CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

Oh hush, hush my dear.

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
Oh hush, hush my dear. Empty
Oh hush, hush my dear. - Sam 2 Mar - 8:58



Oh, hush, my dear,
it's been a difficult year
And terrors don't prey
on innocent victims


Des heures, des jours, des semaines même pour le retrouver. L’impression de patauger dans la semoule, de ne jamais avancer, de ne plus être celui capable de dénicher les informations les plus cachées. Des heures, oui, à rester devant son ordinateur, à s’engouffrer dans le dark web, espoir de le trouver ici, à user de ses talents pour enfin réussir déchiffrer sa signature et remonter jusqu’à l’humain se cachant derrière une identité factice et digitale. Des jours à comprendre qu’il n’avait pas réussi, que l’inconnu les avait tous mener en bateau, qu’il avait crypté ses informations bien plus que la majorité des hackeurs connus de l’agent. Des semaines à continuer, à espérer, à se dire qu’il avait vu juste, que cette fois-ci, il allait le trouver. Et il avait réussi Èlia. Devant la porte d’un appartement dès plus banal, il avait réussi à le dénicher, cet hackeur qui avait foutu en l’air de nombreuses existences en septembre. Ou devrait-il dire, elle et plus lui. Leiko, à peine trente ans, corps tatoué que personne ne pouvait déchiffrer, esprit lumineux qu’elle seule pouvait gérer. L’impression de se voir lui, quelques années auparavant, quand la rage et la colère n’avaient pas encore étreint son coeur et noircie son âme. L’impression d’être face au passé et de pouvoir le changer. L’impression de faire une connerie, à la suivre comme un fou furieux, à espionner chacun de ses déplacements, calculant ses horaires et trajets pour être sûr d’être là quand elle rentrerait. L’impression de plonger encore un peu plus dans ce monde vicié où les bourdonnements des coeurs sont écrasés par celui des revolvers.

Alors il attend Èlia, appartement crocheté sans difficulté, les yeux virevoltant de droite à gauche dans le lieu qui n’a l’air de rien. Pas plus de matériel informatique que lui, des couteaux ici et là, une jolie collection qu’elle a la jeune femme. Et il fait le tour, comme un caméléon s’intégrant dans l’espace, prêt à bondir sur sa proie quand elle passera le pas de la porte. Et il attend, attend, attend. Il restera là jusqu’à ce qu’elle rentre.


Icons: primaluce
Revenir en haut Aller en bas
Leiko Tsukino
Leiko Tsukino
- FOOLS WE MORTALS BE -
BLAZE : Ash-vi
FACE : Anhwisle
DOLLARS : 362
SACRIFICES : 44
PORTRAIT : Oh hush, hush my dear. 07cb3010
ANNEES : 28 ans
CŒUR : Célibataire
TALENT(S) : Manie multitudes d'armes, corps à corps, connait la forge et se perd dans les méandre d'atelier
FACTION : Kyosei-Kai
OCCUPATION : Coutelière de jour-Hackeuse de nuit
Oh hush, hush my dear. Empty
Oh hush, hush my dear. - Dim 10 Mar - 2:38

Oh hush, hush my dear
Dégagez d'chez moi!
Elle avait le sourire aux lèvres ce soir Leiko. La lame était terminée, a futée avec soin et le manche fixé et adapté à la main. Dernier regard pour être sur que tous est parfait. Le sourire se fait plus grand. Elle pourra l'amener au client dès demain. Cette petite merveille n'attend plus que de se reposer tranquillement dans son fourreau. Jusqu'à ce qu'on est besoin de lui. Alors qu'elle finit d'éteindre les machines, les lumières et fermer les portes du hangars, la jeune femme repense aux paroles de son oncle. « Traite son arme avec respect et il te servira loyalement, sans faillir » Bien sur il faut savoir manipuler les armes et se battre mais si une lame n'est pas convenablement entretenu elle coupera pas aussi bien que le premier jour. Et pour le genre d'activité dans lesquelles la brune se plonge, il vaut mieux avoir une bonne lame.. Trop bruyante les armes à feu.

Leiko stoppe sa moto en bas de chez elle. Un salut à deux femmes passant devant elle, avant de grimper les escaliers qui mène à son chez soi. Déjà elle pense à la bonne douche chaude qui l'attend. Cliquetis métallique lorsqu'elle sort les clefs de sa poche, met l'une dans la serrure.. Ses sourcils se froncent alors qu'elle remarque la porte nullement fermée. Mais la brune en est sur. Elle ne part jamais sans avoir fermer la porte. Jamais. Lentement elle pousse la porte, glisse sa main dans son dos. Sa main se referme sur le manche de son wakizashi. Lentement il glisse hors de son fourreau, alors que la coutelière s'avance lentement dans son salon. Pas un regard pour le bordel environnant. Matières premières, matériels pour l 'électroportatifs mais aussi des cartons encore plein, des sacs en plastique. Son bordel, sa logique. Super utile pour planquer des informations aussi. A l’affût Leiko et gare à celui qui tentera de lui tendre un piège. Elle n'hésitera pas à planter son arme dans les chaires, et si cela ne suffit pas. Il y a toujours pleins d'objets contondants dans son appartement. Sors de ton trou ! J'sais que tu es là. Qui que tu sois. Pas de vouvoiement pour celui qui a pénétrer dans son appartement. Son territoire. Elle amène déjà rarement des gens chez elle, alors un inconnu.. Et puis ça fait chier, elle voulait se doucher elle !  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Oh hush, hush my dear.

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh dear, if I could only close my eyes. (héloïse)

Sauter vers: