CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Innocence lost (James)

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
Innocence lost (James)  Empty
Innocence lost (James) - Ven 8 Fév 2019 - 20:31

Innocence lost
Papy & Filleux

A mid January Sunday in the house of god
Un cercle de violence sans fin qui pourrait te faire perdre espoir. Même après cette marche de la paix, même après ces promesses publiques et ces instants de trêve trop rares. Arcadia a encore fait la une des journaux pour les mauvaises raison. L'esprit des fêtes qui se solde des flammes ardentes qui ont englouti une partie de la ville. Une vision de l'enfer sur terre pour toi, voir cette ville que tu connais si bien souffrir d'elle-même comme une tumeur en son sein. Alors tu ne peux que faire ta part, ronger ton impuissance pour éviter de perdre ton éternelle bienveillance. Mêmes tes larges épaules finiraient par céder sous le poids de ces rôles que tu t'inflige. Ces dernières semaines n'ont pas été de tout repos, l'après coup du nouvel an ayant amené encore plus de fidèles aux portes de l'église. Mais ce n'est pas dieu qu'ils cherchent vraiment ces temps-ci. Des réponses peut être, mais un lit et un repas chaud pour sur. Tu laisse la porte grande ouverte, tant qu'il y a de la place et des dons fournit à ton église tu arrive à joindre les deux bouts. La police est venue aussi, histoire de vérifier l'identité des pauvres âmes que tu héberge. Tu n'as rien à cacher, malgré ton passé. Mais certaines personnes que tu préférerais protéger ont peut être omis de se présenter à l'appel. Tu ne leur en veux pas, parfois il y a des choses que même la loi ne peut aider.

Il y a plus de monde que d'ordinaire pour ton office ce dimanche, pourtant il manque quelqu'un d'essentiel au déroulement habituel de la messe. James n'est pas venu aujourd'hui. Il n'a même pas inscrit son nom sur la liste des volontaires présent pour la vente de gâteaux de mercredi, celle dont il a lui même proposé l'idée avant les fêtes. Comme toujours tu t'inquiète pour toutes tes brebis, certaines plus que d'autres, mais James finit rarement sur ladite liste. Le gosse est tellement enthousiaste et aidant, que tu te fais rarement du soucis. Alors depuis la messe de ce matin ça te préoccupe au plus haut point. De mémoire il n'avait pas de match ce week-end, sinon il t'aurait proposé de venir l'encourager. Alors t'y a pensé toute la matinée quand t'as fait ton sermon un peu moins enthousiaste que d'habitude. T'as cherché sa silhouette parmi tes ouailles sans réussir à le trouver. Tu ne voulais pas t'avancer à t'inquiéter, James est un grand garçon après tout. Mais cela ne lui ressemblait pas. Ton précieux James n'est pas comme ça.

C'est esseulé sur un banc que tu finis par le trouver. L'après midi est déjà avancée et il semble ruminer ses pensées près de quelques cierges. Il ne prie pas pourtant et ce fait t'étonne. Ce jeune homme que tu as connu presque toute sa vie, celui dont tu as fait la communion. James est pieux mais si tu as déjà entendu malgré toi certaines de ses prières, tu sais qu'il s'adresse à dieu pour les autres avant tout. Et c'est tellement rare que tu te demande s'il se rend compte qu'il est une lumière irradiant les ténèbres qui couvrent Arcadia. « Bonjour James. » Tu t'approche calmement, remarquant les sourcils froncés sur son visage. Tu ne souhaite pas tout de suite interférer et le questionner sur l'évidence de quelque chose qui le tracasse. « Nous avons eu beaucoup de personnes à l'église ce matin, on dirait que le sentiment général a ramené les gens à leur communauté. Être ensemble et s'entraider, peut être qu'un mal finit malgré tout par apporter un bien. » Tu échappe un léger soupire avant de t'asseoir à ses côtés, fixant les cierges sur les promontoires. Tu finis par sourire avant de te tourner vers lui. « Sache que tu peux me parler James. Pas seulement à l'intention de dieu. Tu peux me parler à moi. » Tu augure la suite, tonton Kaine commence sa mission. « Et si c'est au sujet d'une fille… disons que je n'ai pas toujours été prêtre alors je peux quand même te conseiller. » Tu lui donne un léger coup d'épaule contre la sienne pour essayer de le faire réagir et te révéler ce qui le tracasse. Il est loin d'avoir seize ans mais tu ne te gêne pas pour le taquiner quand même, bien que tu doutes que cela soit le centre de ses préoccupations. Un jeune homme amoureux ne fait pas cette tête d'enterrement. Alors tu crains le pire, surtout pour un être aussi enjoué. Alors s'il faut que tu aille gentiment rappeler quelques personnes à l'ordre tu sortiras ta tunique de paladin pour casser des dents sur ta bible. T'as jamais eu d'enfants à défendre et consoler. Ou peut être que t'en a beaucoup trop au final.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
James Anderson
James Anderson
- BLESSED BE THE MEEK -
BLAZE : Rexicorn
CREDITS : rage ♥
FACE : John Boyega
DOLLARS : 728
SACRIFICES : 67
PORTRAIT : Innocence lost (James)  0yXefzH
ANNEES : 25 ans
CŒUR : selon le dernier électrocardiogramme, en pleine forme
RÉINCARNATION : mortel ignorant tout des gens chelous qui peuplent sa belle ville
TALENT(S) : soulève 150 kg au développé-couché
FACTION : de celle qui les combat
OCCUPATION : fullback pour les Wild Bears d'Arcadia (en gros : joue au foot us)
TALON(S) D'ACHILLE : les enfants et les kinder bueno
Innocence lost (James)  Empty
Innocence lost (James) - Mar 12 Mar 2019 - 13:04




innocence lost
kaine & james

Tout s’effondre.

Tout s’écroule.

Dans les histoires ils disent souvent ça, que c’est comme voir les murs de son existence se déliter tout autour de nous, voir les pierres tomber les unes après les autres dans une avalanche catastrophique qu’on ne peut pas arrêter. Mais c’est faux, c’est des conneries tout ça. De la poésie pour imager ce qui en fait ne ressemble qu’à une suite de vide, qu’à une routine qui devient plate et sans saveurs, sans plus aucun sens pour guider chacun de ses pas.

James fixe les cierges devant lui, sans les voir, ne lève pas les yeux sur les croix car il ne reconnaît plus rien autour de lui. Il a senti des choses se briser en lui en ce début d’année. Plus rien n’a de sens, mais les murs ne se sont pas écroulés : il ne les voit plus, sa vision est floue. Ces certitudes qui étaient les piliers de sa vie, tout est parti en fumée. Lorsqu’il regarde autour de lui, les yeux passent sur le monde sans le voir, sans l’accepter, sans même plus le vouloir. Là où avant il s’accrochait aux visages, souriait de tout son être et tendait la main, où avant il aimait observer les petits détails qui rendaient la vie plus belle, aujourd’hui il n’y a qu’un vague tableau qui ne l’attire plus vraiment. Fade, sans couleurs, sans intérêt.

Il n’y a pas de murs qui s’écroulent. Juste son cœur qui s’est fermé, détaché, verrouillé à double tour.

Il n’a pas été à la messe ce matin-là. Il n’avait pas envie de voir les gens qui d’ordinaire lui sourient, n’avait pas envie de faire semblant lorsque les grands-mère voudraient prendre de ses nouvelles, s’est senti incapable de pouvoir jouer ce rôle qui n’en était pourtant pas un d’habitude. Il a trop de plomb dans les ailes, James, trop d’incertitudes, trop de pensées qui s’entrechoquent dans la tête et qu’il n’arrive pas à assembler pour que cela ait un sens.

Pourtant il est venu à l’église, sans vraiment y réfléchir, sans savoir pourquoi. Il ne cherche pas le réconfort de Dieu pourtant être assis ici lui offre toujours un sentiment de plénitude et le rassure lorsqu’il peut douter. Ça ne suffit pas, cependant, et les cierges aux lueurs chaudes paraissent froids à ses yeux. Il comprend ce qu’il est venu chercher quand il sent une présence à ses côtés, quand la voix du Père Malone s’élève, grave et familière, une voix qui a toujours su le guider et le calmer. Il comprend que c’est lui qu’il est venu voir, sans plus y penser, sans vraiment se le dire ou se le formuler. Il ne bouge pas, ne lève pas les yeux vers lui lorsqu’il se met à parler, trop emmuré dans son silence et son mal-être qui le vident de toute vie.

Il acquiesce tout de même vaguement à ses paroles quand il évoque l’investissement des gens, le fait que ces temps difficiles peuvent amener à une vague de solidarité et d’entraide. Il est d’accord, le James qu’il est au fond de lui touché par ces mots optimistes qui lui tiennent tant à cœur. Kaine s’assoit à ses côtés, et Jim tourne la tête, lui adresse un regard qui fait office de salut. Son sourire est immédiatement rassurant, s’insinue autour des barbelés qu’il a érigés autour de son être, le remplit d’une vague de chaleur apaisante qui le laisse plus démuni qu’autre chose. Crispé depuis le premier janvier, portant le poids de sa colère et de sa détresse sur les épaules, il ne s’est pas permis de craquer, emmurés dans ce vide d’émotions qui le submergeait. Il baisse les yeux, laisse échapper un faible sourire amusé par la taquinerie du prêtre, malgré lui. Le sourire se fane vite, pourtant, et il relève les yeux qu’il pose sur les cierges devant eux. Il y a quelques secondes de silence. James déglutit, les mots ne lui viennent pas facilement. Il s’agit bien d’une fille, ouais. Mais si ce n’était que ça… Il regarde les flammes s’agiter doucement au gré des maigres courants d’air, le regard se voilant d’une tristesse qui le regagne petit à petit, alors que dans ce halo de feu il revoit le visage de son ami mort ce soir-là. Markus.

Il ne parle pas tout de suite, observe encore quelques instants ce visage qu’il imagine, qu’il ne peut plus voir qu’en photo. Il baisse les yeux, gratte le jean sur son genou pour occuper ses doigts, mal à l’aise. « Je suis content que vous ayez eu du monde à la messe, mon Père. Et je suis désolé de l’avoir manquée, » commence-t-il, trouvant plus simple de commencer par des excuses plutôt que de répondre à sa main tendue. Il n’est pas comme ça, James. Il ne se reconnaît pas, ces derniers temps, mais il n’arrive pas à faire semblant. « Je… Je me sens perdu. » L’aveu sort plus facilement qu’il ne l’aurait pensé. Il ne croise pas le regard de Kaine, pas encore, ne s’en sent pas la force. Il sait qu’il l’écoute, et cela lui suffit. Sa présence à ses côtés lui donne la force, l’envie d’essayer de mettre enfin des mots sur ce qui le tiraille. « J’ai… tant de colère en moi. » Et aucune idée de comment l’exprimer. Car ce n’est pas lui, la colère. Ce n’est pas ce qu’il embrasse d’ordinaire. « J’ai l’impression que plus rien n’a de sens. » Il relève les yeux vers lui alors, le regard paumé d’un gosse qui a perdu sa route. D’un gamin qui peut-être est en train de perdre la foi en ce monde, la foi en lui. La foi en tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Innocence lost (James)  Empty
Innocence lost (James) - Mar 2 Avr 2019 - 22:15

Innocence lost
Papy & Filleux

A mid January Sunday in the house of god
Tu redoutais ce moment. Parce que si tu es doué pour entretenir la flamme dans le cœur des gens, tu ne sais pas quoi faire lorsqu'elle s'éteint. Tu n'as jamais vu James ainsi et tu dois te contenir physiquement pour ne pas virer dans tes travers paternels. Tu te contiens parce que ce n'est pas ta place, parce que si quelque chose à réussi à ébranler une lueur aussi éclatante que James alors un deuxième père est sans doute la dernière chose dont il a besoin. Tu sais que les sermons ne serviront aussi à rien. Il n'a pas besoin d'être convaincu que tout ira bien à la fin, pas quand son présent lui semble déjà dur à vivre. C'est pour cela que tu as d'abord opté pour l'humour, même si la gravité déferle en vagues constantes sur ton visage. Comment persuader un garçon aussi pur que rien n'est perdu lorsqu'il n'a rien de plus à gagner de son existence que le bonheur qu'il incarnait déjà. Tu pondère sur les cierges un instant. Il se sent perdu, vide de sens. La vie t'as déjà appris ce genre de déceptions, cette sensation de vide dévorant. Tu peux encore en dessiner les contours; le garde qui gît au sol, les billets de banque qui se gorgent de carmin. Et la culpabilité. Tu as au moins la certitude que quelque soit le mal qui ronge le jeune homme, il n'est pas de son fait. Et cela te soulage un peu. C'est quelqu'un d'autre qui l'a déçu tu te dis, c'est que James est trop ouvert aux autres. Il donne, alors tu savais qu'un jour on lui prendrait. Tu espère juste que le vol n'est qu'un piètre larcin et pas un cambriolage.

Tu ferme les yeux calmement lorsqu'il lève le regard vers toi. Les mains jointes, l'odeur des encens qui finissent de brûler. Ce n'est pas dieu qu'il est venu voir, pas le prêtre. C'est toi. Tu le lui a dit, il peut te parler à toi, d'homme à homme, d'âme à âme. « La colère est une bonne chose James. Elle te permet de comprendre que tu es encore en vie, que tu n'est pas vraiment vide de sens et de raison. Certes elles est effrayante dans ses excès, des choses que l'on regrette de dire ou de faire, mais elle est un bon point de départ pour avancer. » Que tu parle en rouvrant les yeux, te levant doucement pour lui faire face et poser une main sur le sommet de son crâne avec pudeur. « Pour avancer et retrouver son chemin il faut d'abord reculer James. Comprendre contre quoi… ou qui est dirigée cette colère. Si tu me laisse te guider, peut être que nous pouvons retrouver un sens ensemble à ce qui te préoccupe. » Tu presse un peu plus du poids de ta paume avec bienveillance. « Même si je pense ne pas me tromper en soupçonnant qu'une jeune fille est impliquée dans cette histoire mh ? C'est toujours le cas lorsque l'on semble perdre le nord. » Un sourire malicieux perce tes lèvres et tu t'abaisse à sa hauteur, t'agenouillant contre le sol de pierre. Quoi que ce soit, tu as foi que les choses peuvent rentrer dans l'ordre. Il te faut essayer, raviver le sourire de cet enfant de dieu. Ton fils de cœur.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Innocence lost (James) -

Revenir en haut Aller en bas

Innocence lost (James)

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jamie + I'm lost and anything without you
» lexie + on the top of the world.

Sauter vers: