CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Constants and variables (Lise)

 :: - ARCADIA'S SEASIDE - :: the bay :: phare
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maldwyn Jones
Maldwyn Jones
CELTIC GOD OF DEATH DENIAL
BLAZE : BLACK SUN.
CREDITS : Dandelion + Astra + Vocivus.
FACE : Dan Stevens.
DOLLARS : 3010
SACRIFICES : 1797
PORTRAIT : Bullshit to this amen
ANNEES : 36 ans.
CŒUR : En pleine souffrance, sentiments radioactifs et brûlure profonde de cette affection qui le torture. Le jour ou la nuit, indécis. Alors il préférerait encore rester seul qu'accompagné d'un amour qu'il ne croit pas mériter.
RÉINCARNATION : ⌠Arawn⌡ Celtic welsh god of the dead, keeper of the lost souls. King of the otherworld of peace and plenty and master of the wild hunt.
TALENT(S) : ❛ Charisme cabot ❜ maitre absolu de la gente canine, à l'oeil et aux crocs prêts à le servir (actif) ❛ Poltergeist ❜ médiumnité et télékinésie spectrale (inactif) ❛ Memento Mori ❜ instant de mort revisité, porter le visage des fantômes du passé (inactif) ❛ Doppelganger ❜ énergie camouflée, l'essence divine passée à un autre (actif) ◈ Savoir mythologique et religieux ◈ Résistance à la douleur et aux drogues ◈ Mémoire photographique ◈ Talent pour la diversion et la discrétion.
FACTION : ⌠Aucune⌡ il ignore tout des mafias mais il n'est plus aveugle sur ce qui se trame autour de lui et la vérité sur le surnaturel. Sa rencontre récente avec son frère thaumaturge, une femme-poisson et un homme-jaguar ont commencé à lui ouvrir les yeux sur les possibilités terrifiantes qui se cachent dans l'ombre. Sa réalité se désagrège petit à petit maintenant que son sang n'a plus rien d'humain.
OCCUPATION : Prof d'histoire des idées et de théologie récemment révoqué de l'enseignement universitaire. Spécialiste en paganisme celte et proto-religions aux recherches en suspend. Il a récemment trouvé un emploi sur les docks après une courte période de chômage. Maintenant il apprend à se servir de ses bras au lieu de son cerveau. Autant dire que c'est une épreuve.
GENÈSE : ⌠Novum⌡ de troisième stade, le voile qui se lève lentement sur sa nature divine. Perdu dans un océan de ténèbres, la terreur qui le noie de son mystère. Humain jusqu'à il y a peu, divinisé sous les doigts du chaos, la réincarné de force par Ophelia à l'occasion d'un été 2018 pas comme les autres.
TALON(S) D'ACHILLE : Le contact physique lorsqu'il n'est pas en contrôle ◈ Les relents d'addiction à la coke ◈ Son caractère extrêmement borné ◈ Son chien qui fait autant de conneries que son maître ◈ Sa psy qui lui retourne le cerveau ◈ Sa relation avortée avec Delilah Sulwyn ◈ Son crush pour Lise Rowan ◈ La violence avérée de son demi frère Clemens Jones. ◈ L'une des quatres voix qui le hante et prend un malin plaisir à lui nuire. Hollow de son surnom, il écrase volontiers les autres sans scrupules.
JUKEBOX : ♫ Everything in its right place (Radiohead) ♫ Animal impulses (iamx) ♫ Meds (Placebo) ♫ Cross bones style (Cat Power) ♫ Mad about you (Hooverphonic) ♫ Number (Daughter) ♫ Something I can never have (nin)
RUNNING GUN BLUES :

They are four like the horsemen, an apocalypse of voices in my head. I gave them names as holding a name means a chance of control. But what is dead bow to no living, even the god of their otherworld.


❛ MELANCHOLIA ❜ is the softest. She whispers tales of old and lay in bed of sweet sour memory. Sickened by what could have been, she is blind and sterile to any new idea. Naive ghost of a young bride that died diseased before her wedding, she is bitter and jealous of happy lovers and laugh at the face of promises. She thinks my past was the happiest time before days gone bye.

❛ FRIGHT ❜ is the most cautious. Always calculating and evaluating potential issues. Brain of might and rules, hard shell of an egg that few ideas can crack. He talks theories and take few actions, always paused by principles of precautions. In the end he is just the ghost of a man that died of old age, barely reflecting on a life he did not really live. Always holding back, he want to be my voice of too many reasons not to say or act.

❛ JUSTICE ❜ is the hero wannabe. Young and fierce, heart the furnace of revolt. She is the impulse when all is gone, hater of wrong doing and undeserving acts. Speaking her mind and her truth, often blunt or immature, she is the ghost of a murdered teenager. Often agreeing to disagreeing, she would always try to protect the ones without a voice. Sometimes she helps but ultimately, she is afraid of Hollow like the others.

❛ HOLLOW ❜ is pure evil. The Poltergeist of a hanged murderer, he speaks louder than the others and easily crush their will. Always a negative and vicious opinion, hateful of all things, a void that can never be filled. Always manipulating, always aiming for pain, he is sadistic and good at it. Sometime I pity him and I wonder if he will ever have enough of haunting me.


Constants and variables (Lise)  B6fr


I am tainted, and happiness and peace of mind were never meant for me.


SEASON ONE
When I was but a mortal
(Humain lambda)


« May 2018 - The knight of swords, chap. 1 » **
¬ Mal & Célestine

« May 2018 - The high priestess, chap. 1 » **
¬ Mal & Lise

« May 2018 - The fool, chap. 1 » **
¬ The Jones brothers

« June 2018 - The page of wands, chap. 1 » **
¬ Mal & Sinead

« June 2018 - The high priestess, chap. 2 » **
¬ Mal & Lise

« July 2018 - The fool, chap. 2 » **
¬ The Jones brothers

« July 2018 - The lovers, chap. 1 » **
¬ Mal & Delilah


Then I became a god
(Novum stade 1)



« September 2018 - The temperance, chap. 1 »
¬ Mal & Brónach

« October 2018 - The high priestess, chap. 3 » **
¬ Mal & Lise

« November 2018 - The fool, chap. 3 » **
¬ The Jones brothers

« December 2018 - The magician, chap. 1 » **
¬ Mal & Alejandro


***

SEASON TWO

But things became a god awful mess
(Novum stade 2)


« January 2019 - The lovers, chap. 2 »
¬ Mal & Delilah

(Novum stade 3)

« February 2019 - The Knight of swords, chap. 2 »
¬ Mal & Célestine

« February 2019 - The high priestess, chap. 4 »
¬ Mal & Lise

« March 2019 - The strength, chap. 1 » **
¬ Mal & Arad

« March 2019 - The strength, chap. 2 »
¬ Mal & Arad

« April 2019 - The fool, chap. 4 »
¬ The Jones brothers


***

PREVIOUS LIVES
« Orkney Islands, viking occupation - 11th century »
¬ Arawn &??


***
Quand tu ship trop et que ça va mal finir
Constants and variables (Lise)  HAC6iTB
Constants and variables (Lise)  Pu47

« [04] Sujets abandonnés pour membres supprimés »
Constants and variables (Lise)  4ao0
Constants and variables (Lise)  Glwo
Constants and variables (Lise)  Empty
Constants and variables (Lise) - Mer 27 Fév - 22:20

Constants and variables
Lise & Mal

Rowan lighthouse, February 8th 2019.
Il y a des trous dans la toiture, des fissures entre les poutres qui laissent passer les courants d'air. Des spectres de froid insidieux, l'écho lointain des gouttes d'eau qui perlent contre les récipients de métal. Moitié vides ou moitié pleins, des casseroles qui sonnent leur tintamarre au grès des intempéris. Elles traînent sur le sol, symbolique du temps qui pèse son œuvre sur la bâtisse. Vieille et abîmée, l'ombre d'elle même. Je me sens bien ici, en communion avec le lambris qui aurait besoin d'être rafraîchit, baigné dans le silence quasi inexistant d'une bicoque qui a trop de choses à dire. Le plancher qui grince de pas invisibles, les protestation répondues au grondement de l'océan et du vent qui essaient inlassablement de l'arracher de la falaise. Pourtant je suis en paix. La tête toute aussi fêlée que ces quelques tuiles cassées, les problèmes qui s'infiltrent et suintent leur folie par tous les pores. Plic ploc, plic ploc. Je vis au rythme de cette symphonie discordante, le maître tout aussi hanté de ces lieux. On dit que les gardiens de phares peuvent perdre la raison à écouter la houle, qu'elle leurs murmure des secrets oubliés. Que c'est pour cela qu'il est rare pour beaucoup de supporter l'isolation et d'en sortir indemne. Peut être ai-je déjà un avantage vu ma situation actuelle; la mer n'est qu'une voix de plus dans un esprit déjà surchargé par d'autres présences. Alors qu'importe, il semblerait que ce chaos délabré soit ma seule constante au final, un foyer que j'apprécie retrouver après une journée passée sur les docks. Peut être parce que malgré tout je peux y sentir sa présence, parce que ces quatre murs flanqués contre le phare ont une histoire qui est la sienne. Lise Rowan. Il y a peu de traces de son vécu pourtant dans ces moments de vide je me prend à l'imaginer vivre ici, définir les contours de ce que cette maison fut un jour. Elle m'a déjà parlé de la mort de son père adoptif et je sais que cet endroit lui appartenait. Pourtant lorsqu'elle m’a ouvert la porte la première fois elle n'est pas entrée tout de suite. Comme si quelque chose la retenait encore, des souvenirs assez douloureux pour l'éloigner. A l'image de ce jour-là sur la plage où elle m'a retenu de m'y aventurer. Muette et hésitante, osant à peine poser ses doigts sur la couche de poussière protectrice du passé. A tel point qu'elle n'est pas revenue depuis, que si c'est seulement cet endroit qu'elle fuit, au final moi aussi. C'est de cette falaise qu'elle a sauté, que le désespoir l'a poussé à pic. Je mentirais si je disais ne pas m'y être rendu, ne pas avoir contempler les rochers en bas où elle est sûrement tombée il y a toutes ces années. C'est à la fois morbide et libérateur, pouvoir imaginer l'horreur de son agonie mais la savoir pourtant saine et sauve, hors de tout danger. Une pulsion de vie suffisante pour ignorer les voix qui me susurrent des Saute toi aussi, mais pas dit que tu te transforme en poisson. J'y ai beaucoup pensé dernièrement, à la mort. Pas par pulsions suicidaires, mais à cause de ce qui est arrivé à Delilah et ces pensées qui tournoient sans cesse dans ma tête. La mort est une force immuable, une divinité intransigeante. Sans elle rien ne sert d'apprécier la fragilité et la ténacité de sa propre existence. Je ne sais pas pourquoi elle m'obsède et me poursuit, pourquoi si soudainement tout semble encore plus bizarre. De ces voix qui me murmurent de nouvelles choses, des mensonges à peine croyable et pourtant j'ai l'impression que ce sont des vérités prononcées de mes propres mots. Rwy'n Arawn. Les mots en gallois résonnent dans mon esprit. Je suis Arawn. Pourquoi maintenant ? Pourquoi ces mots là ? Un tour de plus de la folie pour m'enfoncer dans les ténèbres. Malgré tout peut être que je souffre bel et bien du syndrome du gardien de phare. La solitude me pèse un peu plus chaque jour, parce qu'elle devrait être là, parce que ces murs sont avant tous les siens. Mais elle fuit, encore et toujours. J'aimerai juste qu'elle se donne une chance, qu'elle accepte cette nouvelle vie qui lui a été donnée sans rejeter pour autant la précédente. Qu'elle fasse la paix avec tout ça, alors peut être les fantômes de ces lieux arrêteront de pleurer son absence.

Alors j'ai fomenté un plan. Une idée stupide et un peu égoïste pour l'attirer ici. Je sais que si je lui propose simplement de se voir elle suggérera que ce soit quelque part en ville ou à la bibliothèque. Si elle n'a pas de raison de venir ici outre mesure elle ne se fera pas violence. Je n'ai pas envie de lui faire mal mais je sais qu'elle s'en fait simplement à penser à cet endroit. J'aimerai qu'elle ne voit plus ces quatre murs comme ceux d’un mausolée, cette façade démonisée qu'elle n'ose pas regarder. La maison est plutôt petite, un seul étage pour servir de chambre et de grenier dans les combles, une petite cuisine ouverte et une minuscule salle d'eau flanquée d'un cagibi. C'est là que j'ai étalé un vieux matelas pour dormir, l'absence de fenêtre de la pièce protégeant des courants d'air même si j'ai les pieds qui dépassent un peu. Il y a des jours s'en est amusant, la nostalgie enfantine, l'impression de camper et de vivre des aventures. J'ai presque construit un fort avec des draps, quelque morceau de cire sur les couvertures à force d'éclairer mes soirées à la bougie. Il y en a d'autres plus rudes ou le froid et l'humidité forcent même Cujo à se coller contre moi. Il trottine autour de la table, il sait déjà que quelque chose d'intéressant se prépare lorsqu'il me voit m'affairer dans la cuisine. J'ai rangé le peu d'affaires qui traînaient, allumé quelques bougies pour compenser la faible lumière de l'extérieur. Il pleut encore cet après midi et je m'en voudrait presque de l'appeler ici dans ces conditions, même si elles sont propices à mon petit mensonge. Lise il faut que tu vienne de toute urgence m'aider à réparer les fuites. Du reste je n'en ai que faire pour l'instant, j'ai surtout envie de la voir. Ici, avec moi.

Quelques outils étalés sur la table, le nécessaire de base prêté par un collègue un peu récalcitrant. Des conseils aussi, remettre les lieux en état sur mon temps libre. C'est le moins que je puisse faire pour la remercier de me laisser vivre ici. Sans le sous, sans options, un peu honteux de profiter et d'être un poids mort. Alors je fais de mon mieux, même si je me suis mis des échardes plein les doigts sur du travail manuel que je n'ai jamais eu à faire auparavant. J'entends les pneus de la voiture crisser sur le sentier de terre battue. Un regard par la petite fenêtre dans la semi pénombre et je passe une main nerveuse dans mes cheveux, le cœur qui commence à battre un peu trop vite. J'ai peur de sa réaction, de la mettre en colère d'essayer de lui forcer la main ainsi. Aussi aussitôt appelé à la porte je l'attire à l'intérieur sans sommation. Mes mains glissent sur ses poignets avant d'enlacer fermement sa taille, fermant le battant de mes épaules. Placé entre elle et la sortie, je lui offre un petit sourire avant de la serrer un peu plus, heureux de la voir. « Bonjour Lise. » Murmuré à son oreille alors que je l'embrasse sur la tempe, frôlant sa joue du bout de mon pouce pour en chasser les quelques gouttes de pluie qui s'y sont déposées. « Je dois te confesser que j'ai été bien vilain locataire. » Un regard malicieux alors que je passe une mèche derrière son oreille. « Vois-tu tout ceci était un piège élaboré et tu es tombée dedans sans résistance ! » Que j'ajoute sur un ton faussement machiavélique, le sourire triomphant d'un idiot. « Y'a des fuites dans le toit c'est vrai, mais je m'en fiche. J'avais juste envie de te voir. » Je baisse le regard et me mord imperceptiblement la lèvre. Je me détache soudainement, quittant son contact avec douceur à mesure que mon visage se réchauffe de cramoisi. « Parce que tu me manquais, je te voulais ici, avec moi. Je savais pas si c'était cet endroit que tu fuyais… ou le fait de se retrouver seuls… isolés. » Ensemble, ouverts l'un à l'autre sans concessions. Comme cette nuit d'halloween passée ensommeillé dans les bras l'un de l'autre. Je me reprends bien vite, tentant de masquer ma gêne. « Alors c'est trop tard. Je t'annonce, te voilà kidnappée Lise Rowan, tu es notre prisonnière maintenant ! » Je l'attrape de nouveau dans mes bras alors que Cujo vient se coller contre ses jambes d'un coup de tête. Je me retiens de l'embrasser, toujours stressé d'un éventuel rejet. Je veux juste comprendre, pourquoi elle ne peut pas faire face. C'est bien hypocrite de ma part vu mes récents retours vers le passé. Je préfère ne pas y penser. Les bras la libère et je m'éloigne vers le comptoir de la cuisine d'appoint minuscule. Je tourne l'un des des boutons avec fierté, allumant le gaz avec une allumette. Elle marche à l'ancienne avec des bouteilles, mais c'est déjà ça de prit. « J'ai réussis à réparer l'alimentation hier. » Que je dis d'une voix incertaine. Je ne sais pas si elle apprécie que je touche au lieu. « Pour le toit il faudra attendre qu'il fasse plus sec. Avec ma maladresse j'aurais vite fait de tomber et rouler en bas de la falaise. » Je mets de l'eau à chauffer dans une énième casserole après un regard pour celles qui récupèrent les fuites. Je grimace des mots employés, dur d'éviter le malaise dans la pièce. « Je suis à deux doigts de réparer le générateur électrique. J'ai un collègue qui m'aide sur ça, il manque une pièce je crois. » Je me tourne vers elle, passant une main sur ma nuque. « Quand ça sera plus… vivable… tu pourras venir me voir plus souvent… On pourra regarder la mer ensemble du haut du phare… » Je me mord à nouveau la lèvre, fuyant son regard. « Désolé je voulais pas t'inquiéter ou te mentir… J'avais juste envie que tu sois là… » Naïf souhait à l'exécution maladroite. Parce que le monde me semble bien moins effrayant lorsqu'il s'anime de ta présence. Lorsque ta voix colmate les fissures de ces ruines qui peuplent maintenant ma vie.
(c) DΛNDELION

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Constants and variables (Lise)

 :: - ARCADIA'S SEASIDE - :: the bay :: phare
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aide sur les variables
» [Administration] Newsletter : Pouvoir utiliser les variables du type USERNAME
» Listing des Variables pour Template
» [Administration] Pouvoir utiliser certaines variables des templates dans les pages HTML
» Comment mettre certaines variables du QEEL sur la PA ? {terminé}

Sauter vers: