conseiller quelques personnes qui sauront plus à même de vous maintenir à niveau. Lui, par exemple mais d’autres aussi. Ça tombe au bon moment en plus, l’Ange a été convié a reprendre quelques masterslcass à l’opéra de la ville. Bien que plus dans le contemporain à présent, son talent de danseur classique est toujours d’actualité et on sait Luca Salducci doué pour galvaniser les coeurs et les foules. Son nom appâte toujours, son nom fait venir les plus fervents admirateurs de la danse, et les plus grands actionnaires de la région.

Et puis à peine a-t-il relâcher sa pression sur Eros que le voilà picorer à nouveau contre les parois de sa tête. Le plissement des paupières est plus fort, la douleur l’emporte un peu trop loin et un gémissement s’échappe de ses lèvres. Les mains contre les tempes, Thomas quitte son siège rapidement, se rapproche de lui, tente de le calmer. Bordel, ça…. Il n’arrive pas à dire plus Luca, le tintement et les murmures dans son crâne se faisant de plus en plus fort. Et relever la tête, les yeux trop clairs, trop ouverts, l’esprit trop éveillé, et l’aura de Nilin qui apparait. Dorée. Comme le sable, comme la peau de Farah, comme les éclats dan ses yeux, quand cette nuit-là, l’Amour l'a mené au plus haut dans les cieux. Egyptien. ça sort des lèvres sans attendre, sans contrôle, toujours les mains de Thomas sur ses épaules pour le détendre. Qu'importe les humains autour, ils sont au courant, ils font partis de la famiglia. Vous êtes du panthéon égyptien. Et plus que ça, il sait, Luca, quelle déesse elle habite. Il l'a reconnaît, Ma’at se dérobant sous la carcasse juvénile. Ma’at dont il ne connait rien, mais qu’Eros voit briller tout autour de Nilin. Farah serait fière. Lui le sera. Lui l’est déjà.





Revenir en haut Aller en bas
Nilin El Mahdy
Nilin El Mahdy
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) Morrigan la plus belle ♥ / anaphore (sign) / tweek (icones)
FACE : Sonia Ben Ammar
DOLLARS : 408
SACRIFICES : 227
PORTRAIT : thunder in their hearts (Luca) Tumblr_pn76qdFQJY1v2g9l8o2_500
ANNEES : (vingt années) obscurcissent le jugement et les pupilles de la gamine.
CŒUR : (Célibataire), aucune bague au doigt, aucune menotte aux poignets, bien trop indépendante pour se laisser emporter dans une histoire.
RÉINCARNATION : (Ma’at / Maât), déesse de l’ordre, de la vérité, de l’équilibre et de la justice. Contraire de l’Isfet.
TALENT(S) : (pesée du coeur) ACTIF - (plumes de Ma'at) INACTIF - (balance de Ma'at) INACTIF - (perception karmique) ACTIF
FACTION : (Factionless), trop jeune pour ces conneries, trop conne pour s’y attarder aussi. Elle n’a que faire des jeux de mafias en tant qu’humaine, et la déesse cherche quant à elle à réguler les vices. Balance déséquilibrée qui ne lui sied guère.
OCCUPATION : (danseuse et jeune chorégraphe), elle se rêve étoile, brillant parmi les astres, éblouissant les spectateurs de sa grâce et de son élégance.
GENÈSE : (Primus), stade 3
thunder in their hearts (Luca) Empty
thunder in their hearts (Luca) - Jeu 14 Mar - 21:16


thunder in their hearts.


@Luca Salducci


Le doigt se tient particulièrement droit, tu obliges le stress à se plier à ta volonté, fer rendu malléable par le feu brûlant. Tu t’étais imaginée beaucoup de choses par rapport à ta rencontre avec Luca, ce père absent, mais que ta mère n’avait certainement jamais oublié. Tu captes l’éclat dans les pupilles bleutées qui te font face, lagon qui te transporte, calme que tu es loin de ressentir. Douce lumière pourpre qu’il dégage, sur laquelle l’ambre de tes iris s’attarde aussi. Si on ne t’a jamais caché ta nature, ni même le nom de l’entité qui a élu domicile en toi, l’entraînement pour tes dons est toujours passé après tout le reste. Comme si ta mère ne voulait pas t’embarquer dans tout cela. Avec le recul, une part de toi lui en veut, puisque tu n’es pas capable de comprendre ce qui t’entoure. Tu ne fais que répéter les informations, pas les traiter. Et ça t’angoisse, ça en rajoute une couche à tout ce que tu ressens déjà. Et même si la tête est haute, le port altier, tes doigts tremblent, s’accrochent les uns et aux autres pour tout faire cesser. Tu n’as jamais aimé montrer tes failles. Tu n’as jamais aimé décevoir.

« Je ne sais pas si je suis douée en danse, mais j’aime en faire. » Le sourire se dessine sur ton visage, tendre. Tu n’es pas du genre à avoir le syndrome de l’imposteur, au contraire, mais tu connais la modestie depuis que tu as tout perdu. T’aimes quand même bien te donner des airs, par instant, te penser douée, surdouée. Parce que ça fait du bien à l’ego, et que tu restes humaine, rêvant d’une gloire aussi éphémère soit-elle. Y’a juste l’anxiété pour tout détruire, pour se heurter à tes convictions, pour en ébranler jusque dans les fondements. Ca et l’attirance de Ma’at pour le danger, pour le chaos. Besoin de le fixer, de rétablir un équilibre ne serait-ce que précaire. Un jour, tu te détruiras, à force d’accepter de la suivre, d’être incapable de te stopper. Même si finalement, vouloir être une héroïne, ça doit être dans ton caractère. Une lettre de recommandation ? Ta tête se penche légèrement. Il est bien au fait des pratiques en tout cas. « En effet, ils m’en ont donné une quand je suis partie… C’est mon notaire qui garde tous mes papiers. »

Et tu le laisses faire. C’est trop complexe pour toi, et pourtant, tu as tenté de t’y pencher un nombre incalculable de fois. De comprendre les chiffres de chaque attestation donnée, les retours de chaque personne… Mais tout n’est pas aussi positif dans les papiers que tu gardes. Y’a toutes ces menaces, toutes ces créances qui te sont tombées dessus. Et au-delà de retrouver ton père, ta venue à Arcadia avait aussi pour but de t’éloigner de tout cela…

Te conseiller tes personnes ? L’étonnement doit être perceptible dans tes pupilles, et tu mets rapidement des mots dessus. « Je… C’est vraiment gentil de votre part de proposer cela, vous n’êtes pas obligé. » Toujours mal à l’aise, petite Nilin. Se voir offrir de l’aide, des noms, ce n’est certainement rien pour lui. Pour toi, t’as cette gêne dans un coin de ton esprit, une pseudo-dette qui se met en place, sous l’impulsion de la déesse. C’est épuisant à force, de devoir composer avec ça. Le regard se détourne un instant, se pose sur les avocats, leurs mines sévères, jusqu’à la crise. Tu ne la perçois pas, comme si l’effet était différent de la passion que tu as perçue. Comme si…

Empathie décuplée, tu te sens mal pour cet homme qui t’offre de son temps, de son énergie, alors qu’il semble au plus mal. D’ailleurs, tu finis par te lever, te rapprocher, t’accroupir devant lui pour poser ta main gantée sur son poignet. Contact pour le calmer, quand bien même tu n’en as pas le pouvoir. « Oui j’en suis. » Confirmation dont il n’a pas besoin, vu l’aplomb de sa révélation. Ta mère avait-elle le même pouvoir ? La question ne passe pas la barrière de tes lèvres, tandis que la tristesse se lit sur tes traits. « Elle était fière, quand elle l’a su. » Pause. Repenser à elle te serre le cœur. « Avez-vous les mêmes… Origines qu’elle ? » Egyptiennes aussi ? S’il a évoqué le sujet avec tant de facilité ici, que la présence des divers homes ne doit pas être problématique. « Vous êtes sûr que ça va ? » C’est un murmure qui formule la question, happée par l’anxiété de la gamine que tu es. Toujours peur d’être le problème…





▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪


Sur le quai de l'insomnie, à la lueur de la lune.
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thunder in their hearts (Luca) -

Revenir en haut Aller en bas

thunder in their hearts (Luca)

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Distributeur de kits et de vava's
» A L W I N ※ I think that a “heart that rescues hearts” could be called “courage”

Sauter vers: