CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

In sunshine and in shadow

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
In sunshine and in shadow Empty
In sunshine and in shadow - Mer 30 Jan - 21:03

In sunshine and in shadow
Anja & Caïn

Il y a des choses qui ne pardonnent pas.

Pauvre Caïn. Il était encore perdu. Triste vie. Il ne savait où mettre de la tête. Cette cliente était une brave femme, un poil susceptible et audacieuse. Elle avait subi une arnaque qui lui avait retiré la pension de son défunt de mari. Veuve éplorée, il n’en fallait pas plus pour que le brave Caïn se saisisse des intérêts de la jeune Dame. Pourtant, c’était une affaire difficile. Il le savait. Et il avait fait un pari. Un pari non gagnant. Lorsque le marteau de la justice des Hommes s’abbatit sur la rondelle vulgaire de bois, sonnant la fatale décision, CaÎn le savait. Il avait fait une erreur. Seul, il n’avait les moyens de triompher. Peut-être était-ce son maître à penser, son formateur machiavélique, qui avait raison. Peut-être fallait-il un grand cabinet pour triompher comme avocat. Son esprit bienfaisant et sa volonté de bien-faire étaient insuffisants, du moins pour cette femme.

Mais Caïn n’avait pas le temps de s’oublier dans l’alcool comme ses congénères. Une autre affaire avait accaparé son temps. Plongé dans les quartiers mal famés de la ville, il craignait toujours pour sa vie. Sa famille était renommée et avait de l’argent : il était donc une cible de choix. Pourtant, entre les néons perturbants d’un quartier triste, il avançait la tête baissée jusqu’à pénétrer difficilement dans un restaurant. Il prononça quelques mots dans un Russe hésitant. Ce n’était pas sa langue, il ne l’avait jamais maîtrisé. Il s’avança. Sa cliente était persuadée que son mari s’était bien fait voler son portefeuille ici, par un pickpocket très agile. La police avait refusé d’enquêter jusqu’à ce restaurant. La Police ne venait jamais ici, de toute façon. Caïn s’installa doucement à une table, laissant en évidence son portefeuille – vide – sur sa veste, accroché à son dossier.

Il leva alors la main pour commander, espérant attirer l’attention de la jeune serveuse qui prenait les commandes. Il en profiterait pour lui poser des questions sur les habitués.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Anja Dragović
Anja Dragović
- REAL LIFE MONSTERS -
BLAZE : SOLA GRATIA.
CREDITS : thinkky, aurabb (avatar & icons), anesidora & chrysalis (signature)
FACE : emma stone
DOLLARS : 219
SACRIFICES : 184
PORTRAIT : In sunshine and in shadow Tumblr_pfm7zkdvGv1x8qze4o2_400
ANNEES : vingt-huit ans. ça aurait dû être moins, pour toujours, mais un lutin n'était pas du même avis.
RÉINCARNATION : leprechaun, moins la barbe et le chaudron rempli d'or.
TALENT(S) : ferrokinésie (contrôle des métaux) + tychokinésie (maîtrise des probabilités, quand l'univers la lui fait pas à l'envers pour lui coller la poisse)
FACTION : an ríocht, dont elle est le porte-bonheur officieux.
OCCUPATION : acrobate aux os brisés, danseuse des airs sans plus personne à impressionner maintenant que son numéro lui a été retiré. elle peine à retrouver son job d'antan et enchaîne les salaires médiocres, quitte à extorquer autrui pour s'en sortir.
GENÈSE : stade quatre, maîtrise de ses deux pouvoirs sans grands efforts.
RUNNING GUN BLUES : In sunshine and in shadow OX813Cza_o
In sunshine and in shadow Empty
In sunshine and in shadow - Jeu 28 Fév - 19:02

in sunshine and in shadow
caïn & anja


La musique grésillante s’échappant du haut-parleur venu d’un autre temps, accroché au plafond miteux, produisait un vague bruit de fond mêlant tubes des années quatre-vingt, commérages et tintement de couverts. Plus les heures défilaient, plus elle regrettait sa décision honorable de rendre service au patron de ce taudis qui avait eu la bonté de lui filer un job sous-payé avec des horaires impensables dans une gargote piteuse. Une dette dont elle a voulu s’acquitter, pour se débarrasser du sentiment désagréable pesant sur la conscience qu’est l’indu mais également pour se débarrasser des messages importuns de Jim, faisant preuve d’une célérité toute nouvelle qu’elle ne lui connaissait pas lorsqu’il était question de lui verser son salaire. Qui plus est, elle devait suffisamment à An Riocht pour continuer de se coltiner ses anciens créanciers et elle n’avait jamais apprécié être redevable à autrui, ce qui justifiait le minable tablier noué autour de sa taille.

Elle tenta d’ignorer les conversations douteuses de la table d’à côté alors qu’elle nettoyait celle qui venait d’être libérée et alla déposer les assiettes sales en cuisine pour le plus grand plaisir de la plonge – dont elle devra sûrement s’occuper après son service – lorsqu’elle entendit des claquements de doigts répétés derrière elle, accompagnés de bêlements mécontents. Irritée, elle claqua la langue contre son palais avant de se retourner, un sourire si factice aux lèvres qu’il lui était presque douloureux.

Alors qu’elle l’écoutait se plaindre de sa commande, la vague idée de cracher dans son café lui traversa l’esprit mais fut vite balayée au profit d’une patience qu’elle avait pour tant déjà perdue depuis longtemps. Elle récupéra l’assiette litigieuse sous le regard agacé du benêt dont la cuisson de ses œufs semblait être à l’origine de tous ses problèmes dans sa vie misérable pour la rendre en cuisine, écoutant à peine les insultes maugréées par Jim à l’encontre de « ces connards de clients incapables de se faire à bouffer eux-mêmes même si leur vie en dépendait ».

Du coin de l’œil, elle aperçu un client lever la main en guise d’appel. Presque soulagée de ne pas avoir été hélée ou sifflée, elle s’avança vers lui à grands pas avec un sourire pas plus sincère que les autres de la journée. C’est vendeur lui répétais souvent Jim, suivi d’un T’as envie d’être servie par quelqu’un qui fait la gueule toi ? ce qui pourrait paraître être une remarque légitime si tous les gens qu’elle avait servis aujourd’hui n’étaient pas tous des abrutis sans la moindre notion de respect. « Bonjour, qu’est-ce que je vous sers ? Le café vient d’être fait et il vous est offert si vous prenez la formule brunch complète. » En réalité, le prix de la formule était tel qu’il comprenait le prix de la tasse de café mais prétendre qu’il est offert, c’est plus vendeur.

(c) DΛNDELION

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪



† bring all your things and we will burn a pyre. find resurrection in the flames and in the fury of alarm bells. we shalt begin, we shalt begin again. are we the ghost that's sworn about us?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In sunshine and in shadow

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sauter vers: