CalendrierCalendrier  FAQFAQ  AccueilAccueil  tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura)

 :: - OUTSIDE ARCADIA - :: into the past
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Clemens Jones
Clemens Jones
- CRY OF THE MARTYRS -
BLAZE : rage
CREDITS : ava: jan ♥ & co: rage. code signa: solosands
FACE : dane dehaan
DOLLARS : 1176
SACRIFICES : 566
PORTRAIT : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Tumblr_nr23jwNPmE1tbjuy7o3_400
ANNEES : 33 années et pourtant un visage de gamin.
CŒUR : incapable de mettre un mot encore dessus, effrayé d'avouer ce qu'il sait déjà. le palpitant ne blesse plus, il aime.
RÉINCARNATION : simple mortel doté d'un pouvoir de guérison.
TALENT(S) : prophète aux mains salvatrices, adoucissant les maux et collectionnant les blessures. Son sang précieux, drogue certain, guérit les blessures et tue les dieux.
FACTION : la Calavera, ceux qui ont bien voulut de lui.
OCCUPATION : Soldado sortant du repos forcé, guérisseur du commandate sur la touche.
GENÈSE : conscient depuis l'enfance d'être doté de pouvoirs surnaturels, il connait l'existence des dieux depuis son arrivée à Arcadia.
TALON(S) D'ACHILLE : la solitude, le rejet. Aura.
JUKEBOX : way out there - lord huron // the dark side - muse
RUNNING GUN BLUES : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) B2777c0879bfa482419317ed586a779f

SEEK AND DESTROY
maldwyn jones I
ψ
ONE EYED HOUND
gamze hale
ψ
THE DARK SIDE
maldwyn jones II
ψ
WICKED ONES
aura sciarra I
ψ
GUIDING LIGHT
maria magdalena asturies
ψ
AFTER ALL
aura sciarra II
ψ
THE DAWN WILL COME
maldwyn jones III
ψ
FAMILIA
alejandro flores
ψ
OUT OF MY MIND
aura sciarra III
ψ
THE MEPHISTOPHELES OF LOS ANGELES
aura sciarra IV
ψ
CHERRY BLOSSOM
aura sciarra V (ft. gus)
ψ
champion
maldwyn jones IV


(+ en apesanteur)
( + salvame)



I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Empty
I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) - Ven 8 Fév - 11:24

The Mephistopheles.

I don't know if I can open up I've been opened enough  I'm not a birthday present I'm aggressive regressive The past is over And passive scenes so pathetic I feel sole and alone like a heretic I'm ready to meet my maker Lazarus has got no dirt on me And I'll rise every danger I'm the Mephistopheles of Los Angeles


22 novembre 2018

Voilà une heure qu’il était rentré, tout au plus, et c’était déjà le bazar. Une pile de livres était tombée sur le sol après que le chat soit grimpé dessus et la couverture sur le canapé était déjà sur le sol. Mais il explore, c’est normal. Surtout si il n’avait pas trop le temps de s’occuper de lui à l’instant. Les yeux accrochés à son écran d’ordinateur il était dans une course infernale sur internet, voguant de site en site pour en apprendre un maximum sur “comment faire survivre un chat quand on a aucune idée de comment s’en occuper”. Bien entendu à l’animalerie et on lui avait conseiller de prendre ceci ou cela, et il y avait mit du coeur. De la sélection des bols -avec l’aide du dit chat dans les bras qui reniflait chaque article- a celui de jouets totalement inutiles, mais qui lui faisait plaisir d’acheter il était rentré avec pas mal de choses, beaucoup d’informations, mais ça ne suffisait pas. Le but, rendre le nouvel habitant de l’appartement le plus heureux possible. Il ne fallait pas grand chose visiblement, puisque le chat s’amusait à jouer avec les lacérations dans son jean, les fils dépassant apparement fascinant pour l’animal qui c’était un peu calmé après avoir fait tout le tour de l’appartement. Ce qui était rapide en soit. Il finit par baisser les yeux sur le félin qui visiblement s’amusait bien, les yeux jaunes finalement rencontrant les siens, jeux des griffes qui s’interrompt alors. Il en profiter pour venir gratter sa tête, au chat, qui fini par ronronner. Ça voulait dire qu’il l’aime bien, c’est ça ? En tout cas c’est ce que l’on raconte. Comment et pourquoi il l’a choisi lui ça reste un mystère. Un peu comme la baguette choisit son sorcier, ben le chat a fait la même chose, en quelque sorte. Fallait que ce soit un chat noir en plus, raison supplémentaire pour que ce soit son chat et celui de personne d’autre. Parce qu’il s’est sentis comme un chat noir, longtemps. Pas adoptable, pas recherché. Non pas à cause de la couleur de sa fourrure - il n’imagine pas l’horreur s’il avait été roux - mais à cause de ce qu’il pouvait faire. Ça fait peur, tout de suite. C’est bien comme ça que son frère a réagi au début.. Et c’est comme ça que la plupart des gens, les gens normaux, réagissent eux aussi. Finalement les deux exclus s’adoptent mutuellement, le calme enfin revenu, le chat glissant contre ses doigts pour un maximum de gratouille… Et ça le fait sourire. Parce qu’il n’a jamais pensé qu’un jour il allait en avoir un d’animal, encore moins comme cadeau d’anniversaire. Parce qu’il l’aime déjà, la boule de poil pas si diabolique une fois calmée.

Enfin, faut-il encore que le calme perdure. Sonnette qui retentit et chat qui sursaute autant de son maître, le chaton file directement se réfugier dans la salle de bain - visiblement la baignoire vide lui paraît être un excellent moyen de se protéger des chiens qui aboient en passant devant l'appartement ou des klaxons de voiture, chacun sa manière de se protéger. « Du calme Salem… C’est surement uber. » Qui ça pourrait être, il a commandé à manger il y a peu et on lui a donné trois quart d’heure pour que ce soit près, il était peut-être à l’avance ? Gros doute là-dessus, mais aussi aucune autre possibilité. Personne ne lui rend visite, sauf si c’est Maria. C’est possible aussi. Il se dirige vers la porte qu’il ouvre à la volée sans regarder dans le judas… Et il regrette, fort. Parce que c’est ni le uber eats, ni la djinn qui est sur le poche de son appartement… C’est Aura, et il se sent blêmir. Pas parce qu’il n’a pas envie de la voir bien au contraire. Il est ravit en réalité. parce que ça fait des mois qu’il ne l’a pas revu et qu’à chaque fois il se dit que c’est la dernière. Même si il lui a confié son numéro de téléphone rien n’en était ressorti et c’était peut-être mieux, qu’il a fini par se dire. Notamment à cause de ça. Parce que c’est le décor qui le dérange. Loin de sa rue à elle, loin de son immeuble. Au dessus de la tête de l’italienne c’est les vêtements des voisins du dessus qui sèchent, c’est les dalles abîmées sous ses pieds. La réalisation qu’il est son opposé. « Aura...Bonsoir mais. Comment tu. M’as... trouvé ? » Première interrogation à poser. Parce qu’il était persuadé d’avoir disparu des radars il y a longtemps, de n’avoir ni adresse, ni numéro de téléphone connu publiquement. Clemens Jones pouvait tout aussi bien ne pas exister que personne ne le saurait. Forcément on lui a donné, ou elle a bien, bien cherché pour tomber sur lui. Quasiment certain que si elle a demandé son chemin dans le coin on était capable de lui indiquer où vit le thaumaturge. Parce qu’il en soigne du monde. Des blessures de cuisine aux balles perdues. Et puis, un blond, dans le coin…


CODAGE PAR AMATIS

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

☩ sabbra cadabra ☩
I feel so good, I feel so fine Love that little lady, always on my mind She gives me loving every night and day Never gonna leave her, never going away I feel so happy since I met that girl When we're making love it's something out of this world It feels so good to know that she's all mine Gonna love that woman till the end of time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aura Sciarra
Aura Sciarra
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) myself ♥ & ANAPHORE / aesthetic & icônes : clemy & secret santa d'amour !
FACE : Emily Browning
DOLLARS : 1219
SACRIFICES : 830
PORTRAIT : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Original
ANNEES : (la trentaine), masquée derrière le visage de porcelaine et les traits de poupée, tueuse au regard de feu.
CŒUR : (célibataire) au coeur de pierre, aujourd'hui fissuré et brûlant. Pensées occupées par une seule personne.
RÉINCARNATION : (Hécate), déesse de la lune, impératrice de l'ombre, guide aux carrefours, sorcière et enchanteresse du panthéon grec.
TALENT(S) : (Umbrakinésie) - ACTIF; (Transmutation) - ACTIF; (Illusions Cauchemardesques) - INACTIF; (Médiumnite) - ACTIF.
FACTION : (Nuova Camorra) mafia dans le sang, dans les veines,
OCCUPATION : (sous-boss) leadeuse de son groupe, soldats et capo à sa botte. (Avocate), spécialisée dans les affaires traîtant des mafias, mettant la sienne hors de soupçon, plombant les autres selon les alliances. (Propriétaire du Ciao Roma)
GENÈSE : (Primus), stade 6, bercée par les voix anciennes.
TALON(S) D'ACHILLE : (scarifications) réclamation de la douleur par le corps, lame perçant la peau à intervalles réguliers pour calmer les pulsions. (Clemens), coeur ouvert au détour d'un verre, soutien infaillible quand le monde s'est écroulé. (Nina), fantôme d'un passé qui ne cesse de la hanter. (Astrid), l'amie, la semblable, la soeur, la bras-droit qu'elle protègera envers et contre tout.
JUKEBOX : [u]within temptation[/u] - [i]ice queen[/i]
RUNNING GUN BLUES : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) TzpUF88h_o
"Nous sommes de ceux qui établissent des stratégies dans l'obscurité pour reprendre la main, jouer selon leurs propres règles et forcer le destin"

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) 190110121341100139

"Nous sommes de ceux qui veulent à tout prix tabasser leur part d'ombre et faire taire leurs sales travers"

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) SSpdNeI I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) 5E5Mv79

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) 181221100909461671

she walks with heaven in her steps and hell in her eyes

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) TQaCJfg

“She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.”

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) 181020070224358962
I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Empty
I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) - Jeu 14 Mar - 20:52

The Mephistopheles.

I don't know if I can open up I've been opened enough  I'm not a birthday present I'm aggressive regressive The past is over And passive scenes so pathetic I feel sole and alone like a heretic I'm ready to meet my maker Lazarus has got no dirt on me And I'll rise every danger I'm the Mephistopheles of Los Angeles


22 novembre 2018

Les doigts jouaient avec le téléphone, recelant de nombreuses informations dont elle ne savait que faire. Aura, elle avait toujours vécu dans son monde, plongée dans la mafia et ses vices depuis sa naissance. On ne lui avait pas appris à vivre en société, mais à survivre dans le milieu criminel, à se heurter aux requins vivant dans les alentours, sans jamais comprendre pourquoi les anniversaires, les appels, prendre des nouvelles était important. A ce moment-là, une partie d’elle commençait à s’interroger, alors qu’elle avait eu le numéro de Clemens, qu’elle se rappelait leur conversation. Les mafias étaient à présent alliées, se rencontrer devrait être plutôt logique. Quoique, une italienne à Delray, elle serait fichée dès qu’elle y aurait mis un pied. Mais elle avait ses entrées finalement. Elle connaissait Flores, avait même fini dans un parc d’attractions avec lui (puis dans le coma, mais ceci était une autre histoire). L’espagnol parlé lui permettait de se fondre suffisamment dans la masse, comme sa faculté à n’être qu’une ombre. Après tout, jusqu’à il y a peu, les gens ne faisaient pas attention à elle. Elle se contentait de vivre entourée de mystères ou de rumeurs, dans ses facultés comme dans ses allégeances. Fallait juste bien se dévoiler, un jour ou l’autre.

D’ailleurs, en parlant de Flores, elle se rendait compte que même un mois après être sortie du coma, elle gardait encore quelques séquelles. Les poumons n’avaient pas entièrement repris leur forme originale, rendant certains efforts épuisants, voire impossibles. L’essoufflement n’était jamais bien loin, bien que l’avocate fasse en sorte de toujours le cacher. Pas question de montrer la moindre faille, dans un monde où cela suffirait à la faire chuter. Et elle aimait bien trop le pseudo-piédestal sur lequel sa nature l’avait placée, pour tomber aussi bêtement.

Une alarme la fit relever les yeux, quitter ses pensées. Heureusement qu’elle avait pensé à mettre tout cela en place, sinon, les cookies seraient brûlés. Déjà que suivre la recette correctement s’était avérée complexe (et la poubelle remplie de ses échecs le prouvait), ce n’était guère le moment de se tromper sur la cuisson. Le temps lui manquait d’autant plus, et elle allait devoir dépasser la limitation de vitesse pour finir à Delray dans les heures qu’elle s’était donnée.

Gourmandises sorties du four, texture lui apparaissant correcte à première vue. Parfait. Le tout fut enveloppé dans un morceau de tissu noir, pris avec elle alors qu’elle quittait son immeuble. Quelques minutes pour atterrir dans le quartier hispanique, garer sa voiture dans la rue qu’on lui avait donné. Quelques visages se pointaient déjà aux fenêtres, détaillant les italiennes et le luxe qui en découlait. Pourtant, le véhicule était d’un noir profond, sans aucune fioriture. Un choix de l’italienne, juste pour se sentir discrète durant la nuit, la même tombant sur Arcadia. Elle attrapa le sac de cookies, le cala contre elle et entreprit de sortir de la voiture, de se rapprocher ensuite de l’adresse qu’on lui avait donnée. Un dernier regard sur le téléphone pour s’assurer des informations qu’elle avait reçues, et elle se glissa à l’intérieur de l’immeuble, trouva la porte qu’elle cherchait. Sonnette activée, bruit retentissant dans l’appartement, dans un manque d’isolation flagrant dont elle ne s’embarrassait pas. Rien ne la dérangeait…

Et la porte s’ouvrit, d’un coup, laissant apparaître Clemens… Un peu perturbé. « Bonsoir Clemens. » Comment l’avait-elle trouvé ? Parce que je suis avocate avec un réseau plus qu’intéressant. « J’ai demandé autour de moi, après la soirée. J’ai dû paraître assez innocente puisqu’on m’a donné ton adresse. » Evidemment, une gamine avec un visage d’ange, ne dépassant pas le mètre cinquante-cinq, ne pouvait pas être dangereuse. Jamais. « J’ai appris que c’était ton anniversaire aujourd’hui, et normalement, ça se fait d’offrir des cadeaux ce jour-là. » Normalement. Peut-être. Elle n’en savait trop rien des conventions sociales, s’adaptait comme elle le pouvait, avec plus ou moins de réussite. « Et comme tu avais évoqué que tu étais venu pour le buffet la dernière fois, j’apporte quelques cookies. » Cookies qui ne seraient pas mangés s’il décidait de claquer la porte.  



CODAGE PAR AMATIS

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
She is full of

unshaped dreams
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clemens Jones
Clemens Jones
- CRY OF THE MARTYRS -
BLAZE : rage
CREDITS : ava: jan ♥ & co: rage. code signa: solosands
FACE : dane dehaan
DOLLARS : 1176
SACRIFICES : 566
PORTRAIT : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Tumblr_nr23jwNPmE1tbjuy7o3_400
ANNEES : 33 années et pourtant un visage de gamin.
CŒUR : incapable de mettre un mot encore dessus, effrayé d'avouer ce qu'il sait déjà. le palpitant ne blesse plus, il aime.
RÉINCARNATION : simple mortel doté d'un pouvoir de guérison.
TALENT(S) : prophète aux mains salvatrices, adoucissant les maux et collectionnant les blessures. Son sang précieux, drogue certain, guérit les blessures et tue les dieux.
FACTION : la Calavera, ceux qui ont bien voulut de lui.
OCCUPATION : Soldado sortant du repos forcé, guérisseur du commandate sur la touche.
GENÈSE : conscient depuis l'enfance d'être doté de pouvoirs surnaturels, il connait l'existence des dieux depuis son arrivée à Arcadia.
TALON(S) D'ACHILLE : la solitude, le rejet. Aura.
JUKEBOX : way out there - lord huron // the dark side - muse
RUNNING GUN BLUES : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) B2777c0879bfa482419317ed586a779f

SEEK AND DESTROY
maldwyn jones I
ψ
ONE EYED HOUND
gamze hale
ψ
THE DARK SIDE
maldwyn jones II
ψ
WICKED ONES
aura sciarra I
ψ
GUIDING LIGHT
maria magdalena asturies
ψ
AFTER ALL
aura sciarra II
ψ
THE DAWN WILL COME
maldwyn jones III
ψ
FAMILIA
alejandro flores
ψ
OUT OF MY MIND
aura sciarra III
ψ
THE MEPHISTOPHELES OF LOS ANGELES
aura sciarra IV
ψ
CHERRY BLOSSOM
aura sciarra V (ft. gus)
ψ
champion
maldwyn jones IV


(+ en apesanteur)
( + salvame)



I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Empty
I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) - Lun 25 Mar - 23:35

The Mephistopheles.

I don't know if I can open up I've been opened enough  I'm not a birthday present I'm aggressive regressive The past is over And passive scenes so pathetic I feel sole and alone like a heretic I'm ready to meet my maker Lazarus has got no dirt on me And I'll rise every danger I'm the Mephistopheles of Los Angeles


En général ce n’est pas le genre d’information qu’il donne aux autres, ni son adresse ni le jour de sa venue au monde. Il a fallu une dispute avec son frère pour qu’il lui crache la date tout cela pour qu’il oublie la moitié de leur rencontre aujourd’hui et le résultat, c’est le cadeau improvisé du chat encore peureux. Voilà pourquoi il ne dit rien, parce que tout le monde s’en fout, même son frère modèle. Alors qu’on le surprenne ainsi, c’était plus que perturbant. Sûrement positif, mais perturbant quand-même surtout quand le cadeau se répète, cookies apportés comme la salvadorienne l’avait fait des mois plus tôt. Le thaumaturge allait finir par avoir peur des cookies ou en faire une overdose, au choix, a force de se retrouver confronté à ces gâteaux sur le porche de sa maison. A noter que les deux femmes avaient cernées le fait que c’est un ventre à patte et avaient raison. L’accès le plus sûr avec Clem, c’était via un estomac bien rempli. Même Maldwyn a cru le comprendre. « Oh… et bien, merci. » Pas forcément très doué pour accepter les cadeaux il ne sait trop quoi répondre, hormis merci. C’était toujours hallucinant qu’on fasse quelque chose pour lui et même si Salem était une improvisation totale, il restait le meilleur - et un des rares - cadeau qu’il n’est jamais reçu. Mais des cookies, c’était bien. Très bien même, puisqu’il a toujours faim et qu’ils venaient de sa part.

Il relève le nez vers elle, pensif. Ca lui paraissait toujours étrange qu’elle soit là, presque impossible tant c’était horrifiant. Il redoute fortement ce qu’il doit dire. Ce qu’elle attend qu’il dise plutôt, parce que c’est quelque chose de normal que tout le monde doit faire dans ce genre de situation: inviter l’autre à entrer, peu importe la situation actuelle de son appartement. Il préfèrerait de loin refermer la porte derrière eux et sortir se balader en ville avec elle. Marcher, pendant une demi-heure ou plus longtemps encore, comme la première fois qu’ils se sont vu, plutôt que de rester enfermer à Delray. Fuir, comme elle a proposé la dernière fois, l’espace d’un instant le moment fatidique où il devrait laisser quelqu’un d’autre découvrir ce qu’il est. Parce que c’était surement le plus dérangeant là-dedans, c’est laisser les autres voir où il vit, ce qu’il possède, ce qu’il aime. C’est savoir qu’il mange des céréales et qu’il adore les livres. C’est apprendre que sa lessive est composée à cent pour cent de noir et qu’il a une plante sur le comptoir de la cuisine sur laquelle il veille avec intérêt. Pas vraiment des choses qu’il aime rendre publique non plus, l’envie d’en dire le moins possible comme une barrière le protégeant des autres, du monde. Pourtant il ne peut pas dire non. Il n’a pas envie de la froisser, pas envie de la laisser croire qu’elle a mal fait. Au contraire. « Entre, Le mot se précipite dans sa bouche avant qu’elle ne rebrousse chemin. si tu veux. » qu’il ajoute plus doucement, se poussant du trajet pour la laisser passer.
« Je dois te prévenir par contre...On vient de m’offrir un chat et il est... » Avant même qu’il ne finisse sa phrase, Salem était déjà entrain de faire une véritable démonstration de ses prouesses, le chat traversant le salon comme une fusée juste devant son nouveau propriétaire. « Un peu en panique. » Tel maître tel chat, ce n’est pas cela qu’on dit ? Au passage suivant du chaton, pas vraiment petit mais encore bien jeune, il se dit que finalement sa tranquillité était détruite. Mais au moins, il pouvait blâmer l’animal pour les quelques détériorations visible dès que l’on arrive chez lui… En tout cas il était vraiment à blâmer pour les livres sur le sol et le tapis complètement déplacé. « Tu veux boire quelque chose ? Manger quelque chose ? Installes-toi si tu veux. » Clemens ferme la porte derrière eux et la rejoint dans le salon, ne sachant pas trop quoi faire pour améliorer la situation, pour la distraire assez pour qu’elle oublie le cadre. « Je suis désolé, j’ai pas trop l’habitude d’avoir de la visite on va dire. » Ca c’est peu de le dire. Et la voilà dans son salon avec la tornade de chat qui court partout et des cookies. Pas certain que cet anniversaire tourne bien en fin de compte.



CODAGE PAR AMATIS

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

☩ sabbra cadabra ☩
I feel so good, I feel so fine Love that little lady, always on my mind She gives me loving every night and day Never gonna leave her, never going away I feel so happy since I met that girl When we're making love it's something out of this world It feels so good to know that she's all mine Gonna love that woman till the end of time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aura Sciarra
Aura Sciarra
- GODS AMONGST MEN -
BLAZE : thinkky
CREDITS : (c) myself ♥ & ANAPHORE / aesthetic & icônes : clemy & secret santa d'amour !
FACE : Emily Browning
DOLLARS : 1219
SACRIFICES : 830
PORTRAIT : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Original
ANNEES : (la trentaine), masquée derrière le visage de porcelaine et les traits de poupée, tueuse au regard de feu.
CŒUR : (célibataire) au coeur de pierre, aujourd'hui fissuré et brûlant. Pensées occupées par une seule personne.
RÉINCARNATION : (Hécate), déesse de la lune, impératrice de l'ombre, guide aux carrefours, sorcière et enchanteresse du panthéon grec.
TALENT(S) : (Umbrakinésie) - ACTIF; (Transmutation) - ACTIF; (Illusions Cauchemardesques) - INACTIF; (Médiumnite) - ACTIF.
FACTION : (Nuova Camorra) mafia dans le sang, dans les veines,
OCCUPATION : (sous-boss) leadeuse de son groupe, soldats et capo à sa botte. (Avocate), spécialisée dans les affaires traîtant des mafias, mettant la sienne hors de soupçon, plombant les autres selon les alliances. (Propriétaire du Ciao Roma)
GENÈSE : (Primus), stade 6, bercée par les voix anciennes.
TALON(S) D'ACHILLE : (scarifications) réclamation de la douleur par le corps, lame perçant la peau à intervalles réguliers pour calmer les pulsions. (Clemens), coeur ouvert au détour d'un verre, soutien infaillible quand le monde s'est écroulé. (Nina), fantôme d'un passé qui ne cesse de la hanter. (Astrid), l'amie, la semblable, la soeur, la bras-droit qu'elle protègera envers et contre tout.
JUKEBOX : [u]within temptation[/u] - [i]ice queen[/i]
RUNNING GUN BLUES : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) TzpUF88h_o
"Nous sommes de ceux qui établissent des stratégies dans l'obscurité pour reprendre la main, jouer selon leurs propres règles et forcer le destin"

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) 190110121341100139

"Nous sommes de ceux qui veulent à tout prix tabasser leur part d'ombre et faire taire leurs sales travers"

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) SSpdNeI I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) 5E5Mv79

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) 181221100909461671

she walks with heaven in her steps and hell in her eyes

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) TQaCJfg

“She has been through hell, so believe me when I say, fear her when she looks into a fire and smiles.”

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) 181020070224358962
I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Empty
I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) - Mar 16 Avr - 13:08

The Mephistopheles.

I don't know if I can open up I've been opened enough  I'm not a birthday present I'm aggressive regressive The past is over And passive scenes so pathetic I feel sole and alone like a heretic I'm ready to meet my maker Lazarus has got no dirt on me And I'll rise every danger I'm the Mephistopheles of Los Angeles


22 novembre 2018

Et elle s’était pointée chez Clemens. Sur un coup de tête, sans réellement prévenir, en se demandant s’il ne l’avait pas oubliée depuis le temps. Aura n’était pas du genre à donner des nouvelles, ou à en prendre. Pas dans son éducation, dans ses habitudes. Peut-être qu’en ressortant d’ici, en fin de soirée, au milieu de la nuit, elle se rendrait compte de l’importance de maintenir les liens, de parler, de discuter. En savoir plus sur les autres, leur montrer de l’attention, c’était souvent ce qui faisait la différence, maintenait la relation. Il faudrait qu’elle apprenne, et vite si possible, avant que tous ne la fuient. Même si en réalité, en avait-elle quelque chose à faire ? C’était étrange, de sentir l’esprit de scinder. Une partie d’elle, bruyante, refusait toute attache, toute concession. L’autre, celle qui l’avait poussée à venir malgré tout, ressentait le besoin de s’accrocher, de discuter, de briser la solitude et les ténèbres dans lesquelles elle s’enfonçait depuis trente ans. Comme si, d’un seul coup, tout devait changer, pour s’assurer qu’elle survive correctement. Alors que jusqu’ici, jamais elle n’en avait eu besoin.

Et face aux silences, aux remerciements de Clemens, elle hésita à faire demi-tour. Après tout, son cadeau était donné, l’anniversaire souhaité, et elle n’avait pas de raisons de le déranger plus que cela. D’autant plus qu’elle était en territoire adverse, bien que des liens soient créés entre les deux mafias. « Je ne veux pas te déranger, si tu préfères que je… » Parte. Ca disparut dans un murmure, ses propos, avec la proposition de l’homme. Elle n’avait pas besoin de décliner, puis ce serait l’occasion de passer une soirée en dehors de chez elle, de son quartier… Et de peut-être retrouver les échanges qu’ils avaient eus quelques mois plus tôt. Ce n’était pas souvent qu’elle avait le droit à quelque chose d’aussi… Réel, loin des manipulations mafieuses. Alors, curieuse, elle fit un pas vers l’intérieur, quand même bien plus chaleureux que son immeuble. Même si ce n’était pas compliqué, au vu du manque de décoration et d’implication de la part de l’italienne dans son achat. Tout le monde ne pouvait pas être doué en intérieur… Tout comme tout le monde ne pouvait pas être une virtuose des meurtres. Chacun son domaine et son expertise. « Un… Chat ? » Interrogation rapidement suivie d’une bestiole noire traversant la pièce telle une fusée. Et elle sera les dents Aura, tenta de ne pas se tendre à cette vision. « Il découvre encore son environnement c’est ça ? »

Sourire pour masquer la gêne, et les muscles tendus face à la nouvelle. Elle ne pouvait pas dire qu’elle aimait les animaux l’italienne. Y’avait toujours quelque chose qui la dérangeait avec les bêtes. Un instinct, peur irrationnelle de ne pas pouvoir les manipuler, les contrôler, ou comprendre à l’avance ce qu’ils comptaient faire… « Tu l’as appelé comment ? » Curiosité certaine envers le chaton, qui avait fini par disparaître… Certainement caché sous un objet. Elle secoua doucement la tête sur les propos suivants. « J’aurais dû te demander si je pouvais passer surtout, plutôt que de venir à l’improviste. » Pause. Et ils auraient pu aller autre part si cela dérangeait Clemens aussi. Après tout, voir son environnement être de la sorte envahi par une inconnue, ce n’était pas forcément agréable. « Juste de l’eau ce sera suffisant. » Sourire. « A moins que tu veuilles un second round d’alcool. » Proposition faite seulement parce qu’elle savait que plus rien n’avait d’impact sur elle. Sans le dire aux autres.



CODAGE PAR AMATIS

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪
She is full of

unshaped dreams
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clemens Jones
Clemens Jones
- CRY OF THE MARTYRS -
BLAZE : rage
CREDITS : ava: jan ♥ & co: rage. code signa: solosands
FACE : dane dehaan
DOLLARS : 1176
SACRIFICES : 566
PORTRAIT : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Tumblr_nr23jwNPmE1tbjuy7o3_400
ANNEES : 33 années et pourtant un visage de gamin.
CŒUR : incapable de mettre un mot encore dessus, effrayé d'avouer ce qu'il sait déjà. le palpitant ne blesse plus, il aime.
RÉINCARNATION : simple mortel doté d'un pouvoir de guérison.
TALENT(S) : prophète aux mains salvatrices, adoucissant les maux et collectionnant les blessures. Son sang précieux, drogue certain, guérit les blessures et tue les dieux.
FACTION : la Calavera, ceux qui ont bien voulut de lui.
OCCUPATION : Soldado sortant du repos forcé, guérisseur du commandate sur la touche.
GENÈSE : conscient depuis l'enfance d'être doté de pouvoirs surnaturels, il connait l'existence des dieux depuis son arrivée à Arcadia.
TALON(S) D'ACHILLE : la solitude, le rejet. Aura.
JUKEBOX : way out there - lord huron // the dark side - muse
RUNNING GUN BLUES : I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) B2777c0879bfa482419317ed586a779f

SEEK AND DESTROY
maldwyn jones I
ψ
ONE EYED HOUND
gamze hale
ψ
THE DARK SIDE
maldwyn jones II
ψ
WICKED ONES
aura sciarra I
ψ
GUIDING LIGHT
maria magdalena asturies
ψ
AFTER ALL
aura sciarra II
ψ
THE DAWN WILL COME
maldwyn jones III
ψ
FAMILIA
alejandro flores
ψ
OUT OF MY MIND
aura sciarra III
ψ
THE MEPHISTOPHELES OF LOS ANGELES
aura sciarra IV
ψ
CHERRY BLOSSOM
aura sciarra V (ft. gus)
ψ
champion
maldwyn jones IV


(+ en apesanteur)
( + salvame)



I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) Empty
I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) - Mer 26 Juin - 14:22

The Mephistopheles.

I don't know if I can open up I've been opened enough  I'm not a birthday present I'm aggressive regressive The past is over And passive scenes so pathetic I feel sole and alone like a heretic I'm ready to meet my maker Lazarus has got no dirt on me And I'll rise every danger I'm the Mephistopheles of Los Angeles


« Non non ! Tu.. tu me déranges pas j’ai juste… Passé une longue journée, on va dire. » Bien entendu qu’il était content de la voir. Peut-être pas dans ces conditions, un sms aurait été préférable, un rendez-vous donné quelque part si le coeur lui en disait mais Clemens n’était tout simplement pas opposé à l’idée de la voir. VOilà des mois qu’ils s’étaient revus, et même si ils avaient le numéro de l’autre, étrangement, il ne lui envoyait jamais rien et elle non plus, de peur d’en faire trop, de dire une connerie, peut-être, attendant finalement un hasard pour retomber sur la mafieuse. Sauf qu’aujourd’hui n’était pas une coïncidence mais bel et bien un complot contre lui, piégé non seulement par sa venue devant sa porte..Mais par ses cookies maisons. De la nourriture toujours appréciée par le mortel, peut-être… Mais qui le laissait un peu perplexe aussi. C’était pas la première à se retrouver devant sa porte avec des cookies, et il a du mal à comprendre ce phénomène. « Exactement, on est arrivé il y a une heure environ, et il se demande toujours où il est. » Comment faire comprendre à un chat, aussi jeune en plus, qu’ici, c’était son nouveau chez lui. Qu’un être humain avait décidé de remettre sa vie entre les mains d’un autre être humain n’ayant aucune idée de comment on s’occupe d’un chat, qui plus est. Il n’en a jamais eu dans ses familles d'accueils, les enfants abandonnés remplaçant les prétendants de la spa sans pour autant subir leurs état d’âme toute une vie. C’était de courte durée, le temps qu’ils grandissent et deviennent inintéressant. Un peu comme un chiot qui a fini par grandir trop vite et finit sur une aire d’autoroute sans comprendre qu’on vient de l’abandonner. C’est un peu le même principe, si ce n’est qu’il est plus facile de faire comprendre à un être humain, même petit, quelle est la situation actuelle. En attendant il le laissait explorer en priant pour avoir de la vaisselle et une télévision à la fin de l’exploration de l’animal, tornade balayant tout sur son passage et sursautant au moindre bruit. « Salem. » Qu’il répond, tout en se tournant vers l’invitée. « Pas original pour un sous, mais j’ai été prit au dépourvu. Je pensais pas devoir nommer un animal aujourd’hui. » ENcore moins deux, puisque Cujo, avait aussi été nommé en partie par ses soins. Des décisions importantes qu’il ne fallait pas prendre à la légère non plus, et pourtant, Salem était bien Salem. Un nom générique et beaucoup moins risqué que de laisser l’employé l’aider dans ses recherches… Ou de lui laisser le nom avec lequel il était identifié au refuge, Colonel Moustache, si sa mémoire était bonne. Quelque chose de débile qu’il ne pouvait pas supporter pour son animal de compagnie imposé avec lequel il tentait d’être à l’aise.

Aura, elle, avait l’air un peu tendue aussi ce qui changeait légèrement d’avant. Peut-être qu’elle préfère les chiens, ou qu’elle est allergique aux poils de la bestiole ? En tout cas il le discerne un peu, le malaise, qu’il noie en proposant qu’elle s’installe, prenne quelque chose à boire n’importe quoi pour les sortir de son entrée. « Aujourd’hui c’est la journée des surprises j’ai l’impression, un peu plus un peu moins je crois que plus rien ne pourra me surprendre aujourd’hui. » A ce stade de la journée il n’était plus à ça prêt, Maldwyn ayant eu raison de sa santé mentale il y a un bon nombre d’heure, tout comme l’aller-retour à l’animalerie avait eu raison de lui. Non franchement, il était prêt à n’importe quoi, tout simplement parce qu’il était lessivé physiquement et émotionnellement, ne sachant pas trop quoi faire de ce jour bourré de déceptions et de colères, mais de choses bien, aussi.

Porte fermée, il s’enfonce dans son appartement, rejoignant la cuisine où il ouvre le frigo et sort une bouteille d’eau comme elle l’avait demandé, ainsi que des verres. Tout était bon pour le distraire. Pour éviter de la regarder juger l’environnement dans lequel il vivait. De ses livres entassés jadis gisants sur le sol à la trace d’humidité, tout au fond de la piège, preuve de la formidable isolation du bâtiment décati. « Je pensais que tout le monde fêtait thanksgiving ce soir. ALors que quelqu’un soit à ma porte et qui n’est pas là pour livrer à manger c’est étrange, mais que ce soit toi - et avec des cookies, en plus - c’est vraiment surprenant. » Il se rattrappe ensuite, mots se précipitant hors des lèvres. « Mais en bien. » Sa présence était un des éléments positifs de la journée, ça et Salem, bien entendu. Au final, de tous ses proches, y’a qu’elle qui lui avait souhaité… Et ils ne l’étaient pas, proches. Pas vraiment. C’est dire qu’on avait tendance à l’oublier, que ce soit son amie, son cousin ou même son parfait frère qui ne l’était décidément pas. Cela empêchait un peu que cette journée soit aussi catastrophique que cela. Rendait moins amer ce jour qu’il déteste, surtout lorsqu’il est combiné à cette fête américaine où la famille se devait d’être ensemble. Maldwyn et Dick devaient etre avec leurs parents, les cousins ne se supportant pas mais devant bien faire avec un soir de fête sans qu’il ne soit invité, tâche dans leur famille. Malgré les pensées sombres il lui rend son sourire, forçant l’expression sur son visage, noyer ce qu’il ressent comme seul remède. « Je suis pas certain tu vois, non pas que je n’aime pas boire avec toi, mais quelque chose me dit que si je commence je vais pas m’arrêter de boire jusqu’à ce que ce soit moi qui soit dans un sale état. Au moins t’aurais pas à me raccompagner chez moi, certe, mais j’aimerais éviter de nous infliger ça. » Si elle n’était pas là c’est certainement ce qu’il ferait. Boire et oublier, dormir, ne plus se rappeler jusqu’à ce qu’un nouveau jour commence et qu’il n’enterre le précédent sans laisser ses émotions se montrer, tuées dans l’oeuf. Heureusement il verse de l’eau dans les deux verres, se saisissant du sien pour le boire d’une traite. C’était mieux que l’alcool. Cela ne brûlait pas… Mais malheureusement, cela ne changeait rien à son état d’esprit un peu morose. Il fallait se changer les idées. « Alors comme ça t’as fait des recherches sur moi. » Pas une question, une vérité. Parce qu’il était facilement d’obtenir une adresse en demandant dans le quartier où habite le seul thaumaturge blond du coin, mais de là à savoir sa date de naissance, aucun risque que les habitaient du coin la connaisse, information circulant peu, voir pas du tout sauf quand il le divulguait lui-même.




CODAGE PAR AMATIS

▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪ ▪

☩ sabbra cadabra ☩
I feel so good, I feel so fine Love that little lady, always on my mind She gives me loving every night and day Never gonna leave her, never going away I feel so happy since I met that girl When we're making love it's something out of this world It feels so good to know that she's all mine Gonna love that woman till the end of time
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura) -

Revenir en haut Aller en bas

I don't know if I can open up I'm not a birthday present (aura)

 :: - OUTSIDE ARCADIA - :: into the past
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ty is Open for a RP and Lola too
» Amoxicilline IV, 1g fois 3 par jour (Rp open)
» ♣ WORKSHOP OF RAINBOW | [0/1] | OPEN ♣
» LA VACHE A LAIT [OPEN]
» Eyes Wide Open ~ Shawn

Sauter vers: