CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

ohana (alfonso)

 :: abandonnés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lyra al Khayzuran
Lyra al Khayzuran
- elle lyra loin -
BLAZE : morrigan
CREDITS : sensate (av) ; astra (sign.) ; philtatos + samy + gus (gifs profil) + alejandro (gif nyx)
FACE : phoebe tonkin
DOLLARS : 2400
SACRIFICES : 1520
PORTRAIT : ohana (alfonso) 180728071546805047
ANNEES : vingt huit ans
CŒUR : délaissée et abandonnée, futur mère qui se laisse bercée par son plus vieil ami
RÉINCARNATION : Nyx, divinité primordiale, fille du chaos. déesse de la nuit et des ténèbres
TALENT(S) : umbrakinésie, contrôle des peurs, charisme céleste & voyeurisme
FACTION : nuova camorra / al kz
OCCUPATION : archéologue & pirates des temps modernes / nouvelle proprio du Piada Bar
GENÈSE : primus - stade 5
TALON(S) D'ACHILLE : les al kz, autant sa force que sa faiblesse, & les hommes de sa vie
JUKEBOX : breath of life - Florence + The Machine
RUNNING GUN BLUES :
ohana (alfonso) Tumblr_nd0wppXKL31rtocego9_250
RP EN COURS
sybille / nessie / carter / aura / yasmin / intrigue artefect

A L . K Z
ohana (alfonso) Y41r
an army can win a battle, a king can win a war, but watch the queen seize control of the stars

+++

C O M E . T O . M E
ohana (alfonso) 8iZnwhR7_o
mortal bodies, timeless souls

+++

ohana (alfonso) NfDD194Z_o
the hardest thing i've ever done was walk away still madly in love with you

ohana (alfonso) Empty
ohana (alfonso) - Mer 15 Mai - 14:13


O H A N A
lyra & alfonso
Never apologize for burning too brightly or collapsing into yourself every night. That is how galaxies are made.


5 mai 2019

Les yeux rivés sur Andrea, la jordanienne ne cesse de fixer sa fille, des grands yeux verts, brune, malgré le peu de cheveux. Une vraie merveille. Elle sourit malgré les traits tirés et fatigués. Elle sourit, malgré la situation, tout sauf idéale. Elle sourit malgré une récupération plus rapide que la normale. Elle peut dire merci à son père, à sa famille. Elle peut dire merci à ses contacts et au thaumaturge qui l’a aidé à se remettre sur place. Pas par confort, mais parce que vu la situation actuelle, elle ne supportait décemment pas de s’imaginer faible et moins capable pour les jours suivants. Y’a rien qui va, y’a tout qui pète. Les tensions qui montent crescendo, clairement pas le meilleur moment pour mettre sa fille au monde. Mais fallait croire qu’elle avait été pressée de pointer le bout de son nez... Si attendue, tant aimée. Lyra n’avait pas manqué l’occasion d’envoyer des photos à Finn. Malgré son départ, la distance, et les quelques regrets qui allaient avec, il restait son père. Elle savait qu’il l’aimait. Elle savait que la distance ne changerait rien. Peut-être qu’un jour, il reviendrait. Ou peut-être qu’elle passerait par là bas, ces contrées plus vertes, sans doute moins hostiles. Un jour, il verrait sa fille en chair et en os. Mais pour le moment, ils devaient tous deux se contenter de ça, du peu qu’ils avaient, de ce que la vie imposait. Non, vraiment pas l’idéal. Pas ce qu’elle avait imaginé. Au fond, elle avait pas imaginé grand-chose. Ni cette histoire, ni cette grossesse. Encore moins son départ précipité.

Mais elle en peut plus, Lyra. Le thaumaturge a pas suffit. C’est elle, qui est là, la nuit, à bercer sa fille et la nourrir. C’est elle, qui subit des nuits incomplètes, voire inexistantes. Plus des siestes qu’un vrai sommeil réparateur. Parfois l’impression de n’être que l’ombre d’elle-même. Une part d’elle envolée avec Finn. Et parfois, elle se retrouve petit à petit, dans une bonne humeur éphémère, grâce à ses sœurs ou à Liam. Ou ses proches, toujours là, prêts à aider. Et c’est en continuant de la regarder qu’elle repense à ses visites à la maternité. Les regards heureux, émus pour certains. Ca ira, qu’elle essaie de se répéter, un peu plus tous les jours. Et elle revoit le visage d’Alfonso. Père de substitution. Père adoptif. Peu importe. Elle aime le sien, mais lui, elle l’aime tout autant. Ni une, ni deux, elle prépare Andrea. Temps de revoir papy, qu’elle pense, amusée, le sourire sur les lippes. Il était bien trop adorable en la découvrant, elle a maintenant hâte de le voir à l’œuvre. Et sans doute de fondre un peu plus pour sa progéniture.

C’est plus le moment pour les balades en poussette malgré le temps qui devient enfin agréable. Des températures plus clémentes malgré les régulières baisses. Les joies du nord de la côte Est. Mais la menace n’est pas climatique, elle est russe. La tension qui monte, les rues qui s’embrasent, ou pas loin. Vrai bordel qui ne manquera sans doute pas de leur péter à la gueule, à l’un ou à l’autre. Alors c’est en voiture qu’elle se rend dans Little Italy, pas complètement sereine, mais prête à étriper le premier russe qui serait susceptible de vouloir faire dévier sa voiture de trois centimètres.

La nacelle dans une main, elle baisse la tête, regarde sa fille et se met à sourire, juste comme ça, sans raison. Ou plutôt si. C’est elle sa raison. L’amour qu’elle ressent pour ce petit bout. Le meilleur d’elle-même, le meilleur de son père. Une boule d’amour innocente, qu’elle voudrait préserver de tout ça. Alors elle frappe à la porte, rapidement ouverte par une enveloppe charnelle à laquelle elle ne se fera sans doute jamais. Elle sait qu’il s’agit bien d’Alfi, mais cette tête –pour se cacher- non, elle a jamais aimé. Pas aussi charismatique que celui qu’elle considère comme un père spirituel. Un père tout court. Mais elle sourit quand même, s’approche, lui offre une accolade avant de passer le seuil de la porte. Une fois refermée, elle le regarde, légère grimace. « Je m’y ferais jamais. Allez, change ça –désignant sa tête, son physique, du bout de l’index- t’es bien plus beau quand t’es toi-même. » le couffin posé, elle défait les sangles, et prend Andrea entre ses bras. « Tiens, ton tour, avec le nouvel amour de ta vie. Moi j’suis crevée. » qu’elle lache en souriant, avant de déposer un baiser sur la joue du consigliere –ou Don, un peu perdu dans les titres.


Made by Neon Demon

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

❝wild beasts wearing human skins❞
she was too quiet or she was too loud. she took things too seriously or not seriously at all. she was too sensitive or too cold-hearted. she hated with every fiber of her being or loved with every piece of her heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ohana (alfonso)

 :: abandonnés
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alfonso Feria, Septima Espada [Finie]
» Steve McGarrett - O ka Pili'Ohana ka 'Oi (la famille d'abord)

Sauter vers: