CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

we're living in a mad world (Majken)

 :: - ARCADIA - :: downtown :: arcadia hospital
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nesryn Kron
Nesryn Kron
- CRY OF THE MARTYRS -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) IKING le plus parfait ♥ & (c)ANAPHORE
FACE : Charlotte Wessels
DOLLARS : 357
SACRIFICES : 171
ANNEES : (Vingt-neuf ans) suffisamment pour avoir vu son monde changer autour d’elle à plusieurs reprises, pour s’être écroulée, pour s’être fait enchaîner à des divinités dont l’unique intérêt est de la manipuler…
CŒUR : (Célibataire), trop peu de liberté accordée au corps et à l’esprit. Les aventures s’enchaînent, sans que le cœur ne rencontre son âme sœur. Qu’importe, elle n’a pas ce souhait l’enfant…
RÉINCARNATION : (Prophète juge), aucune divinité dans le corps.
TALENT(S) : Le (jugement) dans les pupilles, la douleur causée par les fautes révélées aux hommes et femmes ayant multiplié les pêchés. Elle voit toutes les horreurs perpétuées par un corps, les lui fait subir en retour. Les esprits se brisent face au pouvoir, incapable de supporter le juste retour de leurs actes…
FACTION : (Neutre), les barreaux d'or se sont retrouvés ouverts, fuite enclenchée pour la juge, traquée par la NC.
OCCUPATION : (Directrice de la Communication & Community Manager pour Justin Bellinger), incapacité de garder son travail au Journal, compétences offertes au plus offrant, avec protection à la clef. (Serveuse au TeddyBeer), pour renflouer un compte en banque privé des chiffres factices.
TALON(S) D'ACHILLE : Sa famille, ses recherches, son innocence, son pouvoir effrayant.
we're living in a mad world (Majken) Empty
we're living in a mad world (Majken) - Dim 21 Avr - 22:43

we're living in a mad world.

- - - - - - - - - - -

Majken & Nesryn



Les va-et-vient des hommes et femmes devant la porte de sa chambre attiraient son attention. Elle laissa son regard se perdre dans leurs silhouettes, en même temps que les murmures lui parvenaient. Juste quelques mots traversant la fine paroi la séparant du couloir. Pourtant, la chambre était à l’écart, et tout avait été mis en place pour qu’elle ne soit pas visible de l’extérieur. Les enquêteurs lui avaient expliqué le but de tout cela, argumentant que son agresseur pourrait à nouveau tenter de s’en prendre à elle. Parce qu’une fois, ce n’était pas assez. Et finalement, elle se doutait bien que la mafia ne l’abandonnerait pas si facilement. Pas pour son pouvoir. Pas pour ses capacités. Juste pour les informations qu’elle pouvait posséder, bien que rien de confidentiel ne soit arrivé à ses oreilles. A part quelques noms, de ceux qu’elle avait capté, qui l’avaient enfermée là-dedans. Pour un peu, elle aurait fini à leurs pieds, esprit entièrement lavé par ses bourreaux. Ils étaient doués les dieux finalement, savaient comment parler, comment manipuler pour voir les humains se briser devant eux. Surtout Nesryn, dont le caractère ne lui permettait pas d’aller contre cela… Y’aurait pas eu Eamonn, certainement qu’elle aurait fini en morceaux, vendant corps et âme pour des êtres ne recherchant que la gloire…

Un long soupir, et son regard finit par se poser sur le téléphone qu’on lui avait remis à sa demande. Nouvelle carte sim, nouveau numéro… L’ancien était parti dans les scellés de la police. Les enquêteurs avaient évoqué un possible mouchard, ou un traceur, vu que toute l’agression semblait… Minutieusement préparée. La suédoise, de son côté, ne savait pas quoi en penser finalement. Avaient-ils été jusque-là ? En avaient-ils les moyens ? Pour un peu, elle leur trouverait des excuses, mais celles-ci se heurtèrent à la partie d’elle qui était bien plus forte, refusant de se laisser enchaîner à un système de pensées destructeur. Ce n’était pas de sa faute. Et eux avaient toujours été capables du pire, même si aucune trace n’était visible sur le corps de la juge. Tout était étrange dès qu’on parlait de mafias. Mais il fallait oublier. Il fallait se relever, reprendre sa vie telle qu’elle était avant. Même si elle reprenait tout de zéro, finalement. Plus d’argent, plus d’appartement… Nouveaux travails, pour renflouer un compte en banque récemment rouvert. Faudrait des mois, des années pour espérer faire disparaître les traces de ces trois dernières années…

Après de très longues minutes de réflexion, elle finit par envoyer un message à Majken. Depuis le temps… C’était bien de dire qu’elle était en vie. Et aussi, de parler des dernières années, de lui dire de faire attention. Les doigts tapotèrent, et il ne fallut que quelques secondes pour obtenir une réponse, engager la conversation. De quoi voir les perles salées couler le long de ses joues. Parce que la solitude pesait au fur et à mesure, entre les quatre murs de cette pièce aseptisée. Quelques minutes laissées en suspens, le temps de l’arrivée. Quelques heures peut-être, sieste réclamée par le corps encore épuisé par les soins. Au moins, elle était encore vivante, encore consciente. Même si on lui avait dit, le nombre de jours passés dans un pseudo coma…

Sursaut, suivi par les bips effrénés de la machine, des battements de son myocarde. La main passa sur son visage, glissa sur la cicatrice qui restait. Souvenir malheureux de l’altercation, si proche de sa pupille, si proche du jugement. Mais ça n’avait pas été touché. Juste l’arcade, le sourcil tranché. Ce n’était pas grand-chose. Pas grand-chose.

Respiration profonde pour faire disparaître les derniers tremblements, juste à temps pour percevoir les silhouettes se rapprocher de la chambre. Et la porte s’ouvrir sur Majken. Léger sourire sur les lèvres, tandis que sa voix tremblante s’élevait. « Bonjour Majken. » Pause. « Merci d’être venue. » Les jambes ne bougeaient quasiment pas, ayant subi le courroux de l’agresseur. Elle n’avait pas encore fait l’état des lieux du reste de son corps… Mais la tête s’était tournée, pour faire face à la nouvelle arrivante.


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Saccager la foule, briser tout mon corps pour plus penser tout haut.
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Majken Callaghan
Majken Callaghan
- REAL LIFE MONSTERS -
BLAZE : morrigan
CREDITS : sarasvati (ava) ; self (crackship gif/sign) + bébou d'amour (edit) ; old money (sign)
FACE : camilla babe christensen
DOLLARS : 836
SACRIFICES : 613
PORTRAIT : we're living in a mad world (Majken) B93647dc6f8628ae7ec84286f6f590ca
ANNEES : 24
CŒUR : coeur envouté
RÉINCARNATION : VALKYRIE
TALENT(S) : se foutre dans la merde en un temps record ; organisme amélioré ; booster divin
FACTION : sans faction, mais sans aucun doute sous la protection du Royaume
OCCUPATION : ancienne danseuse du Narcisse Enchainé, elle a repris ses études de journalisme
RUNNING GUN BLUES :
RP EN COURS
WOLFGANG / NESRYN



he was pretty cute for a monster

we're living in a mad world (Majken) 1549022880-montagee

AVENT :
we're living in a mad world (Majken) OJS2dg8Z_o

we're living in a mad world (Majken) Empty
we're living in a mad world (Majken) - Sam 11 Mai - 18:52

we're living in a mad world.

- - - - - - - - - - -

Majken & Nesryn



Derniers jours, dernières semaines difficiles. C’est que ça ne se verrait presque plus. Du moins sur son visage. Son corps en porte encore quelques marques. Quelques ecchymoses, ici et là. Son dos, ses côtes, qu’elle ne cesse de malmener. Elle n’a pas arrêté les entrainements. Une semaine à peine, avant qu’elle ne reprenne. Pas franchement au gout de Wolfgang. Trop tôt qu’il disait. Elle devait se reposer, complètement récupérer. Elle n’avait pas franchement été sûre d’être prête, mais elle avait eu besoin de s’entrainer encore un peu plus. Plus dur, plus fort, pour se sentir moins inutile, moins faible. Pourtant, sa raison continuait de lui hurler que malgré la valkyrie, elle n’aurait rien pu faire. Elle était seule. Seule contre plusieurs. Elle soupire, se regarde une dernière fois dans le miroir en rabaissant son t-shirt. Sales souvenirs qu’elle aimerait effacer. Mais si son corps se remet, les souvenirs, les flashs se font toujours aussi violents. Réveils en sursaut, malgré les bras réconfortants de Wolfgang. Réveils moites malgré la sécurité apparente du manoir.
Jolie blonde venue se réfugier dans le château de son protecteur. Tout ce qu’elle ne voulait pas être, une fille en détresse, incapable de prendre soin d’elle-même. Et elle compte bien changer ça.
Un dernier soupir, elle attrape son manteau et se hâte d’aller déposer un baiser dans le cou de Wolfgang. « J’y vais. » pas le temps de la rattraper, de la dissuader, qu’elle file déjà vers la porte. Elle sait qu’il l’aurait fait si elle s’était éternisée. Et sans doute aurait-il réussi à la dissuader. Gentiment ou grâce à quelques coups bas qu’il maitrise à la perfection.  

La môme avait besoin d’aller voir Majken, de reprendre aussi un peu sa vie en main. C’est comme si elle s’était enfermée dans une bulle au nom de Nodievs depuis des semaines. Pas qu’elle s’en plaignait, loin de là, mais elle se rendait compte qu’elle avait sans doute négligé d’autres aspects de sa vie. A commencer par certains de ses amis. Et la norvégienne ne semblait pas être la seule à avoir eu des difficultés dernièrement. Pas la seule à avoir été malmenée.
Elle avait bien lu quelques nouvelles dans les journaux et sur internet, sans jamais savoir que l’agression dont il était question faisait référence à son amie – et ancienne collègue.

Passage éclair par une petite boulangerie française qu’elle connaissait pour y avoir de la friture. Un mélange de différents chocolats, comme Nesryn le lui avait demandé. Rien de trop compliqué pour Majken. Elle espérait pouvoir faire plus pour son amie. Pur qu’elle récupère ou au moins qu’elle se sente un peu plus à l’aise.
Quand elle y pense, elle aussi elle aurait pu se retrouver dans cette chambre d’hôpital. En réalité, elle aurait dû. Elle avait simplement été trop bornée pour écouter Wolfgang. Et elle avait surtout énormément compté sur la valkyrie en elle et ses facultés pour récupérer plus rapidement. Mais pour rassurer wolf, c’est une infirmière qu’elle avait engagé pour s’occuper de ses quelques soins et de son bon rétablissement. Elle se rappelle encore du nombre de fois où il avait levé les yeux au ciel, le nombre de protestations et de baisers dont elle a dû le couvrir, même amochée, pour réussir à le faire taire. Ca, et sans doute un peu plus.

Arrivée à la chambre désignée, elle frappe un bref instant avant de passer la porte, découvrant son amie un peu moins en forme qu’à son habitude. « Bonjour Majken. Merci d’être venue. » un sourire compatissant se peint sur ses lèvres, « salut » elle s’approche, lui tend un petit sac contenant deux paquets de chocolats. « Pour toi, j’espère qu’ils seront bons. » elle tire la chaise, s’assoit et attrape la main de son amie. « qu’est ce qu’il s’est passé ? » demande-t-elle en soupirant, en ayant l’impression d’avoir manqué plusieurs mois.



▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

--- bad habits
donne moi ta nuque à caresser, donne moi ta bouche à embrasser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nesryn Kron
Nesryn Kron
- CRY OF THE MARTYRS -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) IKING le plus parfait ♥ & (c)ANAPHORE
FACE : Charlotte Wessels
DOLLARS : 357
SACRIFICES : 171
ANNEES : (Vingt-neuf ans) suffisamment pour avoir vu son monde changer autour d’elle à plusieurs reprises, pour s’être écroulée, pour s’être fait enchaîner à des divinités dont l’unique intérêt est de la manipuler…
CŒUR : (Célibataire), trop peu de liberté accordée au corps et à l’esprit. Les aventures s’enchaînent, sans que le cœur ne rencontre son âme sœur. Qu’importe, elle n’a pas ce souhait l’enfant…
RÉINCARNATION : (Prophète juge), aucune divinité dans le corps.
TALENT(S) : Le (jugement) dans les pupilles, la douleur causée par les fautes révélées aux hommes et femmes ayant multiplié les pêchés. Elle voit toutes les horreurs perpétuées par un corps, les lui fait subir en retour. Les esprits se brisent face au pouvoir, incapable de supporter le juste retour de leurs actes…
FACTION : (Neutre), les barreaux d'or se sont retrouvés ouverts, fuite enclenchée pour la juge, traquée par la NC.
OCCUPATION : (Directrice de la Communication & Community Manager pour Justin Bellinger), incapacité de garder son travail au Journal, compétences offertes au plus offrant, avec protection à la clef. (Serveuse au TeddyBeer), pour renflouer un compte en banque privé des chiffres factices.
TALON(S) D'ACHILLE : Sa famille, ses recherches, son innocence, son pouvoir effrayant.
we're living in a mad world (Majken) Empty
we're living in a mad world (Majken) - Jeu 6 Juin - 12:04

we're living in a mad world.

- - - - - - - - - - -

Majken & Nesryn



Y’avait la peur qui était restée, quand elle avait envoyé un message à Majken. Le myocarde s’était emballée, par peur intrinsèque que l’échange soit intercepté par la Camorra, et que l’autre soit à son tour visé. Nesryn avait suffisamment fait tomber d’êtres, entraîné d’humains et dieux dans leur dernière chute pour ne pas perdre une amie en plus. C’était pour cela qu’elle avait coupé les ponts avec Anja pendant longtemps, préférant la survie de celle-ci à une amitié précieuse. Parce que la vie avait toujours eu plus d’importance, n’est-ce pas ? Même si ça signifiait s’éloigner, s’enfoncer un peu plus dans la solitude à chaque jour qui passait… Les ailes avaient été brûlées, et les hauts murs l’empêchaient de fuir. A force de refuser de mettre les autres en danger, elle-même s’était perdue dans les méandres de l’horreur. Sans personne chez qui échouer, aucune chance de la voir s’enfuir. Et il n’était guère difficile de comprendre à quel point elle tenait aux autres, ferait tout pour qu’aucun ne soit blessé. Certains à la Camorra l’avaient compris, s’en étaient allégrement servis. Pour un peu, s’ils tentaient aujourd’hui de s’en prendre à ceux qui l’entourent, elle serait capable d’y retourner, constituée prisonnière pour le bien… D’autres. Pas le sien.

C’était douloureux d’y penser, de s’y attarder, de réaliser. Il suffirait d’un rien pour que tout rebascule. Que tout son combat pour elle-même soit vain. Stupide gamine.

Ce furent les mots de Majken qui la sortirent de sa morosité, qui lui rappelèrent où elle était aujourd’hui. Il fallait calmer l’esprit qui s’emballait, lui faire comprendre qu’il s’agissait là de visions futures. Aucune ne se réaliserait, car la mafia avait d’autres chats à fouetter qu’une prophète s’étant fait la mal. Qu’elle soit importante ou non dans leurs plans. Dans les faits, Nesryn n’avait aucune utilité pour eux. Néanmoins, si elle venait à s’entraîner, elle serait une sérieuse épine dans leur chair. Le pouvoir latent et menaçant de ses iris les réduirait à néant, pour un peu qu’elle l’accepte. Ca avait toujours été le problème, en y repensant…

« Merci. » Un sourire timide, tandis que les doigts tremblants récupéraient les chocolats. Ce n’était pas grand-chose diraient certains, mais Nesryn s’en voulait un peu d’avoir fait dépenser de l’argent à son amie. Mais… Ca faisait tellement longtemps. La nourriture, elle s’était contentée du strict minimum le temps que le compte en banque se remplisse à nouveau. Au moins, l’indépendance revenait… Mais pas la stabilité.

Elle avait peur que les attaques se multiplient, n’osait même pas y penser. Les jours à venir, à l’extérieur, la verraient jeter de multiples coups d’œil par-dessus son épaule, éviter les coins d’ombres. Ténèbres et noirceurs qu’elle fuirait désormais, comme un violent souvenir de l’agression…

Les iris se détachèrent de la silhouette de la jeune femme, se perdirent dans les rainures des murs blancs de l’hôpital. Les yeux la brûlaient, toutes les blessures de son corps la lançaient soudainement, myocarde s’affolant, bips incessants de la machine la surveillant. Peur panique avec laquelle elle se débattait depuis des mois, rendue instable depuis. « Je me suis fait agresser. » Ca se voyait après tout, avec le type de blessures qu’elle avait. Et la cicatrice qui se dessinait sur son arcade sourcilière, si proche de la pupille… « J’ai… » Que pouvait-elle dire ? Certes, la vérité serait le mieux à faire, d’autant plus que Majken avait déjà été mêlée à quelques-unes de ses histoires. Et avait mis à terre plusieurs de ses surveillants, avec une rapidité qui avait laissé la suédoise sur le cul. « Je me suis retrouvée dans une mafia en arrivant ici. » C’était il y a trois ans, et pourtant, le souvenir restait vif dans sa mémoire. Le visage de celui que son pouvoir avait mené à la mort, et l’arrivée de ce sous-boss qui avait su jouer de ses insécurités et de sa naïveté… Trois ans, c’était long, au milieu des cadavres et de la souffrance. « J’ai pris la fuite il y a quelques mois. Je… J’ai profité de problèmes en interne pour me tirer. » Juste partir, sans un regard en arrière, en ignorant les doutes et les regrets. « Ils… Ils n’ont pas eu envie de me laisser m’envoler alors ils ont envoyé un tueur pour… M’éliminer. » Ca se finissait comme ça. Et certainement qu’elle vivrait les prochains mois, les prochaines années, avec une boule au ventre constante, un poids qui l’empêcherait de s’épanouir…  


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Saccager la foule, briser tout mon corps pour plus penser tout haut.
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Majken Callaghan
Majken Callaghan
- REAL LIFE MONSTERS -
BLAZE : morrigan
CREDITS : sarasvati (ava) ; self (crackship gif/sign) + bébou d'amour (edit) ; old money (sign)
FACE : camilla babe christensen
DOLLARS : 836
SACRIFICES : 613
PORTRAIT : we're living in a mad world (Majken) B93647dc6f8628ae7ec84286f6f590ca
ANNEES : 24
CŒUR : coeur envouté
RÉINCARNATION : VALKYRIE
TALENT(S) : se foutre dans la merde en un temps record ; organisme amélioré ; booster divin
FACTION : sans faction, mais sans aucun doute sous la protection du Royaume
OCCUPATION : ancienne danseuse du Narcisse Enchainé, elle a repris ses études de journalisme
RUNNING GUN BLUES :
RP EN COURS
WOLFGANG / NESRYN



he was pretty cute for a monster

we're living in a mad world (Majken) 1549022880-montagee

AVENT :
we're living in a mad world (Majken) OJS2dg8Z_o

we're living in a mad world (Majken) Empty
we're living in a mad world (Majken) - Dim 14 Juil - 18:01

we're living in a mad world.

- - - - - - - - - - -

Majken & Nesryn



Sans doute Majken aurait-elle dû s’inquiéter avant. Ce manque de nouvelles, ce silence radio… Pas seulement mettre ça sur le compte de la vie, du quotidien, des gens qui se laissent dépasser et qui remettent tout au lendemain. Y’avait sans doute un peu de ça, mais visiblement pas que. Les chocolats remis à la blesser, elle sourit tendrement. « Merci » un léger signe de tête de la part de la valkyrie, sourire timide qui répond à celui de son amie. Ce n’était pas grand-chose, mais elle savait que Nesryn apprécierait. Le genre de petit plaisir simple qui avait le don de réchauffer un cœur –du moins pour ceux aimant le chocolat. Et puis, ça devait être un véritable luxe comparé à la bouffe servie à l’hôpital. Sur le coup, la blonde se dit qu’elle aurait peut-être dû prendre une boite de plus. Ça n’aurait pas été de trop.

Pendant un instant, le silence s’installe, et Majken s’en contente, ne souhaitant pas pressée ou bousculer la jeune femme. Elle avait subi assez, pas besoin de la presser avec ses questions. Elle y répondrait quand elle le souhaiterait, si elle s’en sent capable. Pourtant, l’inquiétude ne quitte pas la jeune femme. Pourquoi ? Par qui ? Est-ce qu’il pouvait y avoir des représailles, ici, à l’hôpital ? Elle finit par prendre la parole, sans surprise « Je me suis fait agresser. » il y avait de toute façon peu de chances pour qu’il en soit autrement. Personne ne finit d’en cet état suite à un simple accident, même les personnes les plus maladroites. Et malgré ses quelques réflexes surnaturels, Majken en connait quelque chose. « J’ai… » comme pour la rassurer, qu’elle prenne son temps ou respire plus profondément, la norvégienne pose sa main sur celle de son amie. Lui faire comprendre qu’elle est là pour elle, peu importe la manière, peu importe ce dont elle a besoin. « Je me suis retrouvée dans une mafia en arrivant ici. » elle fronce les sourcils, se demandant un instant s’il s’agit de la Bratva. Interrogation seulement due aux origines scandinaves de Nesryn, puisque rien d’autre ne lui a jamais laissé supposer son appartenance à cette organisation. Mais au fond, c’était sans grande surprise. Elle se demandait s’il y avait beaucoup de personnes qui étaient étrangères à ses mafias. Ou combien le restaient à vie. « J’ai pris la fuite il y a quelques mois. Je… J’ai profité de problèmes en interne pour me tirer. Ils… Ils n’ont pas eu envie de me laisser m’envoler alors ils ont envoyé un tueur pour… M’éliminer. » les yeux de majken s’écarquillent, incrédule. Ce n’était pas une agression pour un sac à main, ou seulement pour l’effrayer, ce qui est malheureusement monnaie courante dans cette ville. Non, ils avaient voulu l’éliminer purement et simplement. Et elle avait de la chance. C’est à un cimetière et face à une pierre tombale qu’elle aurait du lui rendre visiter. « Tu sais qui c’est ?! » elle e forte le front, se pince l’arête du nez un bref instant en essayant de rassembler ses idées, et ses questions. « Quelle mafia ? t’aurais du m’en parler ! dans quoi tu t'es fourrée ? » ce n’était pas vraiment un reproche, plutôt une déception de ne pas avoir pu être là plus tôt, plus utile. elle n’aurait peut-être pas pu faire grand-chose, mais au moins la protéger, ou essayer. « et… ils savent que tu t’en es tiré ou.. ? » ou vont-ils revenir ? hors de question qu’elle laisse son amie sortir de son champ de vision tant qu’elle n’en était pas assurée.




▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

--- bad habits
donne moi ta nuque à caresser, donne moi ta bouche à embrasser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nesryn Kron
Nesryn Kron
- CRY OF THE MARTYRS -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) IKING le plus parfait ♥ & (c)ANAPHORE
FACE : Charlotte Wessels
DOLLARS : 357
SACRIFICES : 171
ANNEES : (Vingt-neuf ans) suffisamment pour avoir vu son monde changer autour d’elle à plusieurs reprises, pour s’être écroulée, pour s’être fait enchaîner à des divinités dont l’unique intérêt est de la manipuler…
CŒUR : (Célibataire), trop peu de liberté accordée au corps et à l’esprit. Les aventures s’enchaînent, sans que le cœur ne rencontre son âme sœur. Qu’importe, elle n’a pas ce souhait l’enfant…
RÉINCARNATION : (Prophète juge), aucune divinité dans le corps.
TALENT(S) : Le (jugement) dans les pupilles, la douleur causée par les fautes révélées aux hommes et femmes ayant multiplié les pêchés. Elle voit toutes les horreurs perpétuées par un corps, les lui fait subir en retour. Les esprits se brisent face au pouvoir, incapable de supporter le juste retour de leurs actes…
FACTION : (Neutre), les barreaux d'or se sont retrouvés ouverts, fuite enclenchée pour la juge, traquée par la NC.
OCCUPATION : (Directrice de la Communication & Community Manager pour Justin Bellinger), incapacité de garder son travail au Journal, compétences offertes au plus offrant, avec protection à la clef. (Serveuse au TeddyBeer), pour renflouer un compte en banque privé des chiffres factices.
TALON(S) D'ACHILLE : Sa famille, ses recherches, son innocence, son pouvoir effrayant.
we're living in a mad world (Majken) Empty
we're living in a mad world (Majken) - Sam 17 Aoû - 21:25

we're living in a mad world.

- - - - - - - - - - -

Majken & Nesryn



Les pupilles fuyaient, pour éviter de blesser l’autre, pour ne pas percevoir le dégoût et le jugement de Majken. Pourtant, elle le savait que sa comparse n’était pas de ce genre-là. Certes, il y avait de la violence entre elle, une colère latente que la suédoise pouvait apercevoir dans les mailles de son corps, de ses iris. Juste, rien n'était dirigé vers elle. Un léger soupir quitta ses lèvres, quand le cœur lâcha. Quand elle déballa ce qu’il s’était passé. Évoquer la mafia, la douleur du choc quand le tueur s’était retrouvé à ses trousses, quand les pouvoirs avaient plu… Nesryn n'était qu'une mortelle, qu'une prophète dont les dons brûlaient dans les globes. Mais ça n’avait pas été suffisant. Qu'importait la douleur transcendante dans le cerveau, il était parvenu à se ressaisir, à lui lancer des ombres dessus. Aussi aiguisées que des lames, jamais la suédoise n’aurait cru devoir être effrayée par les ténèbres jusque-là. Intangibles, elles s’étaient pourtant montrées d’une dangerosité à couper le souffle. À présent, elle passera ses nuits enfermées à double tour, avec une veilleuse pour combattre la nuit intérieure. C’était l’avenir qui se teintait d'obscurité et ce, quoi qu’elle tente de faire…

Les doigts enserrèrent ceux de Majken, posés sur sa main. Geste de remerciement, par rapport à sa présence dans des temps obscurs. Être vu à ses côtés pouvait s’avérer dangereux. Et Nesryn ne pouvait qu’espérer qu'aucun membre de la Camorra ne traînait dans les environs. La tête se secoua doucement, négation exprimée par le non-verbal, rapidement suivi par les mots : « Je… Je ne sais pas. Ce n’était pas quelqu’un que j'avais déjà croisé…» L’hésitation se fit palpable. Après tout, elle n’était pas la bienvenue au milieu des italiens, des costards-cravates cachant la crasse et les armes. Le suédois qui écorchait régulièrement ses lèvres la maintenait â distance de cette organisation. « J’étais plus proche d'une prisonnière qu'on gardait pour ses capacités que réellement impliquée. » Don qu’elle évoquait rarement aux autres, encore moins depuis sa mésaventure auprès de la Camorra.

En parler. Évidemment qu’elle aurait dû en parler. Mais elle n’avait rien. Et le sous-boss, à l’époque, lui avait bien fait comprendre que parler la mènerait tout droit en prison après avoir vu ses proches périr. Donc, elle s’était juste enfermée, roulée dans un coin, à attendre que tout cela passe… Pour protéger les autres. Pour se protéger. Parce qu’elle ne savait pas comment gérer cette situation pour le moins inédite. Les histoires de mafias, c’était bien loin de son quotidien en Suède. Même si son beau-père y était plongé, elle n’avait jamais rien su de tout cela, protégée par une mère militaire qui aurait planté son mari sur place si elle l’avait appris. Un tissu de mensonges qu’elle pourrait déchirer un jour, sans jamais vouloir replonger dedans. Le passé était à sa place, loin derrière elle, malgré le corps marqué, l’âme brisée. « Ils t’auraient tuée. » Qui que soit Majken, une de ces divinités ou non, on ne faisait pas le poids face à une organisation aussi impressionnante. « C’est la Nuova Camorra. » C’était sorti dans un murmure. Et c’était aussi la première fois qu’elle l’évoquait. Mais fallait bien. Parce qu’ils seraient toujours là, un regard transperçant les ténèbres et lumières. Du haut de leur piédestal… Jusqu’à ce que les iris du jugement les fassent tomber. Parce qu’elle savait Nesyn, qu’elle aurait le pouvoir d’en réduire beaucoup au silence. Si elle contrôlait ce don.

Le rire était triste, quand il sortit de sa gorge. « Je pense qu’ils savent oui. » Pause. « Ca ne m’étonnerait pas que certains d’entre eux travaillent dans les environs. » Un soupir quitta ses lèvres. Ca n’en finira jamais, cette traque. Pour ne pas la laisser entre les mains d’autres. Pour qu’aucun secret ne soit révélé. « Ils seront peut-être plus prudents la prochaine fois… » Ou ils abandonneront. Qu’elle espérait…


▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

Saccager la foule, briser tout mon corps pour plus penser tout haut.
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
we're living in a mad world (Majken) -

Revenir en haut Aller en bas

we're living in a mad world (Majken)

 :: - ARCADIA - :: downtown :: arcadia hospital
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forge World
» Arya's World Creations
» One Piece Strong World 0
» This World - Selah Sue (Warren)
» Accel World

Sauter vers: