CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

just another nervous wreck (aura&max)

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
just another nervous wreck (aura&max) Empty
just another nervous wreck (aura&max) - Mar 9 Avr - 23:37

Just Another Nervous Wreck
Aura Sciarra & Maxine Waters

« I'm feeling so alone now, they cut the telephone uh huh. Yeah my life is just a mess »
(JUIN 2014) - Les yeux sont rivés vers la fenêtre à sa gauche. A côté d’elle, l’écho des gouttes de la perfusion tombe lentement, quelque chose qui traîne dans son oreille droite en même temps que son oncle qui s’est assoupi, à sa droite lui aussi. Avachi dans son siège, il donne l’impression, comme beaucoup de ceux bercés par Morphée, d’expirer l’innocence à chaque affaissement de poitrine ; qu’on ne s’y trompe pas, Tony Waters a laissé quelques cadavres derrière lui en même temps que des côtes brisées, poignets pétés ou doigts arrachés. Pour l’instant, il dort, mais Maxine, elle, ne s’y résout pas. Cet oncle s’il doit aujourd’hui monter la garde contre quelque chose, c’est bien contre elle-même. La famille a en effet peur qu’elle tente quelque chose, qu’elle rechute, à l’aide de quoi, on ne sait pas trop, mais on a peur. Et Maxine aussi. La gamine tremble à l’enchaînement des « si » qui égrènent ses réflexions. Et si personne ne s’était inquiété de son immobilité ? Et si on n’était pas venu la chercher à temps ? Et qu’elle ne s’était pas réveillée ? Et si, et si… Elle serait morte. Camée comme d’autres, laissée au milieu d’inconnus réunis seulement par le réconfort offert par une pièce à demi-éclairée. La simple idée la fait frissonner et la jeune femme se laisse submerger par une fatigue immense ; elle n’a pas la force d’essuyer les quelques larmes strident ses joues. Pathétique et lasse Maxine, pleine de cette lassitude qui abaisse la voix à un murmure, elle sent l’univers faiblement s’agiter dans le coin droit, mais ne se décide pas à bouger. Inertie assumée, même si son oncle s’est désormais levé et même si des ombres s’avancent devant la porte ; peut-être son cousin, parti chercher quelque chose pour revenir avec quelqu’un. Elle entend des voix murmurer derrière l’entrée et sent l’inquiétude poindre dans les explications que fournit Tony à l’inconnue – car c’est une femme qu’elle devine dans l’entrebâillement de la porte, attention finalement tirée vers le tumulte qui attend au dehors. Entrent Tony, grimaçant en un sourire gêné, puis le cousin, Vincent, mine quelque peu maussade ; enfin, c’est la dernière silhouette qui surgit de la lumière blanche du couloir, la même que celle de la chambre. Petite, mine sombre et au fond des prunelles une certaine froideur ou un brasier, Maxine n’a jamais réellement su déterminer, tout un tableau pour lui rappeler : Aura. Soutenir son regard est difficile, surtout pour la convalescente qu’elle est; au fond de son lit, Maxine s’écrase. Tony s’éclaircit la gorge puis lâche faiblement : « On va vous laisser discuter… » Oh mais pas besoin de s’en aller, tonton, pas besoin de trop parler. Les paroles ont déjà été prononcées, les remontrances déjà invoquées ; Max s’est représentée la scène au moment où elle avait entendu son père étouffer un « Qu’est-ce qu’on va faire…» pendant que Max somnolait à demi. Qu’est-ce qu’on va bien faire, oui, de moi ? Pour eux, est-ce que je vaux encore quelque chose ? Elle l’attendait, cette visite et s’était dit en exagérant que la voir serait comme voir la Faucheuse à nouveau. Elle l’attend encore, cette visite, et surtout les mots qui vont l’accompagner. Pour un peu défier le destin, Maxine décide d'ouvrir sa gamelle en premier après avoir  rassemblé les maigres forces puisées au détour de son palpitant accéléré. Après que la porte de la chambre se soit refermée sur l’ombre des deux hommes qui la gardaient, la jeune femme tranche sec le silence ponctué par les gouttes de la perf’: « Pas besoin de tourner autour du pot pendant cinquante ans : j’ai merdé. » Et la gamine de se renfrogner un peu plus, de détourner le visage, insupportable vue de la silhouette qui se fait davantage Justice que Faucheuse, immobile, impassible, silencieuse. « Si vous me laissez tomber, je comprendrais. » Parce que un de plus un de moins, Maxine n’en est plus vraiment là ; pas besoin de compter quand on sait qu’un jour tout disparaît.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Aura Sciarra
Aura Sciarra
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) myself ♥ & ANAPHORE / aesthetic & icônes : clemy & secret santa d'amour !
FACE : Emily Browning
DOLLARS : 1219
SACRIFICES : 830
PORTRAIT : just another nervous wreck (aura&max) Original
ANNEES : (la trentaine), masquée derrière le visage de porcelaine et les traits de poupée, tueuse au regard de feu.
CŒUR : (célibataire) au coeur de pierre, aujourd'hui fissuré et brûlant. Pensées occupées par une seule personne.
RÉINCARNATION : (Hécate), déesse de la lune, impératrice de l'ombre, guide aux carrefours, sorcière et enchanteresse du panthéon grec.
TALENT(S) : (Umbrakinésie) - ACTIF; (Transmutation) - ACTIF; (Illusions Cauchemardesques) - INACTIF; (Médiumnite) - ACTIF.
FACTION : (Nuova Camorra) mafia dans le sang, dans les veines,
OCCUPATION : (sous-boss) leadeuse de son groupe, soldats et capo à sa botte. (Avocate), spécialisée dans les affaires traîtant des mafias, mettant la sienne hors de soupçon, plombant les autres selon les alliances. (Propriétaire du Ciao Roma)
GENÈSE : (Primus), stade 6, bercée par les voix anciennes.
TALON(S) D'ACHILLE : (scarifications) réclamation de la douleur par le corps, lame perçant la peau à intervalles réguliers pour calmer les pulsions. (Clemens), coeur ouvert au détour d'un verre, soutien infaillible quand le monde s'est écroulé. (Nina), fantôme d'un passé qui ne cesse de la hanter. (Astrid), l'amie, la semblable, la soeur, la bras-droit qu'elle protègera envers et contre tout.
JUKEBOX : [u]within temptation[/u] - [i]ice queen[/i]
RUNNING GUN BLUES : just another nervous wreck (aura&max) TzpUF88h_o
"Nous sommes de ceux qui établissent des stratégies dans l'obscurité pour reprendre la main, jouer selon leurs propres règles et forcer le destin"

just another nervous wreck (aura&max) 190110121341100139

"Nous sommes de ceux qui veulent à tout prix tabasser leur part d'ombre et faire taire leurs sales travers"

just another nervous wreck (aura&max) SSpdNeI just another nervous wreck (aura&max) 5E5Mv79

just another nervous wreck (aura&max) 181221100909461671

she walks with heaven in her steps and hell in her eyes

just another nervous wreck (aura&max) TQaCJfg

“She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.”

just another nervous wreck (aura&max) 181020070224358962
just another nervous wreck (aura&max) Empty
just another nervous wreck (aura&max) - Mar 23 Avr - 18:04

Just Another Nervous Wreck
Aura Sciarra & Maxine Waters

« I'm feeling so alone now, they cut the telephone uh huh. Yeah my life is just a mess »
(JUIN 2014) - Un regard jeté par la fenêtre de son appartement, donnant sur les rues chics du quartier. Little Italy brillait en cette belle journée d’été, s’illuminait de mille feux. Long soupir de la jeune femme, tandis que la déesse s’agitait en son sein. Sombre sourire de celle jouant des ténèbres, ne trouvant sa place qu’au sein des ombres. D’ailleurs, des volets heurtaient la progression de la lumière dans son intérieur, et elle était placée de manière à ne pas avoir sa peau en contact avec l’astre solaire. Divinité inconnue qui avait pourtant complètement changé sa vie. Ni en bien, ni en mal, il lui avait surtout fallu s’adapter. A ses seize ans, sous le soleil italien, la peau s’était parée de couleurs vives. Rouge déchirant la chair, au point d’y laisser brûlures et cicatrices pendant des années. Alors, Aura s’était faite prudente, avait évité la journée. Les promenades étaient devenues impossible, et son propre cycle de vie s’en était retrouvé bouleversé. Si le Soleil la repoussait, elle se complairait auprès de la Lune, suivrait le second pour ne plus rien regretter du premier. Ce n’était pas la première fois qu’elle tournait le dos à quelque chose. Et elle avait su par la suite, que ce ne serait pas la dernière fois.

C’était une sonnerie qui la sortit de ses pensées. Dans un geste, elle attrapa son téléphone, décrocha, laissa la voix au bout du fil lui faire son retour. Et finalement, son attention fut captée. Comme toujours quand on parlait de son équipe, bien qu’elle soit du genre à punir les excès. Pour maintenir tout sous contrôle, il fallait bien faire des exemples. Cependant, il ne s’agissait là que de traîtres, de ceux qui, finalement, avait agi comme elle à une époque. Dommage que la capo soit incapable de faire le parallèle… Ou alors, elle connaissait mieux qu’eux ce qui arrivait quand on décidait de tourner le dos aux siens. Elle-même devait faire ses preuves dans cette nouvelle mafia, à ce nouveau rang, et c’était peut-être pour cela qu’elle ne laissait rien passer… Sauf quand c’était différent. Et Maxine devait l’être. Parce qu’Aura l’avait défendue, elle et sa famille. Elle avait demandé par la suite, à l’avoir sous ses ordres directs. Augustin qui n’avait guère tardé à suivre la demande de sa disciple. Sous-boss respecté depuis le temps, et elle marchait dans ses pas, comme elle avait pris l’habitude de le faire…

Appel terminé, et elle quitta la fraîcheur de son appartement, pour faire face au soleil et à la moiteur de Juin. Quelques minutes pour se garer sur le parking de l’hôpital, quelques-unes de plus pour se présenter à la réception, et retrouver Vincent. L’homme ne semblait guère apprécier de la voir ici, bien qu’il ait pris la peine de la prévenir. Après tout, il n’avait pas le choix au vu des liens hiérarchiques qui les unissaient. Lui n’avait pas envie d’être considéré comme un traître, même s’il devait certainement estimer valoir plus que la gamine. Rang qu’elle avait pourtant mérité, derrière le sang qu’elle avait fait couler, les informations qu’elle avait récupérées en tant qu’espionne…

On la guida jusqu’à la porte de la chambre, on la fit entrer, dans un silence de plomb. Quelques secondes où tous se jaugeaient du regard, avant que les deux hommes ne les laissent. Et Aura attendait, jusqu’à ce que la porte se referme dans son dos. Quelques pas supplémentaires pour se rapprocher, faisant fi de l’attaque de la jeune femme à peine en vie. Elles étaient semblables, du même âge, cette notion de mafia infiltrée jusqu’au plus profond de leur cœur… Mais l’une était divine, l’autre se parait de son humanité. Les bras ne se croisaient pas, alors que l’envie ne manquait pas. Juste la voix s’éleva, froide, lame glissant dans les entrailles. « C’est-à-dire ? » Pause. « Tu penses que je vais te tuer ? T’éliminer ? » Un sourcil s’arqua. Le ton était dénué de sentiments, à l’image de son utilisatrice. Les iris grisâtres ne quittaient pas le visage de l’autre, la détaillaient alors que l’autre cherchait à s’en défaire. « Je n’ai pas pour habitude de laisser tomber. » Les doigts s’enfoncèrent dans les poches. « Oh, je ne dis pas que je ne tue pas ceux devenant inutiles. » Qui avait dit que le tact pouvait être utile parfois ? Pas Aura. Sûrement pas elle. « Mais ce n’est pas le cas aujourd’hui. Que s’est-il passé ? » Et elle posa une de ses fesses sur une table. La tête se pencha légèrement, preuve que la mafieuse était à l’écoute. Parfois, il fallait juste accepter la main qui se tendait vers soi. Qu’elle soit sanglante ou non. Maladroite mais cherchant à aider malgré tout…  
(c) DΛNDELION

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
She is full of

unshaped dreams
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

just another nervous wreck (aura&max)

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La découverte de l'équipe Aura (privé Trecko)
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» "Les César"
» Obama aura-t-il sa Marylin Monroe
» Thomas a l'appart { pv libre}

Sauter vers: